Archives de Tag: Syrian people

Le président US n’est pas en mesure de décider du sort des Syriens (AmirAbdollahian)

 Hossein Amirabdollahian, vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour le Département arabo-africain, a déclaré que le peuple syrien déciderait de son sort via un scrutin démocratique.

« Le locataire de la Maison Blanche a déclaré que Washington et Londres feraient tout pour avoir une Syrie sans Bachar Assad mais il néglige cette réalité qu’il n’est pas capable de décider du sort de la Syrie au lieu du peuple syrien », a déclaré le responsable iranien.

http://francophone.sahartv.ir/news/5808

Assad nie l’utilisation d’armes chimiques par ses forces

Le président syrien Bachar al-Assad a nié que ses forces utilisent des armes chimiques contre la rébellion, et il a exclu de démissionner, dans une interview accordée à deux médias argentins et publiée samedi.

Dans un long entretien à l’agence de presse officielle argentine Telam et au grand quotidien Clarin, le président Assad estime que les informations de sources occidentales sur de possibles attaques aux armes chimiques des forces gouvernementales servent à préparer les opinions publiques à une intervention militaire contre la Syrie.

« Les accusations contre la Syrie concernant l’utilisation d’armes chimiques ou (les déclarations) concernant ma démission changent tous les jours. Et il est probable qu’il s’agit d’un prélude à une guerre contre notre pays », a déclaré M. Assad.

« On a dit que nous utilisions des armes chimiques contre des zones résidentielles. Si ces armes étaient utilisées contre une ville ou un faubourg, avec un bilan de dix ou vingt victimes, serait-ce crédible ? », a demandé le président syrien, avant de répondre par la négative.

« Leur utilisation signifierait la mort de milliers ou de dizaines de milliers de personnes en quelques minutes. Qui pourrait cacher une pareille chose ? », a insisté M. Assad.

Par ailleurs, le président syrien a déclaré ne pas envisager de démissionner. Interrogé sur des propos du secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui lui a demandé de se mettre à l’écart, M. Assad a exclu cette possibilité.
« Démissionner, ce serait fuir », a-t-il dit.
« Je ne sais pas si Kerry ou un autre a reçu du peuple syrien le pouvoir de parler en son nom sur la question de savoir qui doit partir et qui doit rester. Cela, c’est le peuple syrien qui le déterminera lors de l’élection présidentielle de 2014 », a déclaré M. Assad.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=112659&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1