Archives de Tag: Saudi Arabia

L’Égypte après Morsi

On a déjà pu lire dans cette rubrique (voir depuis le 22 octobre 2012) des présentations et des citations de l’institut de recherche Conflicts Forum de Beyrouth, sous la direction d’Alastair Crooke. L’institut produit d’excellentes analyses sur la situation et les crises de la région du Moyen-Orient.

L’institut édite un commentaire hebdomadaire général sur la région, son Weekly Comment, auquel nous avons déjà fait référence. Cette édition pour la semaine du 28 juin au 5 juillet 2013 est entièrement consacrée aux événements égyptiens. Conflicts Forum donne une analyse en profondeur des conditions politiques intérieures égyptiennes existantes et des implications géopolitiques. Il met en évidence combien l’Égypte reste un pays fracturé, plus que jamais confronté à un risque de guerre civile, et de quelle façon la chute de Morsi a constitué un revers important pour le Qatar notamment, et son ambitieuse politique.

Conflicts Forum : Weekly Comment (28 June – 5 July 2013)

Egypt: Whilst opponents of Morsi, both at home and overseas, exuberantly voiced their elation at his (and the Brotherhood’s) humiliation, detention and removal from power in a coup devoid of any legal or constitutional basis, the basic contradictions to the situation largely have been obscured by the media focus on Tahrir partying. Polls held in Egypt over the course of the last five years indicate a clear trend: the Egyptian public is becoming more religious and conservative. This is also the trend across the region: the poor, less educated, rural population (the huge majority in Egypt), are soaking up the Salafism irradiating through their societies (see last week’s Comment), whilst the urban middle-class elites are becoming more assertively secular. It may seem contrarian to underline this fact at a time when the world’s media outlets are hailing the ousting of the ‘Islamists’, but this is the reality. Clearly the Egyptian opposition imagine they have got what they wanted. They are now riding high. But here is the problem: it is not clear that what the mainly middle-class urban youth of Cairo want is the same as what the majority of Egyptians want. A recent Zogby poll found that whilst seventy-four percent of Egypt’s electorate said they lacked confidence in the Brotherhood (mainly because of the deteriorating economic situation and Morsi’s undoubted errors of judgment), an even larger proportion (75-78%) expressed little trust in the opposition parties, either. The wider Muslim Brotherhood camp (with its large rural constituency) now feels that the country was stolen from it – its candidate had won 51.7% votes in an Presidential election that was widely accepted as free and fair. Not only that, but the Brotherhood additionally has won during the past two and a half years, the parliamentary poll and a referendum on a constitution drafted by them — three election wins. The Brotherhood, who had waited eighty years for their project come to fruition, saw it crumble to nothing in three days. Too many people in Egypt felt that last Sunday was Egypt’s ‘now or never moment’: the opposition believed that if they did not act, Morsi and the Brotherhood would control them forever; the Brotherhood for its part, feared that if their key platform over eight decades – their coming to power legitimately – were taken from them by force (think Algeria, Hamas in 2006 and now Cairo), the movement might simply implode – with young Muslims concluding that the only course must be ‘to burn the system’ in order to re-make it. As Conflicts Forum has been noting, Egypt is unbridgeably fractured. Each faction wants absolute victory; all camps aspire to defeat their rivals resoundingly. But if the Brotherhood’s legitimacy has been so peremptorily and arbitrarily withdrawn, why should anyone else’s subsequent claim to legitimacy be treated with any greater respect? Regrettably, in post-Hosni Mubarak Egypt, consensus is not available. The consequences of this coup will reverberate violently through not just Egypt, but the region as a whole.

Why did the army do it? It is a complex story (see here), but essentially the Brotherhood ideologues had come to believe that the AKP’s success in Turkey was rooted in wooing the businessmen, and in pursuing a liberal-market economic policy (many Islamists have come to believe that pursuit of a neo-liberal platform somehow can inoculate them from western interference). Such economic success, they hoped, would allow them to implement social Islam à la Turque. The Brotherhood could not have been less fortunate in the economic circumstances that faced them however, as they took power in Egypt. Economically matters were set to go from bad to worse, and any government would face extreme difficulties and possible failure. In any event, this economic programme was called the ‘Turkish model’ by such Brotherhood ideologues, such as Esam al-Arian. But it was a misnomer, since the Brotherhood ‘model’ was really Ataturk-esque in one important respect: It accorded the Egyptian military a privileged position, both in terms of protection from political oversight – as well as allowing it to maintain its huge economic interests too. It entrenched the ‘deep state’, rather than undermined it as happened in Turkey. This was the essence of the “Al-Selmi” pact struck between the Brotherhood and the Army in November 2011. This self-interest pact between the Army and the Brotherhood, to preserve the status quo, worked well for a time, but the Egyptian ‘deep state’ still smarted from the ousting of Mubarak, and plotted its comeback. Certain Gulf states (notably the UAE, Kuwait and Saudi Arabia) were only too happy to fund and encourage the new secular/liberal revolt against Morsi and the Brotherhood – spurred by their growing anger at Qatar’s pro-Brotherhood sponsorship. This aggravating and bitter Gulf rift has been central to how matters subsequently developed. In May, a delegation of Gulf leaders lobbied President Obama to rein in the Amir of Doha and his promotion of the Brotherhood, which they feared held aspirations to power in the Gulf states too. The US had already begun to wonder whether the Qatari leadership was ‘two-timing’ the US in its support for radical Islamist movements, whilst ostensibly pursuing US interests in the region, but Obama was cautious. Internally in Egypt, the growing brouhaha being mounted by the secular-liberal, urban opposition, (funded by the anti-Qatari faction) both frightened an Army concerned that popular mobilization might threaten the status quo through metamorphosis into a genuinely revolutionary movement; and as Prof Frisch has noted, gave the opportunity for the deep state to bring themselves back into power. Paradoxically, the same upper-middle class youth, who just a year ago, shouted “down with the military” and were then used by Morsi in his confrontation with the army, now have been used again by the military and others in the “deep state” to bring themselves back to power. The military lost power to Morsi after ruling Egypt ineptly for eighteen months in the aftermath of Mubarak’s ouster. Just one year later they find themselves back on top. Of course, this is presented as the transition to democracy; but three key factors may suggest a different course: Firstly, the drive behind the coup came from Saudi Arabia, which additionally has promised, reportedly, to indemnify the Egyptian Army against any loss of US aid (which legally must be halted in the event of a coup); the appointment of a Mubarak henchman to the ‘transitional’ Presidency; and the striking absence of any timetable for the transition.

Geo-strategic implications: The most obvious is the reversal of fortunes of Qatar, which has led with its financial and political support for the Brotherhood. It has been politically crushed by Saudi Arabia. First, we had the Emir’s (ostensibly, timely) abdication, the PM’s unexpected departure for comfortable exile in London; its Brotherhood protégé deposed from power; its Egyptian leadership arrested; and the new Emir obliged to have to congratulate the Egyptian Army for safeguarding Egypt’s national security. The Gulf states are feeling their fragility. They would never have reacted so assertively in Egypt unless deeply concerned at their own domestic situation. This shift of Qatar’s fortunes, plus the western-sanctioned overthrowing of an elected Islamist administration will undoubtedly adversely impact on the Syrian opposition’s already fading fortunes. There may be the possibility of a renewed Saudi-Egyptian axis, but whether this ever will materialize will depend wholly on how Egypt unfolds in the coming months. What is far more significant and impossible to predict, however, are the consequences and impact of this weekend’s events on the already fractured and increasingly adversarial identities – now perceived in polar opposition to one another – that comprise the Sunni sphere. Across the region, the break-up of overarching identities (such as Arabism) into polarized factional identities, historically has almost invariably ended with civil conflict and war. Although there are some fragile intimations of a new Arabic identity arising, in opposition to the present polarization, it is doubtful this will emerge sufficiently quickly or strongly to mitigate the wider dynamics toward civil conflict.

 

Conflicts Forum

http://www.dedefensa.org/article-l_gypte_apr_s_morsi_06_07_2013.html

La face cachée du Qatar

Jacques-Marie Bourget,co-auteur avec Nicolas Beau de l’ouvrage « Le Vilain Petit Qatar — Cet ami qui nous veut du mal« . Un livre qui dévoile la face cachée de cette richissime dictature.

http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=13570

Syrie : Le Qatar fournit des milliards de dollars aux « rebelles »

Source : silviacattori.net

Le riche État gazier du Qatar a dépensé pas moins de trois milliards de dollars ces deux dernières années pour soutenir la rébellion en Syrie, loin devant n’importe quel autre gouvernement, mais il est maintenant dépassé par l’Arabie Saoudite en tant que premier pourvoyeur d’armes pour les rebelles.

Le coût de l’intervention du Qatar, sa dernière action de soutien à une révolte arabe, ne représente qu’une petite partie de son portefeuille d’investissements à l’international. Mais son appui financier à la révolution qui s’est transformée en cruelle guerre civile éclipse le soutien qu’apporte l’Occident à l’opposition.

Le petit État à l’appétit gargantuesque est le plus important donateur pour l’opposition politique, dédommageant généreusement les transfuges (une estimation l’évalue à 50 000 dollars par an pour un transfuge et sa famille), et il fournit une grande quantité d’aide humanitaire.

En septembre, de nombreux rebelles de la province syrienne d’Alep ont reçu un versement exceptionnel de 150 dollars de la part du Qatar. Des sources proches du gouvernement qatari disent que la dépense totale a atteint pas mois de 3 milliards de dollars, tandis que des sources rebelles et diplomatiques parlent d’un montant d’un milliard de dollars au maximum.

Pour le Qatar, qui détient les troisièmes plus importantes réserves de gaz naturel au monde, l’intervention en Syrie s’inscrit dans une posture obstinée de reconnaissance internationale et est simplement la dernière étape de sa démarche pour se positionner comme un acteur régional de premier plan, après son soutien aux rebelles libyens qui ont renversé Mouammar Kadhafi en 2011.

Selon le Stockholm International Peace Research Institute qui étudie les transferts d’armes, le Qatar a été le principal fournisseur d’armes à l’opposition syrienne, avec plus de 70 avions cargo militaires qui se sont posés en Turquie entre avril 2012 et mars de cette année.

Mais même si son approche est davantage guidée par le pragmatisme et l’opportunisme que par l’idéologie, le Qatar s’est retrouvé impliqué dans la situation politique très polarisée de la région, s’attirant des critiques acerbes. « On ne peut pas acheter une révolution » affirme un homme d’affaires de l’opposition.

Le soutien du Qatar aux mouvements islamistes dans le monde arabe, qui l’a mis en porte-à-faux avec les autres États du Golfe, a nourri une rivalité avec l’Arabie Saoudite. Hamad bin Khalifa al-Thani, émir régnant du Qatar, « veut être le (Gamal) Abdelnasser islamiste du monde arabe », » déclare un politicien arabe, en référence au panarabisme flamboyant et passionné de l’ancien leader panarabe.

L’intervention du Qatar est devenue l’objet d’une attention de plus en plus forte. Ses rivaux dans la région soutiennent qu’il utilise sa puissance financière simplement pour s’acheter une influence future et qu’il a fini par fragmenter l’opposition syrienne. C’est dans ce contexte que l’Arabie Saoudite qui jusqu’à présent avait apporté un soutien plus mesuré et réfléchi aux rebelles Syriens a accru son implication.

Les tensions récentes au sujet de l’élection d’un premier ministre par intérim de l’opposition qui a obtenu le soutien des Frères Musulmans syriens a aussi amené l’Arabie Saoudite à resserrer ses liens avec l’opposition politique, une tâche qu’elle avait en grande partie laissée entre les mains du Qatar.

La relégation du Qatar à la deuxième place en matière de fourniture d’armes résulte des inquiétudes en Occident et dans certains pays arabes de voir les armes fournies échouer entre les mains du Jabhat al-Nosra, une organisation liée à al-Qaïda.

Des diplomates disant aussi que les Qataris ont eu du mal à assurer un approvisionnement régulier en armement, chose que les Saoudiens ont été en mesure de faire via leurs réseaux plus développés.

Une route d’acheminement d’armes en Syrie passant par la frontière jordanienne a ouvert ces derniers mois. Le gouvernement jordanien qui est terrifié à la perspective de voir les djihadistes en position dominante chez son voisin a été réticent à autoriser les livraisons saoudiennes.

La réticence de l’Occident à intervenir avec plus de force en Syrie a eu pour conséquence de placer les opposants à Bachar al-Assad dans la dépendance du soutien du Qatar, de l’Arabie saoudite et de la Turquie, quoique depuis l’an dernier, les Émirats Arabes Unis et la Jordanie ont rejoint le club des soutiens aux rebelles en tant que partenaires mineurs.

Khalid al-Attiyah, le chef de la diplomatie du Qatar, qui est chargé de la politique syrienne, a rejeté les rumeurs sur une rivalité avec les Saoudiens et a démenti les allégations selon lesquelles le soutien qatari aux rebelles a divisé l’opposition syrienne et affaibli les institutions naissantes.

Dans un entretien accordé au Financial Times, il a affirmé que tout ce qu’a entrepris le Qatar l’a été en conjonction avec le groupe des pays occidentaux et arabes amis de la Syrie, pas seul. « Notre problème au Qatar, c’est que nous n’avons pas d’agenda caché, alors les gens nous en fixent un » a-t-il dit.

 

Le Qatar, grand argentier de la « révolution » syrienne

Le Qatar n’a pas d’intentions «cachées» dans son soutien à l’opposition armée au régime de Damas.

C’est du moins ce qu’affirme le chef de la diplomatie de ce petit pays (très) riche mais victime de sa naïveté et de la pureté des ses intentions en faveur du peuple syrien.

Et c’est au nom de ces intentions pures que cet émirat a dépensé en deux ans entre 1 et 3 milliards de dollars pour soutenir ceux qui agissent militairement et politiquement pour évincer Bachar al-Assad, le chef de l’Etat syrien.

Image

Le Qatar soutient aussi les révoltés du Trocadéro

Je vous mets au défi de me citer un exemple d’une révolution dans n’importe quel pays qui a bénéficié de telles largesses en si peu de temps, qui plus est.

 D’autant que le Qatar n’est pas le seul gouvernement à mettre la main à la poche, vu que la Syrie compte de nombreux «amis» parmi les nations révolutionnaires que sont  la Turquie (révolution kémaliste), l’Arabie Saoudite (révolution wahabbite), la France (révolutions de 1789, 1830, 1848 et révolution nationale du Maréchal Pétain) pour s’en tenir à quelques exemples.

L’article que je vous propose nous apprend même que les monarchies du Qatar et d’Arabie Saoudite rivalisent de générosité auprès des «rebelles» Syriens. 

Et que l’Arabie Saoudite représente en quelque sorte la voix de la modération !? 

On aura tout vu ! 

Autant de raisons de souhaiter la défaite de cette prétendue révolution qui comporte même des cannibales dans ses rangs.

Le Qatar finance la révolte syrienne avec de l’argent et des armes

par Roula Khalaf and Abigail Fielding Smith, Financial Times (UK) 16 mai 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le riche Etat gazier du Qatar a dépensé pas moins de trois milliards de dollars ces deux dernières années pour soutenir la rébellion en Syrie, loin devant n’importe quel autre gouvernement, mais il est maintenant dépassé par l’Arabie Saoudite en tant que premier pourvoyeur d’armes pour les rebelles.

Le coût de l’intervention du Qatar, sa dernière action de soutien à une révolte arabe, ne représente qu’une petite partie de son portefeuille d’investissements à l’international. Mais son appui financier à la révolution qui s’est transformée en cruelle guerre civile éclipse le soutien qu’apporte l’Occident à l’opposition.

Le petit Etat à l’appétit gargantuesque est le plus important donateur pour l’opposition politique, dédommageant généreusement les transfuges (une estimation l’évalue à 50 000 dollars par an pour un transfuge et sa famille), et il fournit une grande quantité d’aide humanitaire.

En septembre, de nombreux rebelles de la province syrienne d’Alep ont reçu un versement exceptionnel de 150 dollars de la part du Qatar. Des sources proches du gouvernement qatari disent que la dépense totale a atteint pas mois de 3 milliards de dollars, tandis que des sources rebelles et diplomatiques parlent d’un montant d’un milliard de dollars au maximum.

Pour le Qatar, qui détient les troisièmes plus importantes réserves de gaz naturel au monde, l’intervention en Syrie s’inscrit dans une recherché agressive de reconnaissance international et est simplement la dernière étape de sa démarche pour se positionner comme un acteur régional de premier plan, et vient après son soutien aux rebelles Libyens qui ont renversé Mouammar Kadhafi en 2011.

Selon le Stockholm International Peace Research Institute qui étudie les transferts d’armes, le Qatar a été le principal fournisseur d’armes à l’opposition syrienne, avec plus de 70 avions cargo militaires qui se sont posés en Turquie entre avril 2012 et mars de cette année.

Mais même si son approche est plus guidée par le pragmatisme et l’opportunisme  que par l’idéologie, le Qatar s’est retrouvé impliqué dans la situation politique très polarisée de la région, s’attirant des critiques acerbes. «On ne peut pas acheter une révolution» affirme un homme d’affaires de l’opposition.

Le soutien du Qatar aux mouvements islamistes dans le monde arabe, qui l’a mis en porte à faux avec les autres Etats du Golfe, a nourri une rivalité avec l’Arabie Saoudite. Hamad bin Khalifa al-Thani, émir régnant du Qatar, “veut être le (Gamal) Abdelnasser islamiste du monde arabe, » déclare un politicien Arabe, en référence au panarabisme flamboyant et passionné de l’ancien leader panarabe.

L’intervention du Qatar est devenue l’objet d’une attention de plus en plus forte. Ses rivaux dans la région soutiennent qu’il utilise sa puissance financière simplement pour s’acheter une influence future et qu’il a fini par fragmenter l’opposition syrienne. C’est dans ce contexte que l’Arabie Saoudite qui jusqu’à présent avait apporté un soutien plus mesuré et réfléchi aux rebelles Syriens a accru son implication.

Les tensions récentes au sujet de l’élection d’un premier ministre par intérim de l’opposition qui a obtenu le soutien des Frères Musulmans Syriens a aussi amené l’Arabie Saoudite à resserrer ses liens avec l’opposition politique, une tâche qu’elle avait en grande partie laissée entre les mains du Qatar.

La relégation du Qatar à la deuxième place en matière de fourniture d’armes résulte des inquiétudes en Occident et dans certains pays arabes de voir les armes fournies échouer entre les mais du Jabhat al-Nosra, une organisation liée à al Qaïda.

Des diplomates disant aussi que les Qataris ont eu du mal à assurer un approvisionnement régulier en armement, chose que les Saoudiens ont été en mesure de faire via leurs réseaux plus développés.

Une route d’acheminement d’armes en Syrie passant par la frontière jordanienne a ouvert ces derniers mois. Le gouvernement jordanien. Le gouvernement jordanien qui est terrifié à la perspective de voir les djihadistes en position dominante chez son voisin a été réticent à autoriser les livraisons saoudiennes.

La réticence de l’Occident à intervenir avec plus de force en Syrie a eu pour conséquence de placer les opposants à Bachar al-Assad dans la dépendance du soutien du Qatar, de l’Arabie saoudite et de la Turquie, quoique depuis l’an dernier, les Emirats Arabes Unis et la Jordanie ont rejoint le club des soutiens aux rebelles en tant que partenaires mineurs.

Khalid al-Attiyah,, le chef de la diplomatie du Qatar, qui est chargé de la politique syrienne, a rejeté les rumeurs sur une rivalité avec les Saoudiens et a démenti les allégations selon lesquelles le soutien qatari  aux rebelles a divisé l’opposition syrienne et affaibli les institutions naissantes.

Dans un entretien accordé au Financial Times, il a affirmé que tout ce qu’a entrepris le Qatar l’a été en conjonction avec le groups des pays occidentaux et arabes amis de la Syrie, pas seul. «Notre problème au Qatar, c’est que nous n’avons pas d’agenda caché, alors les gens nous en fixent un,» a-t-il dit.

http://mounadil.wordpress.com/2013/05/17/le-qatar-grand-argentier-de-la-revolution-syrienne/

Appels arabes à Obama: contrôlez le Qatar!

L’équipe du site

« Des pays arabes alliés des Etats-Unis cherchent à faire pression sur le président Barack Obama afin que son administration contrôle entièrement  le dossier de la crise syrienne et le libérer de la domination du Qatar » a rapporté le quotidien libanais asSafir, citant le Wall Street Journal.

« En effet, au cours des récentes visites effectuées par le roi Abdallah II de Jordanie, le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed bin Ziyad Al Nahyan, et le ministre saoudien des Affaires étrangères le prince Saoud al-Fayçal à Washington, un message unifié a été adressé au président Obama , au cours de ces réunions séparées, ont rapporté des sources américaines  et arabes » poursuit le journal.

Le message  souligne  la préoccupation de ces trois pays envers le Qatar qui soutient le Front alNosra d’alQaïda mais aussi  leur principale préoccupation est le soutien turc et qatari aux Frères musulmans.

Un responsable arabe impliqué dans les pourparlers a déclaré que «Nous voulons quelqu’un qui puisse diriger les acteurs de la région», ajoutant que «les Etats-Unis et son président sont la seule force capable de remettre le Qatar sur la bonne voie ».

Il est à noter que ces pays (Emirats arabes unis, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie) ont depuis le début de la crise syrienne soutenu l’opposition armée en Syrie, mais ils se sont séparés plus tard en deux camps quand il s’agissait de soutenir certaines factions, ce qui a contribué à la fragmentation de l’opposition militairement et politiquement.

L’Arabie saoudite, la Jordanie et les EAU représentent pour les Etats-Unis un axe incontournable pour trouver une solution syrienne, contenir le projet nucléaire iranien et  commencer les pourparlers de paix israélo-arabe.

Néanmoins,  les États-Unis comptent largement sur le Qatar et la Turquie afin  de provoquer un changement de régime en Syrie et la reprise du processus de paix au Moyen-Orient.

Selon des responsables occidentaux cités par le  Wall Street journal,  Riyad,  Amman et Abu Dhabi se posent à travers la crise syrienne comme étant les modérés, ils visent à soutenir les factions modérées de l’opposition armée, en particulier celles qui ne sont pas alliées ou liées  aux Frères musulmans ou à Al-Qaïda.

Un responsable  de la Maison Blanche a refusé de commenter les réunions qui ont eu lieu entre les représentants de ces pays et le président Obama.

Toutefois,  il a souligné qu’elles se sont concentrées sur les moyens d’unifier  les rangs arabes contre  la Syrie. Le président Obama a également rencontré à Washington le  Premier ministre qatari Hamad bin Jassim Al-Thani et s’entretiendra avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan bientôt.

Toujours selon ces responsables, les conséquences de la crise syrienne ont pesé  lourd  sur la Jordanie, en particulier après avoir reçu plus d’un demi-million de réfugiés syriens, provoquant une   crise financière et sociale, sans compter la montée en puissance  des Frères musulmans parmi les Jordaniens.

Pour ce qui est des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, les responsables arabes et américains estiment que  le président Obama n’a pas joué le  rôle qu’il fallait  envers le président égyptien renversé Hosni Moubarak ou envers  la famille royale du Bahreïn, voire  l’administration américaine n’a pas bien évalué  ce que des groupes comme  les Frères musulmans ou même l’Iran pourraient faire en exploitant la situation chaotique dans la région.

De plus,  il est important pour le président Obama d’unir les Arabes et la Turquie en vue de relancer le processus de paix. Mais le jeu des influences dans la région a changé radicalement depuis au moins  2011 où le Qatar et la Turquie ont remplacé l’ Egypte et la Jordanie dans les pourparlers de paix. Or, les Arabes appréhendent la politique du Qatar dans la région qui est proche du mouvement Hamas, groupe principalement associé aux Frères musulmans.

Selon des responsables américains et arabes, le Qatar et la Turquie tentent frénétiquement de profiter de la phase de transition que traverse aujourd’hui le Moyen-Orient afin d’étendre leur influence diplomatique, économique et même religieuse.

Ainsi, le  Qatar représente le principal soutien financier des nouveaux régimes du Caire et de la Tunisie. Selon des responsables qataris, des milliards de dollars ont été offert au président égyptien Mohammad Morsi.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=111599&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1