Archives de Tag: Lebanon

« Tendances de l’Orient » CPL-Hezbollah : pour un nouveau document d’entente _ par Pierre Khalaf

JPEG - 33.9 ko

CPL-Hezbollah : pour un nouveau document d’entente

Par Ghaleb Kandil

Après la multiplication des déclarations et des prises de position reflétant une détérioration des relations entre le Courant patriotique libre (CPL) de Michel Aoun et le Hezbollah, beaucoup de Libanais ont retenu leur souffle, craignant un rupture entre les deux partis. Dans certaines chancelleries occidentales et arabes et quartiers généraux de formations libanaises, des célébrations ont commencé et des paris ont été lancés pour fêter le divorce annoncé entre les deux alliés.
Le timing de cette affaire est très significatif, puisqu’il intervient à la veille de la commémoration de la guerre de juillet, au cours de laquelle le soutien du général Michel Aoun à la Résistance contre l’agression israélienne a été l’un des fondements de la victoire historique, aux côtés des sacrifices des résistants. Cet homme de principes a adopté cette position alors que personne ne connaissait encore l’issue de cette terrible guerre et le CPL a ouvert ses régions dans le Metn, au Kesrouan, à Jbeil et ailleurs, pour accueillir les dizaines de milliers d’habitants du Liban-Sud et de la banlieue de Beyrouth, ciblés par la machine de guerre israélienne. Et même les menaces directes de bombarder sa résidence et de le tuer avec les membres de sa famille ne l’ont pas fait reculer. Cette même position de principe, il l’a prise aussi au le début de la guerre universelle contre la Syrie, mettant l’accent sur la priorité de lutter contre le terrorisme takfiriste.
J’ai porté toutes mes inquiétudes et celles de nombreux amis et me suis rendu chez le général Aoun avec qui j’ai eu un échange franc et sincère, comme d’habitude. Le leader du CPL précise d’emblée que le Hezbollah n’est pas la première partie libanaise à s’être impliquée en Syrie. Il estime qu’il a été contraint à prendre cette décision à la lumière des développements sur le terrain, à cause de l’importance de l’ingérence israélienne sur le terrain et de la menace qui pesait sur les lignes de ravitaillements vitales pour la Résistance. La raison invoquée par son ami et partenaire, sayyed Hassan Nasrallah, sur les attaques contre les villages et les régions qui soutiennent la Résistance lui parait aussi un argument essentiel justifiant la décision du Hezbollah de s’engager dans la bataille.
Partant du principe de l’alliance et du partenariat, le général Aoun estime que le projet de construction d’un État dans sa dimension réformiste est l’un des piliers essentiels du document d’entente avec le Hezbollah. Ce processus doit évoluer en parallèle avec les concepts de l’indépendance et de l’immunité nationale, garantis par la résistance, à travers la formule « Armée-Peuple-Résistance ». Il affirme que le CPL a trouvé de nombreux obstacles qui ont entravé les projets de réformes aussi bien en Conseil des ministres qu’au Parlement. De nombreux projets proposés par les députés du CPL n’ont jamais été examinés et c’est l’un des reproches que le général Aoun fait au président du Parlement, Nabih Berry. Ces reproches, exprimés à plusieurs reprises, accompagnés parfois de divergences sur des dossiers internes entre le CPL et le Mouvement Amal, étaient une source d’embarras pour le Hezbollah. Le général Aoun comprend l’importance de la consolidation de l’alliance bilatérale entre le Hezb et Amal et saisit très bien la particularité de la relation entre les deux formations, gérée par de délicates considérations. Il serait superficiel de croire que le Hezbollah peut, lorsqu’il le souhaite, exercer une influence sur le président Berry, qui a ses propres calculs.
En réponse à une question, le général Aoun exprime son attachement aux canaux de communication entre Rabié et Aïn el-Tiné. Il précise, à cet égard, avoir demandé aux membres de son bloc parlementaire et à ses ministres d’évoquer directement avec le président Berry les sujets litigieux et d’éviter de polémiquer à travers les médias.
Le général est confiant que le Hezbollah accorde une grande importance à la situation interne en dépit du fait que le dossier régional occupe une place centrale dans ses stratégies. Il ajoute que l’attention particulière que le CPL accorde aux questions internes vise à initier une dynamique nationale libanaise qui renforcerait le concept de la construction de l’État et de la réforme des institutions. Cela complète les efforts et la lutte du Hezbollah sur les autres fronts régionaux. Michel Aoun est par ailleurs confiant que les réalisations accomplies dans le combat contre le projet de démembrement de la région feraient émerger de nouveaux équilibres internes libanais plus favorables à la logique du changement et de la réforme. Mais il refuse la mentalité attentiste, car il pense qu’il y a beaucoup à faire pour accompagner les grands changements à venir.
Le général Aoun met l’accent sur la nécessité de protéger et de renforcer le précieux trésor né du document d’entente, celui de la rencontre entre les bases populaires des deux partis.
Je suis sortis de ma rencontre avec le général Aoun porteur de beaucoup de réponses satisfaisantes qui ont dissipé les inquiétudes. Mais je continue de craindre une baisse d’enthousiasme et un affaiblissement des relations au niveau de la base populaire, à cause de certaines divergences. Aussi, je m’interroge s’il ne serait pas opportun de compléter le document d’entente par un nouvel arrangement qui couvrirait les questions d’ordre interne, objets de visions différentes de la part du CPL, du Hezbollah, d’Amal et des autres composantes de l’alliance. De ce que j’ai perçu lors de ma rencontre à Rabié et de la grande estime que je sais que le commandement du Hezbollah porte au général Aoun et au CPL, je demande qu’est-ce qui empêcherait l’ouverture d’une réflexion sur tous ces sujets. L’ordre du jour s’imposerait de lui-même : la loi électorale, les nominations, la dimension socio-économique du projet de réforme.
La rencontre entre ces deux partis autour d’une table pour discuter de toutes ces questions ne tient pas du miracle.

L’agression israélienne : une dernière carte suicidaire

Par Ghaleb Kandil

Après les défaites successives subies par l’agression impérialiste contre la Syrie, le soulèvement du peuple égyptien contre le pouvoir des Frères musulmans, en Égypte, a provoqué un grand choc au sein des milieux américano-israéliens. Cela est apparu dans les déclarations et les commentaires confus qui ont suivi la destitution du président Mohammad Morsi par une intifada sans précédent aussi bien au niveau de la mobilisation populaire que des slogans brandis par les millions d’Égyptiens qui sont descendus dans la rue. La première réaction de Washington a été d’inciter l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à délier, hystériquement, les cordons de la bourse pour remplir de milliards de dollars les caisses du Trésor égyptien.
Les stratèges états-uniens ont pensé que la prise du pouvoir par les Frères musulmans dans certains pays arabes garantirait une nouvelle période d’hégémonie israélo-impérialiste d’au moins dix ans, sous un habit islamiste. Ces prévisions se sont basées sur la tradition religieuse des populations arabes, sur les relations organiques tissées par les Frères musulmans avec les centres de décisions occidentaux ces dernières décennies, et sur des pronostics farfelus annonçant la victoire inéluctable des « Ikhwans » en Syrie et la pérennité de leur pouvoir en Égypte. Ces gouvernements établiraient alors, en coordination avec l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, un nouvel axe qui déclarerait la guerre à l’Iran et s’allierait ouvertement à Israël. La fitna serait son principal outil pour détruire l’axe de la résistance dans la région.
La résistance de la Syrie a constitué une puissante gifle qui a faussé les calculs occidentaux. La résilience de la Syrie à l’agression universelle qui la cible est principalement due à la convergence entre une solide volonté populaire, un commandement profondément enraciné dans ses choix nationalistes et une institution militaire idéologique et patriotique. Cette équation a permis de redessiner un nouveau paysage international sur lequel s’est brisée la domination unilatérale des États-Unis.
Après l’échec des cartes qatarie et turque dans l’agression contre la Syrie, l’Occident a jeté dans la bataille ses cartes de réserve saoudienne et jordanienne, basées sur un armement massif des terroristes. Nouvel échec. Le troisième volet du plan était construit sur l’option du déploiement en Syrie d’un contingent militaire palestino-égyptien, à travers le front jordanien.
Alors que la résistance syrienne se raffermissait et que des changements intervenaient dans les rapports de force internationaux, le soulèvement populaire égyptien a éclaté, réduisant à néant les espoirs de Washington et de ses auxiliaires de mettre en œuvre le troisième plan.
La rapidité avec laquelle les pays du Golfe ont apporté une aide financière à l’Égypte s’inscrit dans le cadre d’une mesure préventive visant à empêcher l’établissement d’un nouveau réseau de relations entre Le Caire, Moscou, Pékin et Téhéran. Mais ce n’est qu’une vaine tentative de retarder l’évolution naturelle des nouveaux rapports de force internationaux.
Les Frères musulmans sont sortis du pouvoir et ne sont pas prêts d’y revenir. En Syrie, l’Etat prend le dessus sur les terroristes, et le rôle turc crépusculaire dans le complot contre la Syrie ne sera pas remplacé par une monarchie wahhabite vacillante, minée par les rivalités au sujet de la succession. L’issue suicidaire à cette quadrature du cercle sera-t-elle une agression israélienne contre la Syrie et le Liban ?

Déclarations et prises de position

BACHAR AL-ASSAD, président de la République arabe syrienne
« Les fissures dont nous voyons les conséquences dans notre Histoire contemporaine ont commencé avec l’émergence des Frères Musulmans et se sont s’aggravées depuis l’indépendance en raison du rôle nocif qu’ils ont joué dans un certain nombre de pays arabes, dont la Syrie.
Les Frères Musulmans sont à l’origine de la première fissure, fondamentale, entre l’arabité et l’Islam. Ils ont essayé de créer deux patries : une patrie pour les Islamistes et une patrie pour les nationalistes. Ainsi, la pensée colonisatrice n’a jamais cessé de se manifester au travers de guerres successives, dont la Guerre du Liban, qui avait pour objectif la création d’une patrie pour les Musulmans et d’une autre patrie pour les Chrétiens. C’est là que les conséquences de l’activisme des Frères Musulmans sur le terrain sont devenues plus lisibles, la plus importante et la plus dangereuse d’entre toutes étant la présence d’Al-Qaïda, à laquelle l’Occident n’a pas manqué de prodiguer son soutien sur fond de révolution islamique en Iran ; révolution venue soutenir la cause palestinienne et donc le cœur même de l’identité pour les Arabes.
Cette nouvelle donne les a poussés à s’orienter vers la création d’une nouvelle discorde entre les Sunnites et les Chiites pour démolir la relation entre les Arabes et les Perses ; tandis que le 11-Septembre, l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak consacraient les fissures entre les Takfiristes et toutes les branches de l’Islam (…)
Nous avons pu leur résister jusqu’ici, parce qu’en Syrie existe la conscience d’un peuple capable d’empêcher le plein succès de telles manœuvres (…)
Il est clair que là où règne le chaos, sévit le terrorisme. Ainsi, lorsque l’État afghan s’est affaibli, le terrorisme s’y est développé ; et lorsque l’Irak a été envahi, le terrorisme s’y est propagé.
Des États étrangers en arrivent à le soutenir pour atteindre certains de leurs objectifs. C’est ce qui s’est passé lorsqu’ils ont voulu affaiblir l’État syrien en espérant qu’ils réussiraient à faire fléchir l’immunité historique de ce pays, ses prises de positions, et sa résistance (…)
Est-ce que les actions de ces wahhabites takfiristes ressemblent un tant soit peu aux comportements du Prophète Mohamad ? J’ai d’ailleurs beaucoup discuté de ce sujet avec des dignitaires religieux syriens ou issus des pays du Levant. Le Coran, le Hadith, et la vie du Prophète prêchent le contraire de ce qu’ils font. Le terrorisme est comme le cancer. Si vous lui donnez un coup de bistouri sans pratiquer une exérèse totale, il métastase. Il faut donc l’éradiquer. Mais la guerre n’est pas un moyen suffisant pour réussir son éradication. Il faut y ajouter l’éducation, la culture, la communication et même l’économie (…)
Pour nous comme pour la Résistance et pour tous ceux qui nous soutiennent, la voie est claire. L’étranger pourra continuer à manigancer autant qu’il le voudra. Nous atteindrons nos objectifs autant par notre résistance que par notre immunité intérieure. Nous y arriverons sans jamais hésiter et par nos propres moyens. Ils peuvent toujours continuer à discuter, nous ferons ce que nous jugerons bon dans l’intérêt de la Syrie (…)
L’armée syrienne se bat dans de nombreuses régions du pays, si nous avions eu besoin d’une aide étrangère nous aurions pu l’obtenir. S’agissant de la bataille de Qussair, la question relève plus de la Résistance libanaise que de la situation interne en Syrie. D’autant plus que la ville, située en zone frontalière, est considérée comme l’arrière cours de la Résistance. Une Résistance forte a nécessairement besoin d’une réelle profondeur (…)
En Égypte, il s’agit de la faillite dudit « Islam politique », faillite d’un type de gouvernance que les Frères Musulmans ont voulu vendre non seulement en Égypte… Je dis et je répète que nous n’acceptons pas que l’Islam descende au niveau de la politique
. »

MICHEL SLEIMAN, président de la République libanaise
« Le fait de demander des comptes à l’armée pour les erreurs qu’elle a pu commettre dans le feu des affrontements ne doit pas aller de pair avec une mise en question du rôle national de l’armée, ni ne doit se transformer en campagne politique contre ce rôle que tous reconnaissent et sur lequel toutes les parties comptent, à l’heure où les officiers et soldats se déploient dans toutes les régions et aux frontières. Il faut laisser les erreurs individuelles à l’armée, qui saura prendre les mesures nécessaires aux niveaux judiciaire et militaire. »

CHEIKH NABIL KAOUK, vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah
« Les événements d’Abra ont permis de dévoiler la véritable image du Courant du futur qui ne rate aucune occasion pour inciter à la discorde communautaire et dont le rôle, qui consiste à couvrir et à faciliter les projets de discorde, a été révélé au grand jour. Il est honteux que ceux qui ont brandi le slogan ‘Liban d’abord’ en arrivent à œuvrer pour la discorde d’abord. Le Moustaqbal agit de la sorte parce que son plan pour la Syrie a échoué et il essaie de compenser l’échec de ses paris par un embrasement du front libanais. Il prend pour cible l’armée et cherche à couvrir les meurtriers des militaires à Abra, Ersal et Tripoli. Pour le compte de qui essaie-t-il de dénigrer l’armée, le peuple et la Résistance ? Ce parti assume la responsabilité de chaque goutte de sang versée par un officier ou un soldat. Ceux qui font de la provocation, qui arment des individus et qui facilitent des projets de discorde sont complices du crime commis à Abra. Le plus grand péché de ce parti, depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, est qu’il a recours à l’arme de l’exacerbation confessionnelle qui ne lui sera jamais utile et ne lui permettra pas d’obtenir des acquis politiques au détriment de la Résistance qui est trop forte pour se laisser entraîner sur la voie de polémiques et de provocations communautaires. »

Événements

• Certains on voulu transformer, hier, la réunion de la Commission parlementaire de la Défense et de l’Intérieur en procès contre l’Armée libanaise, voire en une occasion pour placer l’institution militaire dans le box des accusés. Mais la séance s’est transformée en « veillée documentaire » sur le terrorisme du dénommé Ahmad al-Assir et son groupe. Les représentants de l’armée ont ainsi fait visionner aux membres de la commission des enregistrements vidéos montrant clairement comment les affrontements ont éclaté et l’agression des partisans d’al-Assir contre le barrage de l’armée érigé près du périmètre de sécurité de Abra, et comment le cheikh a personnellement donné l’ordre à ses hommes de « mettre en pièce » les soldats après qu’ils eurent refusé de démanteler le check-point, comme il le leur a « ordonné ». Les enregistrements ont été pris par les caméras du périmètre de sécurité. On y voit cheikh al-Assir très nerveux et tendu, ordonnant à l’un de ses adjoints, Ahmad Hariri, de demander aux soldats de démanteler leur barrage. N’ayant pas obtenu satisfaction, Hariri revient vers al-Assir et lui raconte ce qui s’est passé. Le cheikh entre alors dans une grande colère et commence à hurler, demandant à ses partisans de prendre les armes et de se diriger vers le check point pour le démanteler de force. Effectivement, les miliciens se rendent au barrage et commencent à provoquer les militaires en poste, avant des les exécuter, tuant l’officier Samer Tanios et le soldat Rami Khabbaz. Après avoir tué et blessé tous les membres du check-point, ils reviennent vers Ahmad al-Assir, qui avait entretemps revêtu son uniforme militaire, pour lui raconter leurs faits d’armes. Le cheikh a alors hurlé à ses partisans : « Mettez-les en pièce ». Son frère Amjad lui répond : « Je l’ai déjà fais ». Une autre vidéo, filmée deux jours avant les incidents d’Abra, montre al-Assir au barrage de l’armée en train d’insulter les militaires en déclarant : « Bandes d’animaux, on va vous égorger ». Les soldats font preuve d’une grande retenue, évitant de répondre aux provocations.

• Le premier juge d’instruction près le tribunal militaire, Riad Abou Ghida, a interrogé hier neuf personnes suspectées d’être impliquées dans les affrontements entre l’armée et des partisans d’Ahmad el-Assir à Abra. Le magistrat a libéré trois des suspects et émis des mandats d’arrêt contre les six autres. Par ailleurs, le juge d’instruction près le tribunal militaire, Fadi Sawan, a interrogé hier cheikh M. Ch., accusé d’actes terroristes et de transport d’armes, de munitions et d’explosifs en Syrie. Cheikh M. Ch. accompagnait cheikh al-Assir lors de ses visites en Syrie. Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.

Revue de presse

AS-SAFIR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DU 8-MARS)
GHASSEB AL-MOUKHTAR (12 JUILLET 2013)
À en juger par les détails relatifs aux contacts concernant la formation du nouveau gouvernement, les repositionnements politiques, notamment celui de Michel Aoun, ainsi que les déclarations récentes du président du Parlement, Nabih Berry, n’aplaniront pas ipso facto les obstacles qui entravent la formation du gouvernement, d’autant plus que les positions des différentes parties prenantes à cet égard n’ont pas changé d’un iota et que le Courant du futur continue à s’opposer à la participation du Hezbollah au prochain Cabinet. Selon des sources bien informées, la solidarité est toujours de mise entre les composantes de l’alliance Hezbollah-Amal-CPL sur la formation du gouvernement. À en croire les mêmes sources, Nabih Berry aurait jeté la balle dans le camp du président de la République Michel Sleiman et du Premier ministre désigné, Tammam Salam, soit pour les mettre dans l’embarras, soit pour les exhorter à mettre les bouchées doubles et à prendre la décision de mettre en place un gouvernement, soit pour limiter les divergences sur ce dossier entre Salam et Aoun. Le 14-Mars voit d’un mauvais œil les dernières déclarations de M. Berry, les mettant sur le compte d’un jeu de rôle auquel se livrent les forces du 8-Mars.

AS-SAFIR (12 JUILLET 2013)
Des sources qui suivent l’enquête sur l’attentat de Bir el-Abed ont évoqué des indices qui sont actuellement examinés et analysés, tout en refusant d’entrer dans les détails et de préciser où en sont les investigations. Ces sources se sont contentées de dire : « L’enquête se poursuit dans toutes les directions et toutes les options sont prises en compte. »
Mais des sources de sécurité ont fait état de données préliminaires qui sont en train d’être examinées. Selon ces informations, la voiture piégée aurait été garée sur le lieu de l’attentat par une femme aux cheveux blonds (ou teintés en blond) et la chargé explosive, préparée d’une manière professionnelle, dépasse de loin les 35 kg. Cependant, le souffle de l’explosion est allé à la verticale et non pas à l’horizontale. Les mêmes sources indiquent que le choix de l’endroit était de faire le plus grand nombre de victimes possible.

AS-SAFIR (12 JUILLET 2013)
MARLENE KHALIFE
Les observateurs ne sont pas optimistes quant à la capacité du Royaume uni à amener ses pairs européens à changer d’avis concernant l’inscription de l’aile militaire du Hezbollah sur la liste européenne des organisations terroristes. Tout ce que les Britanniques cherchent à obtenir consiste à marquer leur tentative d’inscrire l’aile militaire du Hezbollah sur la liste noire dans le souci de satisfaire les États-Unis et Israël. Les ministres européens des Affaires étrangères débattront de ce dossier lors de leur réunion le 22 juillet à Bruxelles, à l’heure où un revirement clair est survenu au niveau de la position bulgare. En l’absence d’éléments probants incriminant le Hezbollah, toute éventuelle inscription de son aile militaire sur la liste terroristes pourrait faire l’objet d’un recours. Il est difficile de prendre une décision européenne à cet égard sur une base politique.
Un diplomate européen a affirmé dans ce cadre qu’« il n’est pas possible d’accuser le Hezbollah de terrorisme pour sa participation à la guerre en Syrie, vu l’implication de plusieurs autres parties libanaises dans ce conflit ». Cette question, soulevée en février dernier, refait surface aujourd’hui en raison des pressions US soutenues exercées sur l’UE, plus particulièrement sur la France, pour la conduire à adhérer à la décision britannique. Selon les informations provenant de canaux diplomatiques bien informés, les États-uniens auraient demandé aux Européens, avec insistance, l’inscription de l’aile militaire du Hezbollah sur la liste UE des organisations terroristes, y voyant une mesure plus importante que la levée de l’embargo sur les armes à destination de l’opposition syrienne. Un expert dans les affaires européennes souligne toutefois que les Européens s’interrogent sur l’utilité de l’inscription du Hezbollah sur la liste noire et sur l’intérêt de l’Europe de prendre une telle mesure. Un autre diplomate s’est demandé ce que gagnerait l’Europe à fermer des canaux de dialogue avec le Hezbollah.

AS-SAFIR (10 JUILLET 2013)
Le président du Parlement, Nabih Berry, a déclaré que l’attentat de la banlieue sud de Beyrouth doit accélérer, plus que jamais, la formation d’un gouvernement d’union nationale. Les efforts pour la formation du gouvernement se sont intensifiés, hier. Le Premier ministre désigné, Tammam Salam, a reçu l’ancien Premier ministre, Fouad Siniora, et un émissaire du président de la République, l’ancien ministre Khalil Hraoui.
Le président Berry a dit à M. Salam que le mouvement Amal et le Hezbollah négocieront avec lui la part des chiites au sein du nouveau cabinet indépendamment du chef du Courant patriotique libre (CPL), le général Michel Aoun. « Nous transmettrons à M. Salam une longue liste de candidats pour les postes ministériels dans laquelle il pourra puiser », a-t-il dit. Le président de la Chambre a indiqué qu’il existe d’importantes divergences entre M. Aoun et les autres composantes du 8-Mars, « notamment au plan interne ». « Dès aujourd’hui, chacun est libre de ses choix concernant le gouvernement ou même le Parlement, a dit M. Berry. J’ai déjà fait part de cela au ministre Gebran Bassil ». « L’accord stratégique concernant la résistance et le conflit contre Israël tient toujours », a-t-il ajouté.

AN-NAHAR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DU 14-MARS)
(12 JUILLET 2013)
Suites aux propos faisant état d’une facilitation de la mission du Premier ministre désigné, Tammam Salam, et de la déconnexion entre le tandem chiite et le Courant patriotique libre, aucun indicateur positif ne s’est manifesté présageant la naissance du gouvernement. Des sources suivant de près le dossier gouvernemental font remarquer que M. Salam n’a toujours pas obtenu de Nabih Berry une liste de ministrables représentant le Hezbollah et le mouvement Amal, tel que convenu.

AN-NAHAR (12 JUILLET 2013)
RADWAN AKIL
Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a réitéré son refus de la participation du Hezbollah au nouveau gouvernement en raison de son implication en Syrie. Il a par ailleurs estimé que l’attentat qui a visé la banlieue sud nécessite la formation rapide d’un gouvernement, quitte à ce qu’il ne bénéficie pas de l’aval du Hezbollah.

AN-NAHAR (9 JUILLET 2013)
Les milieux de la commission ministérielle chargée du suivi du dossier des otages libanais détenus en Syrie ont indiqué que les négociations menées par le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, avec les ravisseurs, ont abouti à un accord quasi-définitif. L’arrangement conclu prévoit la libération des neuf otages en deux temps, en contrepartie de la libération par les autorités syriennes des détenues réclamées par le « Bataillon de la tempête du nord ». Dans un premier temps, quatre ou cinq otages libanais seront remis en liberté alors que la moitié des prisonnières syriennes seront relaxées. La deuxième phase devrait avoir lieu peu de temps après la première étape.
Les mêmes milieux n’ont pas évoqué la date de la mise en exécution de cet accord de crainte que des imprévus de dernière minute ne viennent le compromettre.

AL-AKHBAR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DE LA RESISTANCE)
MAYSAM RIK, (12 JUILLET 2013)
La députée Bahia Hariri n’est plus la même après la bataille d’Abra et a commencé à refaire ses comptes politiques. Les personnalités du 14-Mars qui lui ont rendu visite ont été surprises de constater qu’elle n’est plus une députée au Parlement, et est devenue le véritable leader du Courant du Futur. Ces mêmes personnalités s’étonnent également de l’offensive de Bahia Hariri contre l’Armée libanaise et les Brigades de la résistance, quelques jours après les accrochages à Abra, et l’inscrivent dans le cadre d’une réaction de la députée, qui a été tenue responsable de ce qui s’est passé dans sa ville.

AL-AKHBAR (12 JUILLET 2013)
Des sources du Hezbollah assurent que la relation entre le parti et le Courant patriotique libre (CPL) est stratégique, et si des divergences peuvent apparaitre autour de dossiers libanais internes, cela est tout à fait naturel entre des « alliés libres » car cette alliance « n’est pas dirigée par une ambassade ou une partie étrangère ».
D’autres sources du 8-Mars ajoutent que le général Michel Aoun « n’est en rien différent des autres composantes de cette alliance sur le plan politique ». Concernant la Résistance, les positions du leader du CPL sont aussi stables que celles du 8-Mars et sa vision concernant « l’offensive takfiriste dans la région est claire et solide ». Une autre source souligne que le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, ce cesse de répéter que « la Résistance a une dette envers le général Aoun et a confiance en lui ».
Les alliés du Hezbollah indiquent que les divergences avec le général Aoun au sujet de la prorogation du mandat du commandant en chef de l’Armée sont « vraies et naturelles. » Le chef du CPL estime que ce poste, dédié aux maronites, ne peut être pourvu sans consultations préalables avec lui. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de ses alliés.
Pour sa part, le souci du Hezbollah est de préserver sa relation avec le général Aoun tout en sauvegardant l’unité de la scène chiite (en allusion à la relation avec le président du Parlement Nabih Berry). Concernant spécifiquement la question de Kahwaji, le Hezbollah a de nombreuses préoccupations et il n’a peut-être pas accordé à cette affaire l’importance qu’elle méritait, sa priorité étant de protéger l’institution militaire et son efficacité. De plus, le Hezbollah juge que la situation de l’armée sous le commandement de Jean Kahwaji est « bonne » et il n’est pas possible de trouver un remplaçant dans les circonstances actuelles caractérisées par de profondes divisions internes.

AL-AKHBAR (12 JUILLET 2013)
ROULA IBRAHIM
Au lendemain du tir des deux roquettes contre la banlieue sud de Beyrouth, le 26 mai dernier, le chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a passé une de ses pires nuits. Il a senti l’étau de la fitna se refermer autour de son cou. Contrairement à ce qu’il croyait, il a réalisé que la sécurité de la région d’Aley n’était pas du tout sous contrôle. Aussi, a-t-il rappelé la « vieille garde », remplaçant le responsable du PSP à Aley, Wissam Kadi —qui couvre la région de Chabar al-Gharbi, Beissour, Keyfoun, Aïtate, Choueifat et Bchamoun—, par son prédécesseur, Zahi Ghosseini. Surnommé Abou Ayad, ce dernier occupait dans le passé des fonctions militaires et est susceptible de mieux tenir le terrain dans les villages délicats, limitrophes aux zones d’influence du Hezbollah.
Par ailleurs, et conformément à un arrangement conclu dans le cadre d’une commission conjointe, le PSP inspecté avec des responsables du Hezbollah la région d’Aley, notamment les collines de Ras el-Jabal, 8-8-8 et Aïtate, ainsi que toutes les localités surplombant Beyrouth. Soulignons que la coordination sur le terrain entre les deux partis avait été suspendue il y a six mois, suite à la tension provoquée par le fait que M. Joumblatt accueillait dans la montagne des opposants syriens. Mais les structures de coordination ont été rétablies. D’autre part, le PSP a repris les patrouilles dans les régions de Choueifat et Deir Qoubel, sous prétexte de vouloir protéger les villages. Après une interruption de deux ans, depuis le début de la crise syrienne, le PSP a par ailleurs repris, sous l’impulsion de M. Joumblatt, les contacts avec le Parti syrien national social (PSNS), pour discuter des questions sécuritaires dans la région. Mais le PSNS a exprimé des réserves, exigeant que les discussions portent sur toutes les questions, y compris celles des services et du développement. Le chef du PSP a accepté ces conditions et, effectivement, plusieurs réunions bilatérales ont eu lieu, notamment à Choueifat.
Enfin, M. Joumblatt a opéré une ouverture vers des hommes de religion druzes qui ne tournent pas dans son orbite, mettant l’accent sur la nécessité de renforcer l’unité de la communauté.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
HASSAN OLLEIK
Des sources sécuritaires et politiques indiquent que le directeur de l’antenne de la CIA au Liban aurait remis aux services de renseignement libanais relevant de l’armée et des FSI plusieurs rapports contenant des informations extrêmement sensibles. Selon le 1er rapport, un groupe affilié à Al-Qaïda aurait fabriqué deux charges, de 7 tonnes chacune, avant de les mettre à bord de camions afin de les faire détoner. Ces explosifs auraient été destinés à être utilisés contre des bâtiments de la banlieue sud et l’attentat aurait censé être exécuté par des kamikazes appartenant à un groupe lié à Al-Qaïda et actif en Syrie. Un 2ème rapport dû à la CIA aurait indiqué qu’un groupe rattaché à Al-Qaïda aurait fait entrer au Liban 2 tonnes d’explosif destinés à être utilisés dans des attaques contre l’Armée libanaise, le Hezbollah, les ambassadeurs saoudien et koweïtien à Beyrouth et contre des diplomates russes et chinois. Quant au 3ème rapport remis aux services de renseignement libanais par la CIA, il contiendrait des informations détaillées concernant le responsable des tirs de de roquettes menées du territoire syrien sur Baalbeck. Il s’agirait d’un ressortissant syrien, chef d’un groupe armé dans les régions situées à l’ouest du Rif de Damas.
Ces informations étaient au menu de la réunion tenue jeudi dernier au Palais de Baabda sous la présidence du chef de l’État, et en présence du Premier ministre sortant Nagib Mikati, des ministres de la Défense, de l’Intérieur et des Télécoms, ainsi que des responsables sécuritaires.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
Selon un député aouniste « le Courant patriotique libre (CPL) ne constitue pas l’une des principales composantes du 8-Mars et n’a jamais été au cœur de ce camp pour sortir de ses rangs. Par conséquent, les déclarations de Nabih Berry faisant état de la suspension de l’alliance du 8-Mars n’ont pas de sens ». Cependant, d’autres sources politiques liées au CPL soulignent que les dernières positions de Berry ne signifient aucunement que le tandem chiite acceptera de participer à un gouvernement dont le Bloc du Changement et de la Réforme ne fera pas partie. De son côté, le député CPL Nabil Nicolas a considéré que les déclarations du chef du Législatif ont soulagé son parti qui demande à être représenté au sein du gouvernement proportionnellement à sa taille parlementaire. Il a toutefois souligné qu’il n’existe pas de dissensions au sein du 8-Mars.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
JEAN AZIZ
Aussitôt après la désignation de Tammam Salam pour la formation du gouvernement, l’ambassadeur saoudien est apparu sur la chaîne Al-Manar, donnant l’impression qu’un printemps libanais se profile à l’horizon. Mais, très vite, Riyad a émis ses ordres : « Non à la participation du Hezbollah au gouvernement ; non à la représentation des forces politiques proportionnellement à leur taille parlementaire au sein du nouveau cabinet ». De même, à la suite de l’exploit réalisé par l’armée à Abra et de l’entente sur l’ordre du jour de la séance parlementaire, notamment le point relatif à la prorogation du mandat de Jean Kahwaji, l’Arabie saoudite a retourné sa veste, en considérant la séance en question anticonstitutionnelle. Le sentiment de peur éprouvé par les sunnites dans le contexte actuel rappelle les appréhensions similaires vécues par les chrétiens en 1975 et 1990. Riyad doit opter pour l’ouverture et le dialogue avec les autres composantes de la scène libanaise, notamment avec Michel Aoun, Walid Joumblatt et le Hezbollah, pour éviter la réédition du scénario de 1975 lorsque les chrétiens ont choisi d’avoir recours à la violence.

AL-AKHBAR (10 JUILLET 2013)
IBRAHIM AL-AMINE
La logique des choses ainsi que des données et des estimations politiques et sécuritaires ont abouti, de longue date, à la conclusion suivante : une partie déterminée, dont l’identité n’est pas tout à fait un mystère, se prépare à commettre une série de crimes au Liban, en prenant pour cible directe les zones soumises à l’influence du Hezbollah, lequel n’était pas sans savoir que des parties arabes et internationales, voire libanaises, allaient appuyer de tels actes de violence. En lisant entre les lignes des réactions libanaises à l’attentat de Bir el-Abed, on constate qu’une partie donnée au Liban prête main-forte aux ennemis de la résistance pour s’en prendre à elle. Preuve en est le discours de plus en plus véhément qui s’élève contre le Hezbollah et le présente comme source de danger aussi bien pour son public que pour le reste des Libanais. Cette charge s’accompagne d’une campagne sans précédent menée dans le but de rompre toute forme de contact social, politique, culturel et personnel entre sunnites et chiites. Cette partie libanaise ne cesse de solliciter ses partenaires extérieurs afin qu’ils la soutiennent dans cette équipée anti-Hezbollah. Il est désormais chose normale de requérir le soutien de l’Occident, d’Israël, de tous les groupes takfiristes et des gangs de tous bords. Plus encore, cette même partie se met à présent à cautionner le criminel et à justifier son acte, tout en l’encourageant à recommencer, tant que la résistance n’aura pas fait les concessions requises aux plans libanais et régional. Les composantes libanaises de la partie incriminée ont perdu tout sens des responsabilités, dans la mesure où elles ont désormais pour unique souci de rester dans les bonnes grâces de l’Occident et de s’assurer que leurs maîtres ne les accusent pas d’avoir échoué à mener à bien cette mission pour la énième fois.
Dans cette atmosphère, il serait utile de revenir au 8 mars 1985, lorsqu’une puissante explosion a secoué l’artère principale de Bir el-Abed. La charge explosive visait à l’époque feu Sayyed Mohammed Hussein Fadlallah. Mais près de 90 habitants de la région y ont péri. Quelque temps après, l’enquête a permis d’identifier les exécutants de ce massacre. Il s’agissait d’un groupe de Libanais directement liés à la CIA. Plusieurs années plus tard, un autre pan de la vérité a été dévoilé dans un ouvrage du célèbre journaliste états-unien Bob Woodward, qui a révélé que « la CIA a obtenu de la part de l’Arabie saoudite un financement pour nombre de ses opérations à l’époque » et que « le trait d’union entre le régime saoudien et les renseignements US n’était autre que l’ambassadeur du roi à Washington, Bandar Ben Sultan, qui aurait transféré 3 millions de dollars vers un compte bancaire secret en Suisse afin de financer l’opération qui aurait été convenue par les deux parties ». Un nouveau crime a été perpétré, à quelques dizaines de mètres de celui commis il y a 28 ans. Ses commanditaires et ses exécutants doivent craindre, où qu’ils se trouvent, les foudres du Hezbollah, dont la force de dissuasion n’est plus à prouver.

L’ORIENT-LE JOUR (QUOTIDIEN LIBANAIS FRANCOPHONE PROCHE DU 14-MARS)
SCARLETT HADDAD (13 JUILLET 2013)
Une source proche du Hezbollah estime que si, lors du déclenchement des événements de Syrie, la confusion régnait, aujourd’hui il est possible de voir clairement les développements. La source explique qu’il est maintenant clair que les Américains et les Européens, ainsi que les Israéliens sont derrière ce qui se passe en Syrie depuis le début. Ils considèrent en effet qu’ils ont un seul ennemi dans la région dont la tête est l’Iran, le corps la Syrie, et les bras et les jambes le Hezbollah et le Hamas. Ils ont commencé par tenter de couper les membres de cet ennemi en menant une guerre contre le Hezbollah en 2006 puis une autre contre le Hamas en 2009. En vain. Ils ont alors cru pouvoir s’en prendre à la tête en songeant à une attaque des sites nucléaires puis en multipliant les sanctions économiques. En vain. Ils ont alors décidé de porter un coup au corps, c’est-à-dire à la Syrie, dans le but de détacher la tête des membres et de les rendre ainsi inefficaces. Ils ont donc profité de ce qu’il est convenu d’appeler « le printemps arabe » en Égypte et Tunisie, et surtout après l’expérience libyenne, pour lancer un mouvement similaire en Syrie.
C’est ainsi qu’ont commencé les premières manifestations pour des revendications démocratiques. Ceux qui ont élaboré le plan ont cru que le régime de Bachar el-Assad est fragile et qu’il tomberait rapidement. Mais en voyant que les manifestations ne parvenaient pas à mobiliser une foule nombreuse, ni à se doter d’une place symbolique pour mettre la pression sur le régime, les parrains du projet ont opté pour la révolte armée. C’est dans ce contexte que l’ancien émir du Qatar avait déclaré en 2011 que le « mois de ramadan serait sanglant cette année en Syrie et que le régime sauterait à la fin du mois ».
Les événements n’ont pas évolué dans ce sens et les ennemis du régime ont alors décidé d’utiliser la carte du Conseil de sécurité pour couvrir une opération militaire limitée ou la création d’une zone d’exclusion aérienne. Mais ils se sont heurtés à l’opposition ferme de la Russie et de son alliée la Chine. Ils ont alors eu recours à la fibre religieuse et confessionnelle, la seule en mesure de mobiliser les foules et d’attirer les combattants. C’est ainsi qu’à la suite des appels au jihad lancés par plusieurs ulémas extrémistes, dont cheikh Youssef Qardaoui, les jihadistes de l’islam ont afflué vers la Syrie, venus de tous les coins du monde, grossissant les rangs de l’opposition au point de devenir le véritable noyau dur sur le terrain. Ce dernier plan a réussi puisque les jihadistes se sont montrés des combattants féroces, ne craignant pas la mort, puisqu’elle est la porte vers le paradis. Toutefois, leur mode de vie et leurs pratiques ont rapidement commencé à choquer la population syrienne elle-même qui a vite déchanté de l’opposition, ainsi que les parrains occidentaux qui ne peuvent pas couvrir de tels actes, ni une opposition islamiste que par ailleurs, ils combattent au Mali et qui a multiplié les attentats contre eux en Libye et en Afghanistan. Il y a bien une tentative de rectifier le tir et de pousser l’Armée syrienne libre à reprendre l’initiative et à chasser les islamistes, mais pour l’instant, il n’y a eu aucun développement significatif sur le terrain dans ce sens.
Au contraire. Les reportages et les analyses se multiplient dans les médias occidentaux pour évoquer l’affaiblissement de l’opposition, ses divergences internes et son incapacité à reprendre l’initiative, face aux forces du régime qui sont en train de gagner du terrain. D’ailleurs, après avoir exigé le départ du président syrien Bachar el-Assad, l’Occident se fait aujourd’hui plus discret sur la question, tout en se déclarant prêt à une solution politique négociée. C’est ainsi qu’a été lancée l’idée de la conférence de Genève 2. Mais le problème, comme l’a déclaré le nouveau chef de la CNS, Ahmad al-Jarba, c’est que l’opposition ne souhaite pas participer à cette conférence dans cet état de faiblesse. Il faut donc lui permettre de remporter une victoire sur le terrain pour qu’elle puisse y participer. Mais comment ? L’afflux d’armes et de fonds est surtout en train de profiter aux extrémistes d’al-Nosra, qu’aucun pays occidental ne peut couvrir officiellement.
Dans ce contexte, la source proche du Hezbollah précise que le principal souci de l’Occident est aujourd’hui d’empêcher le régime syrien de remporter une victoire éclatante. Le compromis devrait donc reposer sur l’équation suivante : pas de grande victoire ni de grande défaite pour amener le régime et l’opposition à conclure un accord. Mais pour l’instant, rien n’indique qu’on s’approche d’une telle situation. C’est pourquoi le sang continue de couler, le régime voulant écraser l’opposition et celle-ci espérant encore changer la donne sur le terrain. La prochaine échéance politique sérieuse devrait avoir lieu en septembre, lors du sommet du G20. D’ici là, la violence devrait donc continuer…

Publicités

Rôde l’insaisissables S-300, qui arrive, s’en va, revient…

Hier, à 16H00, c’était assuré : au moins un contingent de S-300 russes était arrivés en Syrie, selon une déclaration télévisée de Bachar Al-Assad non encore diffusée mais dont on avait “fuité” quelques extraits. Hier, à 18H00, la chose était démentie : mais non, Assad ne dit pas du tout cela, ou, dans tous les cas, il ne dirait pas cela. Il n’y a pas de S-300 en Syrie. Hier, en fin de soirée, après la transmission de l’interview d’Assad, on restait tout de même dans l’incertitude : Assad n’a pas dit que des S-300 étaient arrivés en Syrie, mais il n’a pas dit non plus que des S-300 n’étaient pas arrivés en Syrie, – simplement parce qu’il a refusé de répondre à la question précise sur le cas. Par contre, il a dit que les Russes ont toujours rempli leurs obligations contractuelles vis-à-vis de la Syrie, et comme il y a eu un contrat signé pour des S-300… Ce qui veut dire à peu près tout, que des S-300 ont été livrés, qu’ils sont en cours de livraison, qu’ils seront livrés plus tard…

Les nouvelles ont donc dû être ajustées selon ces nouveaux développements, comme le fait DEBKAFiles, le 30 mai 2013 en citant comme toujours des “sources du renseignement israélien”, comme nous-mêmes après tout avec ce texte, après notre texte du 30 mai 2013… Le Guardian qui, comme tout le monde, avait annoncé la livraison des S-300 (ce 30 mai 2013), puis dans sa rubrique Live avait démenti («Earlier reports that Assad claimed he had received a first shipment of anti-aircraft missiles from Russia appear to have been wrong»), aboutit finalement à un commentaire mi-figue mi-raisin, où l’on admirera la rhétorique à la fois retenue et pourtant évocatrice qui est finalement un reflet assez exact de la perception qu’on a de cette situation… (Ce 31 mai 2013.)

«Syria’s president, Bashar al-Assad, has said Russia will deliver anti-aircraft missiles to Syria – a claim likely to dramatically increase tensions in the region and which could provoke the Israelis to launch a future strike against the weapons. In an interview with Lebanon’s al-Manar channel Assad refused to confirm if Moscow had already begun to deliver long-range S-300 air defence rockets. But he said he expected the Kremlin to fulfil the order, and added: “All our agreements with Russia will be implemented and parts of them have already been implemented.” […]

«There was confusion on Thursday in western capitals after an early version of the interview quoted Assad as saying the S-300s had already arrived. US officials said they did not know the situation. One high-ranking Israeli official said: “We are trying to find out exactly what the situation is but currently we just don’t know.” Analysts said it was possible some elements of the S-300 system – made up of launchers, radar and a command-and-control vehicle – had turned up but doubted the system was yet operational.»

L’annonce initiale de l’affirmation supposée d’Assad de la livraison d’une première série de S-300 avait provoqué un amoncellement de commentaires, selon les hypothèses sur l’attitude d’Israël qui avait auparavant annoncé qu’il attaquerait une telle livraison de S-300. Parmi ces commentaires, retenons celui de Giora Eiland que nous avons déjà cité (voir le 27 mai 2013), qui exprime la préoccupation générale des milieux de sécurité nationale israéliens : «If we do something soon after the transfer, we might have business not only with Syria but with the Russians. This is a real hot potato.» D’une façon générale, les Israéliens reportent leur frustration dans cette affaire sur les Européens, dont ils estiment que la décision de lever l’embargo sur les armes pour les rebelles est la cause de cette aggravation générale de la perception de la situation. Un officiel est cité par le Guardian, qui parlait alors qu’on tenait pour assurée la livraison d’un premier contingent de S-300, mais qui exprime un sentiment israélien général, livraison effective ou pas :

«This move will certainly change the whole dynamic. This is mostly as a result of the EU’s reckless decision to lift the arms embargo. I don’t know if the shipment of the missiles was a direct result of that decision, but it certainly gave the Russians a pretext to go ahead and do what they wanted to do in the first place. If they had any misgivings, doubts about the timing, the EU decision rid them of these.»

Les Russes, eux, sont restés complètement silencieux durant tout cet épisode d’hier avant d’affirmer qu’aucun envoi de S-300 opérationnels n’avait encore été fait, et ce silence est plutôt le signe de l’inflexibilité de leur position principielle générale, telle que les Israéliens ont pu s’en apercevoir lors des rencontres qu’ils ont eues avec eux à propos des S-300. Les Russes ne bougent pas d’un pouce ; sur le fait en débat, ils s’en tiennent à leur position bien connue qui est, d’abord, que le contrat signé en 2010 sera honoré d’une façon ou l’autre ; qui est, ensuite, que le S-300 est un “facteur stabilisant” (voir Russia Today le 28 mai 2013), parce qu’il est là pour dissuader Israël, et d’autres bien entendu, d’attaquer. La position des Russes est ainsi caractéristique, ou dans tous les cas symbolique : ils entendent montrer et sans doute garder le plus grand sang-froid, d’abord parce que leur ligne inflexible le leur permet, ensuite parce qu’ils tiennent les cartes de cette séquence en mains (c’est eux qui sont la source de livraison des S-300) ; et ils observent, sans doute avec une certaine ironie, le désordre et l’alarme extraordinaire causés par une annonce “fuitée”, puis démentie, puis apparaissant comme pas tout à fait complètement démentie… Si le discours très vague et sans signification d’Assad maintient tout de même la tension, c’est parce que, quelques heures auparavant, il y a eu l’épisode de la “fuite” qui, même s’il était basé sur une fausse interprétation ou bien sur une interprétation volontairement distordue (une telle manœuvre, si non e vero, e ben trovato), a suscité une situation de vérité : la mise à nue de l’extrême tension qui entoure une affaire finalement très secondaire (le cas des S-300) dans l’étrange et insaisissable “guerre syrienne”. Mais cette “affaire secondaire” exprime aujourd’hui le climat général. Tout cela montre la sensibilité extrême, l’absence de contrôle même, qui caractérise, du côté du bloc BAO, y compris et surtout du côté des Israéliens qu’on a connus plus maîtres d’eux, tout ce qui concerne la Syrie. La cause de ce climat est que la position du bloc BAO vis-à-vis de la Syrie est elle-même structurée sur une vision et une référence complètement distordues par la narrative générale, donc par une construction d’une fausse réalité, finalement très déstabilisante pour les psychologies.

C’est cet aspect qui est intéressant, cet emballement, cette dramatisation, jusqu’à l’évocation d’un affrontement entre Israël et la Russie qui est pour certains la voie vers une guerre généralisée, qui se déclenchent sur la foi d’une information “fuitée”, concernant un aspect très secondaire du conflit. La confusion est d’ailleurs étendue à l’objet du litige, puisque les avis continuent à être très divergents sur les capacités opérationnelles du S-300. Mais finalement, lorsque le Guardian qualifie ce missile de “game-changer” (le 30 mai 2013), il a raison psychologiquement, et c’est ce qui compte : quelles que soient les performances du S-300, l’idée que sa livraison constitue un élément fondamentalement nouveau, sans vraiment d’autres précisions ni la moindre certitude, est désormais un fait politique avéré d’une grande importance, qui a effectivement changé la situation de la “guerre syrienne”… Et des précisions techniques disponibles, on ne retient que celles qui alimentent l’incertitude aggravant le désarroi et la tension. Cet officiel du ministre de la défense russe énumère pour Reuters les limitations de l’efficacité du S-300, qui est un engin déjà ancien, mais on ne retient que la dernière remarque (soulignée en gras par nous), qui est anodine dans son évidence, – mais qui convient à l’état de la psychologie autour de la “guerre syrienne” aggravée par le S-300 :

«A Russian defence ministry source has told Reuters he knew of no qualified Syrians trained by Moscow to use the S-300s, putting the completion of the anti-aircraft system in Syria at “six to 12 months from now”. He added that the Israelis “likely have a million ways to combat the S-300 electronically”, but said that since these methods had not been tested in war “whether the S-300 would fail or not cannot be known.”»

L’épisode d’hier, qui est un épisode lorsqu’il est appréciée dans son intégralités sans aucun élément nouveau, a pourtant complètement modifié le climat, et changé la psychologie autour de la “guerre syrienne”. Il l’a soudain rendu ce climat beaucoup plus tendu et alarmant dans sa potentialité effective, et non plus théorique, en agitant la possibilité très concrète d’un affrontement entre Israël et la Russie, – affrontement que ni l’un ni l’autre ne veulent pourtant, et qu’ils tenteront à tout prix d’éviter (mais sans céder sur l’essentiel dans le cas des Russes). On voit bien l’influence de l’infrastructure crisique où se trouve embourbée cette “insaisissable guerre syrienne”, totalement caractérisée du côté du bloc BAO par l’incohérence, la confusion, la narrative comme référence des politiques conduites, et cela si complètement grossi par le système de la communication que la vérité de la situation finit par en être influencée. La crise syrienne s’est donc brusquement aggravée hier sans que rien de concrètement nouveau n’ait eu lieu, et à cause d’un épisode complètement secondaire (les S-300) par rapport à la substance de la crise. Voilà une bonne définition de la vérité générale elle-même de la situation, qui est de faire d’une crise (la crise syrienne) qui n’a en elle-même qu’une importance secondaire, la messagère et l’expression de toutes les tensions intérieures suscitées par la crise générale du Système.

 

Mis en ligne le 31 mai 2013 à 06H48

http://www.dedefensa.org/article-r_de_l_insaisissables_s-300_qui_arrive_s_en_va_revient_31_05_2013.html

Le président US n’est pas en mesure de décider du sort des Syriens (AmirAbdollahian)

 Hossein Amirabdollahian, vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour le Département arabo-africain, a déclaré que le peuple syrien déciderait de son sort via un scrutin démocratique.

« Le locataire de la Maison Blanche a déclaré que Washington et Londres feraient tout pour avoir une Syrie sans Bachar Assad mais il néglige cette réalité qu’il n’est pas capable de décider du sort de la Syrie au lieu du peuple syrien », a déclaré le responsable iranien.

http://francophone.sahartv.ir/news/5808

L’axe de la résistance et de l’opposition à Israel passe à la résistance nationale populaire, en réponse aux raids israeliens contre la Syrie, et contre l’agression et la judaisation de la palestine !

En réponse aux raids israeliens contre la Syrie, et à l’usurpation des territoires palestiniens, la Syrie a apporté une réponse stratégique à Israel, en annonçant la dotation du hezbollah en armes sophistiquées, jamais livrées jusqu’à présent, l’ouverture du golan et de la syrie à la résistance nationale populaire contre israel, alors que Nasrallah a annoncé être prêt à recevoir ces armes, à les utiliser, et à apporter son soutien à la résistance populaire nationale syrienne et arabe et d’autres mesures passées sous silence par le chef du Hezbollah, pour le moment. C’est une réponse stratégique de taille qui change les données de la guerre arabo-israelienne, et qui change les règles du jeu ! C’est cela, entre autres, que Dr Amine Hoteit, général en retraite, et fin analyste stratégique, nous livre dans un entretien avec la chaîne Al Manar, le vendredi 10 mai 2013.