Archives de Tag: Hezbollah

« Tendances de l’Orient » CPL-Hezbollah : pour un nouveau document d’entente _ par Pierre Khalaf

JPEG - 33.9 ko

CPL-Hezbollah : pour un nouveau document d’entente

Par Ghaleb Kandil

Après la multiplication des déclarations et des prises de position reflétant une détérioration des relations entre le Courant patriotique libre (CPL) de Michel Aoun et le Hezbollah, beaucoup de Libanais ont retenu leur souffle, craignant un rupture entre les deux partis. Dans certaines chancelleries occidentales et arabes et quartiers généraux de formations libanaises, des célébrations ont commencé et des paris ont été lancés pour fêter le divorce annoncé entre les deux alliés.
Le timing de cette affaire est très significatif, puisqu’il intervient à la veille de la commémoration de la guerre de juillet, au cours de laquelle le soutien du général Michel Aoun à la Résistance contre l’agression israélienne a été l’un des fondements de la victoire historique, aux côtés des sacrifices des résistants. Cet homme de principes a adopté cette position alors que personne ne connaissait encore l’issue de cette terrible guerre et le CPL a ouvert ses régions dans le Metn, au Kesrouan, à Jbeil et ailleurs, pour accueillir les dizaines de milliers d’habitants du Liban-Sud et de la banlieue de Beyrouth, ciblés par la machine de guerre israélienne. Et même les menaces directes de bombarder sa résidence et de le tuer avec les membres de sa famille ne l’ont pas fait reculer. Cette même position de principe, il l’a prise aussi au le début de la guerre universelle contre la Syrie, mettant l’accent sur la priorité de lutter contre le terrorisme takfiriste.
J’ai porté toutes mes inquiétudes et celles de nombreux amis et me suis rendu chez le général Aoun avec qui j’ai eu un échange franc et sincère, comme d’habitude. Le leader du CPL précise d’emblée que le Hezbollah n’est pas la première partie libanaise à s’être impliquée en Syrie. Il estime qu’il a été contraint à prendre cette décision à la lumière des développements sur le terrain, à cause de l’importance de l’ingérence israélienne sur le terrain et de la menace qui pesait sur les lignes de ravitaillements vitales pour la Résistance. La raison invoquée par son ami et partenaire, sayyed Hassan Nasrallah, sur les attaques contre les villages et les régions qui soutiennent la Résistance lui parait aussi un argument essentiel justifiant la décision du Hezbollah de s’engager dans la bataille.
Partant du principe de l’alliance et du partenariat, le général Aoun estime que le projet de construction d’un État dans sa dimension réformiste est l’un des piliers essentiels du document d’entente avec le Hezbollah. Ce processus doit évoluer en parallèle avec les concepts de l’indépendance et de l’immunité nationale, garantis par la résistance, à travers la formule « Armée-Peuple-Résistance ». Il affirme que le CPL a trouvé de nombreux obstacles qui ont entravé les projets de réformes aussi bien en Conseil des ministres qu’au Parlement. De nombreux projets proposés par les députés du CPL n’ont jamais été examinés et c’est l’un des reproches que le général Aoun fait au président du Parlement, Nabih Berry. Ces reproches, exprimés à plusieurs reprises, accompagnés parfois de divergences sur des dossiers internes entre le CPL et le Mouvement Amal, étaient une source d’embarras pour le Hezbollah. Le général Aoun comprend l’importance de la consolidation de l’alliance bilatérale entre le Hezb et Amal et saisit très bien la particularité de la relation entre les deux formations, gérée par de délicates considérations. Il serait superficiel de croire que le Hezbollah peut, lorsqu’il le souhaite, exercer une influence sur le président Berry, qui a ses propres calculs.
En réponse à une question, le général Aoun exprime son attachement aux canaux de communication entre Rabié et Aïn el-Tiné. Il précise, à cet égard, avoir demandé aux membres de son bloc parlementaire et à ses ministres d’évoquer directement avec le président Berry les sujets litigieux et d’éviter de polémiquer à travers les médias.
Le général est confiant que le Hezbollah accorde une grande importance à la situation interne en dépit du fait que le dossier régional occupe une place centrale dans ses stratégies. Il ajoute que l’attention particulière que le CPL accorde aux questions internes vise à initier une dynamique nationale libanaise qui renforcerait le concept de la construction de l’État et de la réforme des institutions. Cela complète les efforts et la lutte du Hezbollah sur les autres fronts régionaux. Michel Aoun est par ailleurs confiant que les réalisations accomplies dans le combat contre le projet de démembrement de la région feraient émerger de nouveaux équilibres internes libanais plus favorables à la logique du changement et de la réforme. Mais il refuse la mentalité attentiste, car il pense qu’il y a beaucoup à faire pour accompagner les grands changements à venir.
Le général Aoun met l’accent sur la nécessité de protéger et de renforcer le précieux trésor né du document d’entente, celui de la rencontre entre les bases populaires des deux partis.
Je suis sortis de ma rencontre avec le général Aoun porteur de beaucoup de réponses satisfaisantes qui ont dissipé les inquiétudes. Mais je continue de craindre une baisse d’enthousiasme et un affaiblissement des relations au niveau de la base populaire, à cause de certaines divergences. Aussi, je m’interroge s’il ne serait pas opportun de compléter le document d’entente par un nouvel arrangement qui couvrirait les questions d’ordre interne, objets de visions différentes de la part du CPL, du Hezbollah, d’Amal et des autres composantes de l’alliance. De ce que j’ai perçu lors de ma rencontre à Rabié et de la grande estime que je sais que le commandement du Hezbollah porte au général Aoun et au CPL, je demande qu’est-ce qui empêcherait l’ouverture d’une réflexion sur tous ces sujets. L’ordre du jour s’imposerait de lui-même : la loi électorale, les nominations, la dimension socio-économique du projet de réforme.
La rencontre entre ces deux partis autour d’une table pour discuter de toutes ces questions ne tient pas du miracle.

L’agression israélienne : une dernière carte suicidaire

Par Ghaleb Kandil

Après les défaites successives subies par l’agression impérialiste contre la Syrie, le soulèvement du peuple égyptien contre le pouvoir des Frères musulmans, en Égypte, a provoqué un grand choc au sein des milieux américano-israéliens. Cela est apparu dans les déclarations et les commentaires confus qui ont suivi la destitution du président Mohammad Morsi par une intifada sans précédent aussi bien au niveau de la mobilisation populaire que des slogans brandis par les millions d’Égyptiens qui sont descendus dans la rue. La première réaction de Washington a été d’inciter l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à délier, hystériquement, les cordons de la bourse pour remplir de milliards de dollars les caisses du Trésor égyptien.
Les stratèges états-uniens ont pensé que la prise du pouvoir par les Frères musulmans dans certains pays arabes garantirait une nouvelle période d’hégémonie israélo-impérialiste d’au moins dix ans, sous un habit islamiste. Ces prévisions se sont basées sur la tradition religieuse des populations arabes, sur les relations organiques tissées par les Frères musulmans avec les centres de décisions occidentaux ces dernières décennies, et sur des pronostics farfelus annonçant la victoire inéluctable des « Ikhwans » en Syrie et la pérennité de leur pouvoir en Égypte. Ces gouvernements établiraient alors, en coordination avec l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, un nouvel axe qui déclarerait la guerre à l’Iran et s’allierait ouvertement à Israël. La fitna serait son principal outil pour détruire l’axe de la résistance dans la région.
La résistance de la Syrie a constitué une puissante gifle qui a faussé les calculs occidentaux. La résilience de la Syrie à l’agression universelle qui la cible est principalement due à la convergence entre une solide volonté populaire, un commandement profondément enraciné dans ses choix nationalistes et une institution militaire idéologique et patriotique. Cette équation a permis de redessiner un nouveau paysage international sur lequel s’est brisée la domination unilatérale des États-Unis.
Après l’échec des cartes qatarie et turque dans l’agression contre la Syrie, l’Occident a jeté dans la bataille ses cartes de réserve saoudienne et jordanienne, basées sur un armement massif des terroristes. Nouvel échec. Le troisième volet du plan était construit sur l’option du déploiement en Syrie d’un contingent militaire palestino-égyptien, à travers le front jordanien.
Alors que la résistance syrienne se raffermissait et que des changements intervenaient dans les rapports de force internationaux, le soulèvement populaire égyptien a éclaté, réduisant à néant les espoirs de Washington et de ses auxiliaires de mettre en œuvre le troisième plan.
La rapidité avec laquelle les pays du Golfe ont apporté une aide financière à l’Égypte s’inscrit dans le cadre d’une mesure préventive visant à empêcher l’établissement d’un nouveau réseau de relations entre Le Caire, Moscou, Pékin et Téhéran. Mais ce n’est qu’une vaine tentative de retarder l’évolution naturelle des nouveaux rapports de force internationaux.
Les Frères musulmans sont sortis du pouvoir et ne sont pas prêts d’y revenir. En Syrie, l’Etat prend le dessus sur les terroristes, et le rôle turc crépusculaire dans le complot contre la Syrie ne sera pas remplacé par une monarchie wahhabite vacillante, minée par les rivalités au sujet de la succession. L’issue suicidaire à cette quadrature du cercle sera-t-elle une agression israélienne contre la Syrie et le Liban ?

Déclarations et prises de position

BACHAR AL-ASSAD, président de la République arabe syrienne
« Les fissures dont nous voyons les conséquences dans notre Histoire contemporaine ont commencé avec l’émergence des Frères Musulmans et se sont s’aggravées depuis l’indépendance en raison du rôle nocif qu’ils ont joué dans un certain nombre de pays arabes, dont la Syrie.
Les Frères Musulmans sont à l’origine de la première fissure, fondamentale, entre l’arabité et l’Islam. Ils ont essayé de créer deux patries : une patrie pour les Islamistes et une patrie pour les nationalistes. Ainsi, la pensée colonisatrice n’a jamais cessé de se manifester au travers de guerres successives, dont la Guerre du Liban, qui avait pour objectif la création d’une patrie pour les Musulmans et d’une autre patrie pour les Chrétiens. C’est là que les conséquences de l’activisme des Frères Musulmans sur le terrain sont devenues plus lisibles, la plus importante et la plus dangereuse d’entre toutes étant la présence d’Al-Qaïda, à laquelle l’Occident n’a pas manqué de prodiguer son soutien sur fond de révolution islamique en Iran ; révolution venue soutenir la cause palestinienne et donc le cœur même de l’identité pour les Arabes.
Cette nouvelle donne les a poussés à s’orienter vers la création d’une nouvelle discorde entre les Sunnites et les Chiites pour démolir la relation entre les Arabes et les Perses ; tandis que le 11-Septembre, l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak consacraient les fissures entre les Takfiristes et toutes les branches de l’Islam (…)
Nous avons pu leur résister jusqu’ici, parce qu’en Syrie existe la conscience d’un peuple capable d’empêcher le plein succès de telles manœuvres (…)
Il est clair que là où règne le chaos, sévit le terrorisme. Ainsi, lorsque l’État afghan s’est affaibli, le terrorisme s’y est développé ; et lorsque l’Irak a été envahi, le terrorisme s’y est propagé.
Des États étrangers en arrivent à le soutenir pour atteindre certains de leurs objectifs. C’est ce qui s’est passé lorsqu’ils ont voulu affaiblir l’État syrien en espérant qu’ils réussiraient à faire fléchir l’immunité historique de ce pays, ses prises de positions, et sa résistance (…)
Est-ce que les actions de ces wahhabites takfiristes ressemblent un tant soit peu aux comportements du Prophète Mohamad ? J’ai d’ailleurs beaucoup discuté de ce sujet avec des dignitaires religieux syriens ou issus des pays du Levant. Le Coran, le Hadith, et la vie du Prophète prêchent le contraire de ce qu’ils font. Le terrorisme est comme le cancer. Si vous lui donnez un coup de bistouri sans pratiquer une exérèse totale, il métastase. Il faut donc l’éradiquer. Mais la guerre n’est pas un moyen suffisant pour réussir son éradication. Il faut y ajouter l’éducation, la culture, la communication et même l’économie (…)
Pour nous comme pour la Résistance et pour tous ceux qui nous soutiennent, la voie est claire. L’étranger pourra continuer à manigancer autant qu’il le voudra. Nous atteindrons nos objectifs autant par notre résistance que par notre immunité intérieure. Nous y arriverons sans jamais hésiter et par nos propres moyens. Ils peuvent toujours continuer à discuter, nous ferons ce que nous jugerons bon dans l’intérêt de la Syrie (…)
L’armée syrienne se bat dans de nombreuses régions du pays, si nous avions eu besoin d’une aide étrangère nous aurions pu l’obtenir. S’agissant de la bataille de Qussair, la question relève plus de la Résistance libanaise que de la situation interne en Syrie. D’autant plus que la ville, située en zone frontalière, est considérée comme l’arrière cours de la Résistance. Une Résistance forte a nécessairement besoin d’une réelle profondeur (…)
En Égypte, il s’agit de la faillite dudit « Islam politique », faillite d’un type de gouvernance que les Frères Musulmans ont voulu vendre non seulement en Égypte… Je dis et je répète que nous n’acceptons pas que l’Islam descende au niveau de la politique
. »

MICHEL SLEIMAN, président de la République libanaise
« Le fait de demander des comptes à l’armée pour les erreurs qu’elle a pu commettre dans le feu des affrontements ne doit pas aller de pair avec une mise en question du rôle national de l’armée, ni ne doit se transformer en campagne politique contre ce rôle que tous reconnaissent et sur lequel toutes les parties comptent, à l’heure où les officiers et soldats se déploient dans toutes les régions et aux frontières. Il faut laisser les erreurs individuelles à l’armée, qui saura prendre les mesures nécessaires aux niveaux judiciaire et militaire. »

CHEIKH NABIL KAOUK, vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah
« Les événements d’Abra ont permis de dévoiler la véritable image du Courant du futur qui ne rate aucune occasion pour inciter à la discorde communautaire et dont le rôle, qui consiste à couvrir et à faciliter les projets de discorde, a été révélé au grand jour. Il est honteux que ceux qui ont brandi le slogan ‘Liban d’abord’ en arrivent à œuvrer pour la discorde d’abord. Le Moustaqbal agit de la sorte parce que son plan pour la Syrie a échoué et il essaie de compenser l’échec de ses paris par un embrasement du front libanais. Il prend pour cible l’armée et cherche à couvrir les meurtriers des militaires à Abra, Ersal et Tripoli. Pour le compte de qui essaie-t-il de dénigrer l’armée, le peuple et la Résistance ? Ce parti assume la responsabilité de chaque goutte de sang versée par un officier ou un soldat. Ceux qui font de la provocation, qui arment des individus et qui facilitent des projets de discorde sont complices du crime commis à Abra. Le plus grand péché de ce parti, depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, est qu’il a recours à l’arme de l’exacerbation confessionnelle qui ne lui sera jamais utile et ne lui permettra pas d’obtenir des acquis politiques au détriment de la Résistance qui est trop forte pour se laisser entraîner sur la voie de polémiques et de provocations communautaires. »

Événements

• Certains on voulu transformer, hier, la réunion de la Commission parlementaire de la Défense et de l’Intérieur en procès contre l’Armée libanaise, voire en une occasion pour placer l’institution militaire dans le box des accusés. Mais la séance s’est transformée en « veillée documentaire » sur le terrorisme du dénommé Ahmad al-Assir et son groupe. Les représentants de l’armée ont ainsi fait visionner aux membres de la commission des enregistrements vidéos montrant clairement comment les affrontements ont éclaté et l’agression des partisans d’al-Assir contre le barrage de l’armée érigé près du périmètre de sécurité de Abra, et comment le cheikh a personnellement donné l’ordre à ses hommes de « mettre en pièce » les soldats après qu’ils eurent refusé de démanteler le check-point, comme il le leur a « ordonné ». Les enregistrements ont été pris par les caméras du périmètre de sécurité. On y voit cheikh al-Assir très nerveux et tendu, ordonnant à l’un de ses adjoints, Ahmad Hariri, de demander aux soldats de démanteler leur barrage. N’ayant pas obtenu satisfaction, Hariri revient vers al-Assir et lui raconte ce qui s’est passé. Le cheikh entre alors dans une grande colère et commence à hurler, demandant à ses partisans de prendre les armes et de se diriger vers le check point pour le démanteler de force. Effectivement, les miliciens se rendent au barrage et commencent à provoquer les militaires en poste, avant des les exécuter, tuant l’officier Samer Tanios et le soldat Rami Khabbaz. Après avoir tué et blessé tous les membres du check-point, ils reviennent vers Ahmad al-Assir, qui avait entretemps revêtu son uniforme militaire, pour lui raconter leurs faits d’armes. Le cheikh a alors hurlé à ses partisans : « Mettez-les en pièce ». Son frère Amjad lui répond : « Je l’ai déjà fais ». Une autre vidéo, filmée deux jours avant les incidents d’Abra, montre al-Assir au barrage de l’armée en train d’insulter les militaires en déclarant : « Bandes d’animaux, on va vous égorger ». Les soldats font preuve d’une grande retenue, évitant de répondre aux provocations.

• Le premier juge d’instruction près le tribunal militaire, Riad Abou Ghida, a interrogé hier neuf personnes suspectées d’être impliquées dans les affrontements entre l’armée et des partisans d’Ahmad el-Assir à Abra. Le magistrat a libéré trois des suspects et émis des mandats d’arrêt contre les six autres. Par ailleurs, le juge d’instruction près le tribunal militaire, Fadi Sawan, a interrogé hier cheikh M. Ch., accusé d’actes terroristes et de transport d’armes, de munitions et d’explosifs en Syrie. Cheikh M. Ch. accompagnait cheikh al-Assir lors de ses visites en Syrie. Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.

Revue de presse

AS-SAFIR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DU 8-MARS)
GHASSEB AL-MOUKHTAR (12 JUILLET 2013)
À en juger par les détails relatifs aux contacts concernant la formation du nouveau gouvernement, les repositionnements politiques, notamment celui de Michel Aoun, ainsi que les déclarations récentes du président du Parlement, Nabih Berry, n’aplaniront pas ipso facto les obstacles qui entravent la formation du gouvernement, d’autant plus que les positions des différentes parties prenantes à cet égard n’ont pas changé d’un iota et que le Courant du futur continue à s’opposer à la participation du Hezbollah au prochain Cabinet. Selon des sources bien informées, la solidarité est toujours de mise entre les composantes de l’alliance Hezbollah-Amal-CPL sur la formation du gouvernement. À en croire les mêmes sources, Nabih Berry aurait jeté la balle dans le camp du président de la République Michel Sleiman et du Premier ministre désigné, Tammam Salam, soit pour les mettre dans l’embarras, soit pour les exhorter à mettre les bouchées doubles et à prendre la décision de mettre en place un gouvernement, soit pour limiter les divergences sur ce dossier entre Salam et Aoun. Le 14-Mars voit d’un mauvais œil les dernières déclarations de M. Berry, les mettant sur le compte d’un jeu de rôle auquel se livrent les forces du 8-Mars.

AS-SAFIR (12 JUILLET 2013)
Des sources qui suivent l’enquête sur l’attentat de Bir el-Abed ont évoqué des indices qui sont actuellement examinés et analysés, tout en refusant d’entrer dans les détails et de préciser où en sont les investigations. Ces sources se sont contentées de dire : « L’enquête se poursuit dans toutes les directions et toutes les options sont prises en compte. »
Mais des sources de sécurité ont fait état de données préliminaires qui sont en train d’être examinées. Selon ces informations, la voiture piégée aurait été garée sur le lieu de l’attentat par une femme aux cheveux blonds (ou teintés en blond) et la chargé explosive, préparée d’une manière professionnelle, dépasse de loin les 35 kg. Cependant, le souffle de l’explosion est allé à la verticale et non pas à l’horizontale. Les mêmes sources indiquent que le choix de l’endroit était de faire le plus grand nombre de victimes possible.

AS-SAFIR (12 JUILLET 2013)
MARLENE KHALIFE
Les observateurs ne sont pas optimistes quant à la capacité du Royaume uni à amener ses pairs européens à changer d’avis concernant l’inscription de l’aile militaire du Hezbollah sur la liste européenne des organisations terroristes. Tout ce que les Britanniques cherchent à obtenir consiste à marquer leur tentative d’inscrire l’aile militaire du Hezbollah sur la liste noire dans le souci de satisfaire les États-Unis et Israël. Les ministres européens des Affaires étrangères débattront de ce dossier lors de leur réunion le 22 juillet à Bruxelles, à l’heure où un revirement clair est survenu au niveau de la position bulgare. En l’absence d’éléments probants incriminant le Hezbollah, toute éventuelle inscription de son aile militaire sur la liste terroristes pourrait faire l’objet d’un recours. Il est difficile de prendre une décision européenne à cet égard sur une base politique.
Un diplomate européen a affirmé dans ce cadre qu’« il n’est pas possible d’accuser le Hezbollah de terrorisme pour sa participation à la guerre en Syrie, vu l’implication de plusieurs autres parties libanaises dans ce conflit ». Cette question, soulevée en février dernier, refait surface aujourd’hui en raison des pressions US soutenues exercées sur l’UE, plus particulièrement sur la France, pour la conduire à adhérer à la décision britannique. Selon les informations provenant de canaux diplomatiques bien informés, les États-uniens auraient demandé aux Européens, avec insistance, l’inscription de l’aile militaire du Hezbollah sur la liste UE des organisations terroristes, y voyant une mesure plus importante que la levée de l’embargo sur les armes à destination de l’opposition syrienne. Un expert dans les affaires européennes souligne toutefois que les Européens s’interrogent sur l’utilité de l’inscription du Hezbollah sur la liste noire et sur l’intérêt de l’Europe de prendre une telle mesure. Un autre diplomate s’est demandé ce que gagnerait l’Europe à fermer des canaux de dialogue avec le Hezbollah.

AS-SAFIR (10 JUILLET 2013)
Le président du Parlement, Nabih Berry, a déclaré que l’attentat de la banlieue sud de Beyrouth doit accélérer, plus que jamais, la formation d’un gouvernement d’union nationale. Les efforts pour la formation du gouvernement se sont intensifiés, hier. Le Premier ministre désigné, Tammam Salam, a reçu l’ancien Premier ministre, Fouad Siniora, et un émissaire du président de la République, l’ancien ministre Khalil Hraoui.
Le président Berry a dit à M. Salam que le mouvement Amal et le Hezbollah négocieront avec lui la part des chiites au sein du nouveau cabinet indépendamment du chef du Courant patriotique libre (CPL), le général Michel Aoun. « Nous transmettrons à M. Salam une longue liste de candidats pour les postes ministériels dans laquelle il pourra puiser », a-t-il dit. Le président de la Chambre a indiqué qu’il existe d’importantes divergences entre M. Aoun et les autres composantes du 8-Mars, « notamment au plan interne ». « Dès aujourd’hui, chacun est libre de ses choix concernant le gouvernement ou même le Parlement, a dit M. Berry. J’ai déjà fait part de cela au ministre Gebran Bassil ». « L’accord stratégique concernant la résistance et le conflit contre Israël tient toujours », a-t-il ajouté.

AN-NAHAR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DU 14-MARS)
(12 JUILLET 2013)
Suites aux propos faisant état d’une facilitation de la mission du Premier ministre désigné, Tammam Salam, et de la déconnexion entre le tandem chiite et le Courant patriotique libre, aucun indicateur positif ne s’est manifesté présageant la naissance du gouvernement. Des sources suivant de près le dossier gouvernemental font remarquer que M. Salam n’a toujours pas obtenu de Nabih Berry une liste de ministrables représentant le Hezbollah et le mouvement Amal, tel que convenu.

AN-NAHAR (12 JUILLET 2013)
RADWAN AKIL
Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a réitéré son refus de la participation du Hezbollah au nouveau gouvernement en raison de son implication en Syrie. Il a par ailleurs estimé que l’attentat qui a visé la banlieue sud nécessite la formation rapide d’un gouvernement, quitte à ce qu’il ne bénéficie pas de l’aval du Hezbollah.

AN-NAHAR (9 JUILLET 2013)
Les milieux de la commission ministérielle chargée du suivi du dossier des otages libanais détenus en Syrie ont indiqué que les négociations menées par le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, avec les ravisseurs, ont abouti à un accord quasi-définitif. L’arrangement conclu prévoit la libération des neuf otages en deux temps, en contrepartie de la libération par les autorités syriennes des détenues réclamées par le « Bataillon de la tempête du nord ». Dans un premier temps, quatre ou cinq otages libanais seront remis en liberté alors que la moitié des prisonnières syriennes seront relaxées. La deuxième phase devrait avoir lieu peu de temps après la première étape.
Les mêmes milieux n’ont pas évoqué la date de la mise en exécution de cet accord de crainte que des imprévus de dernière minute ne viennent le compromettre.

AL-AKHBAR (QUOTIDIEN LIBANAIS PROCHE DE LA RESISTANCE)
MAYSAM RIK, (12 JUILLET 2013)
La députée Bahia Hariri n’est plus la même après la bataille d’Abra et a commencé à refaire ses comptes politiques. Les personnalités du 14-Mars qui lui ont rendu visite ont été surprises de constater qu’elle n’est plus une députée au Parlement, et est devenue le véritable leader du Courant du Futur. Ces mêmes personnalités s’étonnent également de l’offensive de Bahia Hariri contre l’Armée libanaise et les Brigades de la résistance, quelques jours après les accrochages à Abra, et l’inscrivent dans le cadre d’une réaction de la députée, qui a été tenue responsable de ce qui s’est passé dans sa ville.

AL-AKHBAR (12 JUILLET 2013)
Des sources du Hezbollah assurent que la relation entre le parti et le Courant patriotique libre (CPL) est stratégique, et si des divergences peuvent apparaitre autour de dossiers libanais internes, cela est tout à fait naturel entre des « alliés libres » car cette alliance « n’est pas dirigée par une ambassade ou une partie étrangère ».
D’autres sources du 8-Mars ajoutent que le général Michel Aoun « n’est en rien différent des autres composantes de cette alliance sur le plan politique ». Concernant la Résistance, les positions du leader du CPL sont aussi stables que celles du 8-Mars et sa vision concernant « l’offensive takfiriste dans la région est claire et solide ». Une autre source souligne que le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, ce cesse de répéter que « la Résistance a une dette envers le général Aoun et a confiance en lui ».
Les alliés du Hezbollah indiquent que les divergences avec le général Aoun au sujet de la prorogation du mandat du commandant en chef de l’Armée sont « vraies et naturelles. » Le chef du CPL estime que ce poste, dédié aux maronites, ne peut être pourvu sans consultations préalables avec lui. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de ses alliés.
Pour sa part, le souci du Hezbollah est de préserver sa relation avec le général Aoun tout en sauvegardant l’unité de la scène chiite (en allusion à la relation avec le président du Parlement Nabih Berry). Concernant spécifiquement la question de Kahwaji, le Hezbollah a de nombreuses préoccupations et il n’a peut-être pas accordé à cette affaire l’importance qu’elle méritait, sa priorité étant de protéger l’institution militaire et son efficacité. De plus, le Hezbollah juge que la situation de l’armée sous le commandement de Jean Kahwaji est « bonne » et il n’est pas possible de trouver un remplaçant dans les circonstances actuelles caractérisées par de profondes divisions internes.

AL-AKHBAR (12 JUILLET 2013)
ROULA IBRAHIM
Au lendemain du tir des deux roquettes contre la banlieue sud de Beyrouth, le 26 mai dernier, le chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a passé une de ses pires nuits. Il a senti l’étau de la fitna se refermer autour de son cou. Contrairement à ce qu’il croyait, il a réalisé que la sécurité de la région d’Aley n’était pas du tout sous contrôle. Aussi, a-t-il rappelé la « vieille garde », remplaçant le responsable du PSP à Aley, Wissam Kadi —qui couvre la région de Chabar al-Gharbi, Beissour, Keyfoun, Aïtate, Choueifat et Bchamoun—, par son prédécesseur, Zahi Ghosseini. Surnommé Abou Ayad, ce dernier occupait dans le passé des fonctions militaires et est susceptible de mieux tenir le terrain dans les villages délicats, limitrophes aux zones d’influence du Hezbollah.
Par ailleurs, et conformément à un arrangement conclu dans le cadre d’une commission conjointe, le PSP inspecté avec des responsables du Hezbollah la région d’Aley, notamment les collines de Ras el-Jabal, 8-8-8 et Aïtate, ainsi que toutes les localités surplombant Beyrouth. Soulignons que la coordination sur le terrain entre les deux partis avait été suspendue il y a six mois, suite à la tension provoquée par le fait que M. Joumblatt accueillait dans la montagne des opposants syriens. Mais les structures de coordination ont été rétablies. D’autre part, le PSP a repris les patrouilles dans les régions de Choueifat et Deir Qoubel, sous prétexte de vouloir protéger les villages. Après une interruption de deux ans, depuis le début de la crise syrienne, le PSP a par ailleurs repris, sous l’impulsion de M. Joumblatt, les contacts avec le Parti syrien national social (PSNS), pour discuter des questions sécuritaires dans la région. Mais le PSNS a exprimé des réserves, exigeant que les discussions portent sur toutes les questions, y compris celles des services et du développement. Le chef du PSP a accepté ces conditions et, effectivement, plusieurs réunions bilatérales ont eu lieu, notamment à Choueifat.
Enfin, M. Joumblatt a opéré une ouverture vers des hommes de religion druzes qui ne tournent pas dans son orbite, mettant l’accent sur la nécessité de renforcer l’unité de la communauté.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
HASSAN OLLEIK
Des sources sécuritaires et politiques indiquent que le directeur de l’antenne de la CIA au Liban aurait remis aux services de renseignement libanais relevant de l’armée et des FSI plusieurs rapports contenant des informations extrêmement sensibles. Selon le 1er rapport, un groupe affilié à Al-Qaïda aurait fabriqué deux charges, de 7 tonnes chacune, avant de les mettre à bord de camions afin de les faire détoner. Ces explosifs auraient été destinés à être utilisés contre des bâtiments de la banlieue sud et l’attentat aurait censé être exécuté par des kamikazes appartenant à un groupe lié à Al-Qaïda et actif en Syrie. Un 2ème rapport dû à la CIA aurait indiqué qu’un groupe rattaché à Al-Qaïda aurait fait entrer au Liban 2 tonnes d’explosif destinés à être utilisés dans des attaques contre l’Armée libanaise, le Hezbollah, les ambassadeurs saoudien et koweïtien à Beyrouth et contre des diplomates russes et chinois. Quant au 3ème rapport remis aux services de renseignement libanais par la CIA, il contiendrait des informations détaillées concernant le responsable des tirs de de roquettes menées du territoire syrien sur Baalbeck. Il s’agirait d’un ressortissant syrien, chef d’un groupe armé dans les régions situées à l’ouest du Rif de Damas.
Ces informations étaient au menu de la réunion tenue jeudi dernier au Palais de Baabda sous la présidence du chef de l’État, et en présence du Premier ministre sortant Nagib Mikati, des ministres de la Défense, de l’Intérieur et des Télécoms, ainsi que des responsables sécuritaires.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
Selon un député aouniste « le Courant patriotique libre (CPL) ne constitue pas l’une des principales composantes du 8-Mars et n’a jamais été au cœur de ce camp pour sortir de ses rangs. Par conséquent, les déclarations de Nabih Berry faisant état de la suspension de l’alliance du 8-Mars n’ont pas de sens ». Cependant, d’autres sources politiques liées au CPL soulignent que les dernières positions de Berry ne signifient aucunement que le tandem chiite acceptera de participer à un gouvernement dont le Bloc du Changement et de la Réforme ne fera pas partie. De son côté, le député CPL Nabil Nicolas a considéré que les déclarations du chef du Législatif ont soulagé son parti qui demande à être représenté au sein du gouvernement proportionnellement à sa taille parlementaire. Il a toutefois souligné qu’il n’existe pas de dissensions au sein du 8-Mars.

AL-AKHBAR (11 JUILLET 2013)
JEAN AZIZ
Aussitôt après la désignation de Tammam Salam pour la formation du gouvernement, l’ambassadeur saoudien est apparu sur la chaîne Al-Manar, donnant l’impression qu’un printemps libanais se profile à l’horizon. Mais, très vite, Riyad a émis ses ordres : « Non à la participation du Hezbollah au gouvernement ; non à la représentation des forces politiques proportionnellement à leur taille parlementaire au sein du nouveau cabinet ». De même, à la suite de l’exploit réalisé par l’armée à Abra et de l’entente sur l’ordre du jour de la séance parlementaire, notamment le point relatif à la prorogation du mandat de Jean Kahwaji, l’Arabie saoudite a retourné sa veste, en considérant la séance en question anticonstitutionnelle. Le sentiment de peur éprouvé par les sunnites dans le contexte actuel rappelle les appréhensions similaires vécues par les chrétiens en 1975 et 1990. Riyad doit opter pour l’ouverture et le dialogue avec les autres composantes de la scène libanaise, notamment avec Michel Aoun, Walid Joumblatt et le Hezbollah, pour éviter la réédition du scénario de 1975 lorsque les chrétiens ont choisi d’avoir recours à la violence.

AL-AKHBAR (10 JUILLET 2013)
IBRAHIM AL-AMINE
La logique des choses ainsi que des données et des estimations politiques et sécuritaires ont abouti, de longue date, à la conclusion suivante : une partie déterminée, dont l’identité n’est pas tout à fait un mystère, se prépare à commettre une série de crimes au Liban, en prenant pour cible directe les zones soumises à l’influence du Hezbollah, lequel n’était pas sans savoir que des parties arabes et internationales, voire libanaises, allaient appuyer de tels actes de violence. En lisant entre les lignes des réactions libanaises à l’attentat de Bir el-Abed, on constate qu’une partie donnée au Liban prête main-forte aux ennemis de la résistance pour s’en prendre à elle. Preuve en est le discours de plus en plus véhément qui s’élève contre le Hezbollah et le présente comme source de danger aussi bien pour son public que pour le reste des Libanais. Cette charge s’accompagne d’une campagne sans précédent menée dans le but de rompre toute forme de contact social, politique, culturel et personnel entre sunnites et chiites. Cette partie libanaise ne cesse de solliciter ses partenaires extérieurs afin qu’ils la soutiennent dans cette équipée anti-Hezbollah. Il est désormais chose normale de requérir le soutien de l’Occident, d’Israël, de tous les groupes takfiristes et des gangs de tous bords. Plus encore, cette même partie se met à présent à cautionner le criminel et à justifier son acte, tout en l’encourageant à recommencer, tant que la résistance n’aura pas fait les concessions requises aux plans libanais et régional. Les composantes libanaises de la partie incriminée ont perdu tout sens des responsabilités, dans la mesure où elles ont désormais pour unique souci de rester dans les bonnes grâces de l’Occident et de s’assurer que leurs maîtres ne les accusent pas d’avoir échoué à mener à bien cette mission pour la énième fois.
Dans cette atmosphère, il serait utile de revenir au 8 mars 1985, lorsqu’une puissante explosion a secoué l’artère principale de Bir el-Abed. La charge explosive visait à l’époque feu Sayyed Mohammed Hussein Fadlallah. Mais près de 90 habitants de la région y ont péri. Quelque temps après, l’enquête a permis d’identifier les exécutants de ce massacre. Il s’agissait d’un groupe de Libanais directement liés à la CIA. Plusieurs années plus tard, un autre pan de la vérité a été dévoilé dans un ouvrage du célèbre journaliste états-unien Bob Woodward, qui a révélé que « la CIA a obtenu de la part de l’Arabie saoudite un financement pour nombre de ses opérations à l’époque » et que « le trait d’union entre le régime saoudien et les renseignements US n’était autre que l’ambassadeur du roi à Washington, Bandar Ben Sultan, qui aurait transféré 3 millions de dollars vers un compte bancaire secret en Suisse afin de financer l’opération qui aurait été convenue par les deux parties ». Un nouveau crime a été perpétré, à quelques dizaines de mètres de celui commis il y a 28 ans. Ses commanditaires et ses exécutants doivent craindre, où qu’ils se trouvent, les foudres du Hezbollah, dont la force de dissuasion n’est plus à prouver.

L’ORIENT-LE JOUR (QUOTIDIEN LIBANAIS FRANCOPHONE PROCHE DU 14-MARS)
SCARLETT HADDAD (13 JUILLET 2013)
Une source proche du Hezbollah estime que si, lors du déclenchement des événements de Syrie, la confusion régnait, aujourd’hui il est possible de voir clairement les développements. La source explique qu’il est maintenant clair que les Américains et les Européens, ainsi que les Israéliens sont derrière ce qui se passe en Syrie depuis le début. Ils considèrent en effet qu’ils ont un seul ennemi dans la région dont la tête est l’Iran, le corps la Syrie, et les bras et les jambes le Hezbollah et le Hamas. Ils ont commencé par tenter de couper les membres de cet ennemi en menant une guerre contre le Hezbollah en 2006 puis une autre contre le Hamas en 2009. En vain. Ils ont alors cru pouvoir s’en prendre à la tête en songeant à une attaque des sites nucléaires puis en multipliant les sanctions économiques. En vain. Ils ont alors décidé de porter un coup au corps, c’est-à-dire à la Syrie, dans le but de détacher la tête des membres et de les rendre ainsi inefficaces. Ils ont donc profité de ce qu’il est convenu d’appeler « le printemps arabe » en Égypte et Tunisie, et surtout après l’expérience libyenne, pour lancer un mouvement similaire en Syrie.
C’est ainsi qu’ont commencé les premières manifestations pour des revendications démocratiques. Ceux qui ont élaboré le plan ont cru que le régime de Bachar el-Assad est fragile et qu’il tomberait rapidement. Mais en voyant que les manifestations ne parvenaient pas à mobiliser une foule nombreuse, ni à se doter d’une place symbolique pour mettre la pression sur le régime, les parrains du projet ont opté pour la révolte armée. C’est dans ce contexte que l’ancien émir du Qatar avait déclaré en 2011 que le « mois de ramadan serait sanglant cette année en Syrie et que le régime sauterait à la fin du mois ».
Les événements n’ont pas évolué dans ce sens et les ennemis du régime ont alors décidé d’utiliser la carte du Conseil de sécurité pour couvrir une opération militaire limitée ou la création d’une zone d’exclusion aérienne. Mais ils se sont heurtés à l’opposition ferme de la Russie et de son alliée la Chine. Ils ont alors eu recours à la fibre religieuse et confessionnelle, la seule en mesure de mobiliser les foules et d’attirer les combattants. C’est ainsi qu’à la suite des appels au jihad lancés par plusieurs ulémas extrémistes, dont cheikh Youssef Qardaoui, les jihadistes de l’islam ont afflué vers la Syrie, venus de tous les coins du monde, grossissant les rangs de l’opposition au point de devenir le véritable noyau dur sur le terrain. Ce dernier plan a réussi puisque les jihadistes se sont montrés des combattants féroces, ne craignant pas la mort, puisqu’elle est la porte vers le paradis. Toutefois, leur mode de vie et leurs pratiques ont rapidement commencé à choquer la population syrienne elle-même qui a vite déchanté de l’opposition, ainsi que les parrains occidentaux qui ne peuvent pas couvrir de tels actes, ni une opposition islamiste que par ailleurs, ils combattent au Mali et qui a multiplié les attentats contre eux en Libye et en Afghanistan. Il y a bien une tentative de rectifier le tir et de pousser l’Armée syrienne libre à reprendre l’initiative et à chasser les islamistes, mais pour l’instant, il n’y a eu aucun développement significatif sur le terrain dans ce sens.
Au contraire. Les reportages et les analyses se multiplient dans les médias occidentaux pour évoquer l’affaiblissement de l’opposition, ses divergences internes et son incapacité à reprendre l’initiative, face aux forces du régime qui sont en train de gagner du terrain. D’ailleurs, après avoir exigé le départ du président syrien Bachar el-Assad, l’Occident se fait aujourd’hui plus discret sur la question, tout en se déclarant prêt à une solution politique négociée. C’est ainsi qu’a été lancée l’idée de la conférence de Genève 2. Mais le problème, comme l’a déclaré le nouveau chef de la CNS, Ahmad al-Jarba, c’est que l’opposition ne souhaite pas participer à cette conférence dans cet état de faiblesse. Il faut donc lui permettre de remporter une victoire sur le terrain pour qu’elle puisse y participer. Mais comment ? L’afflux d’armes et de fonds est surtout en train de profiter aux extrémistes d’al-Nosra, qu’aucun pays occidental ne peut couvrir officiellement.
Dans ce contexte, la source proche du Hezbollah précise que le principal souci de l’Occident est aujourd’hui d’empêcher le régime syrien de remporter une victoire éclatante. Le compromis devrait donc reposer sur l’équation suivante : pas de grande victoire ni de grande défaite pour amener le régime et l’opposition à conclure un accord. Mais pour l’instant, rien n’indique qu’on s’approche d’une telle situation. C’est pourquoi le sang continue de couler, le régime voulant écraser l’opposition et celle-ci espérant encore changer la donne sur le terrain. La prochaine échéance politique sérieuse devrait avoir lieu en septembre, lors du sommet du G20. D’ici là, la violence devrait donc continuer…

Publicités

Les faits démentent le mythe “Bachar allié d’Israël”

Cécilia Fany Fandi

8 juin 2013

Certains justifient la guerre menée par le Qatar, l’Arabie saoudite et d’autres forces contre la Syrie en disant que “de toute façon, Bachar ne combat pas Israël, il est son allié”. Mais les faits démentent ce mythe, comme le démontre cet article qui analyse ensuite pourquoi la rébellion armée est en position stratégique de plus en plus difficile… (IGA)

 

« Le plateau du Golan a été occupé par Israël en 1967 et depuis cette date il n’y a pas eu de violences directes entre les deux pays, théoriquement en état de guerre » (sic). C’est du moins ce que Le Figaro avec l’AFP nous annonce dans son numéro du 30 mai effaçant ainsi d’un simple trait sur le papier une guerre avec des conséquences mondiales graves, à savoir la guerre israélo-arabe de 1973. Celle-ci a opposé du 6 octobre au 24 octobre 1973 Israël à une coalition menée par l’Égypte et la Syrie qui voulaient libérer leurs territoires occupés par Israël en 1967.

 

En effet, le monde entier a été touché par cette guerre qui a connu le choc pétrolier de 1973, quand l’OPEP a décidé de l’augmentation de 70 % du prix du baril de pétrole ainsi que de la réduction de sa production sans parler des accords de paix de Camp David entre l’Etat hébreux et l’Egypte et sans oublier non plus que la Syrie a pu libérer la ville Kuneitra, capitale du Golan, occupée en 1967. Mais comment AFP suivie par ses consoeurs a-t-elle oublier ce détail d’une telle importance de notre Histoire contemporaine avec une telle conséquence sur l’économie mondiale ? Décidément, les médias français ont la mémoire trop courte ou peut-être, l’AFP ne faisait que répéter les propos de ses amis opposants selon lesquels « le régime n’a jamais tiré une balle sur le Plateau du Golan  », prenant ainsi partie dans ce conflit abandonnant toute éthique professionnelle.

 

Par ailleurs, un article publié le 15 mai (15 jours avant l’article de l’AFP) par le site français Slate, fait un rapprochement entre la situation actuelle entre la Syrie et Israël et la guerre de Kippour de 1973 dans le cas d’une « introduction de S-300 en Syrie [qui] sera considérée par Israël comme un casus belli qui le pousserait à renoncer à sa neutralité dans le conflit syrien avec toutes les conséquences militaires que cela entraine pour la région ».


Faux, Israël n’est pas neutre dans le conflit syrien

 

Israël menace d’intervenir en Syrie et utilise le Hezbollah comme prétexte

 

Israël a déjà mené trois raids aériens en territoire syrien, le premier en janvier, les deux derniers il y a trois semaines sous prétexte d’empêcher le transfert d’armes au Hezbollah.

 

Pour l’Etat hébreux, comme le dit Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, cette attaque militaire contre un pays souverain est justifiée pour défendre son pays contre l’Iran et le Hezbollah, oubliant que son pays occupe non seulement un territoire syrien, à savoir le Plateau du Golan depuis 1967, mais qu’il l’a annexé purement et simplement contre la volonté et la décision de l’ONU, et enfin que ni le Hezbollah ni l’Iran n’ont agressé son pays. Par contre, c’est l’Etat hébreux qui a agressé le Liban occupant même Beyrouth, la capitale, en 1982. D’ailleurs, le sud du Liban a été aussi occupé lors de la Guerre israélo-arabe de 1948-1949 et envahi par l’armée israélienne lors de l’Opération Hiram.

 

C’est suite à l’intervention militaire israélienne au Liban de 1982 qu’Israël a occupé cette zone jusqu’en juin 2000. C’est le Hezbollah, un mouvement de résistance islamique, qui l’a libéré. Et en juillet 2006, Israël pénètre dans la zone une trentaine de jours puis s’en retire.

 

Cette guerre de 2006 contre le Hezbollah a imposé de nouvelles équations stratégiques dans la région où Israël n’a plus la suprématie militaire. Pour Israël, il faut donc casser cette nouvelle force de résistance pour garder sa suprématie dans la région.

 

Rappelons que la Syrie a toujours soutenu Hezbollah – même militairement – depuis sa création, notamment dans sa guerre contre l’occupation israélienne et c’est aussi pour cette raison que le Hezbollah soutient la direction actuelle de la Syrie. Le 9 mai dernier, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a affirmé que « Nous ne permettrons pas que le pays tombe aux mains des Etats-Unis, d’Israël ou des groupes takfir. » (les fondamentalistes sunnites, alliés de l’Occident).

 

Rebelles le dos au mur… israélien, soignés par Tsahal

 

Plusieurs combats et des accrochages sont souvent en cours à l’extrémité ouest de la Syrie, autour de la localité de Jubata al-Khachab depuis au moins l’été dernier.

 

Déjà en novembre dernier, ces idiots utiles cherchaient à prendre le contrôle de plusieurs villages dans cette zone sensible, notamment Bir Ajm et al-Herche. Ils se sont filmés samedi 24 novembre en train d’attaquer non l’armée israélienne mais leurs propres compatriotes, les soldats syriens avec leur habituel hystérique « Allah Akbar ! ».

 

Après le dernier bombardement israélien contre Damas, début mai dernier, Hassan Rastanaoui, un chef de l’opposition armée à Homs (Syrie centre) et l’invité surpris du journaliste Yaari Ehud de la deuxième chaine israélienne, a exprimé sa joie et sa gratitude à l’armée israélienne.

 

D’ailleurs, selon l’AFP (16 février) et Le Figaro (29 mars 2013), les soi-disants patriotes syriens de l’ASL sont hébergés et se font soigner auprès de Tsahal dans l’hôpital de Ziv, à Safed en Galilée. Quel raccourci symbolique et signifiant !

 

Ce contact entre officiels rebelles syriens et Israël remonte au moins à l’année dernière où une équipe de la télévision israélienne Channel 2 rentre en territoire syrien avec les deux journalistes Itai Anghel et Amir Tibone à Khirbet al-Joz à Jisr al-Choughour dans la région d’Idleb au nord-ouest à la frontière turque.

 

C’est ainsi que dans le même temps, les troupes israéliennes s’activaient ouvertement sur la ligne de démarcation au Golan pour apporter des facilités aux terroristes et leur offrir une protection. En coordination avec leurs amis du Golfe et jordaniens, les Israéliens sont devenus des partenaires à part entière dans l’agression contre la Syrie, après s’être réconciliés avec la Turquie, sous le parrainage de Barak Obama. Les chambres d’opération installées sur le territoire turc jouent un rôle de premier plan dans la destruction de la Syrie

 

Israël se sert des rebelles syriens pour accroître son emprise sur le Golan

 

Des bandes rebelles tentent régulièrement de « transiter » par la zone démilitarisée (5 kilomètres dans sa plus grande largeur) qui fait tampon entre le Golan annexée et le territoire syrien, notamment à Jubata al-Khachab.

 

Il y a plusieurs mois, Benjamin Netanyahu a annoncé la construction d’une « clôture de sécurité » sur la ligne de démarcation entre Israël et la Syrie, sur les hauteurs du Plateau du Golan syrien occupé par l’Etat hébreu depuis 1967 et annexé depuis 1981. Cette clôture d’une dizaine de kilomètres serait sur le modèle de celle séparant déjà Israël des territoires palestiniens autonomes. Cet audacieux programme de « travaux publics » concrétise l’isolement et l’enferment d’un pays-ghetto, cadenassé de partout, faisant de lui le seul Etat au monde dont les frontières seront visibles par satellite, comme l’est la muraille de Chine.

 

 

En effet, Israël se sert du prétexte des djihadistes pour pérenniser son emprise sur un territoire géographiquement et économiquement stratégique, riche en eau (alors que la pénurie d’eau est une réalité qui alimente aussi la tension), et dont l’annexion n’a jamais été reconnue, ni par la Syrie ni par l’ONU. Et la « révolution syrienne » joue le rôle de l’idiot utile pour l’État hébreu en lui permettant de consolider, de la plus concrète des façons, son emprise sur un territoire syrien. Voilà au moins un « apport » de la révolution syrienne sous perfusion occidentale et wahhabite sans oublier que le Golan est devenu aussi une colonie de peuplement israélien au mépris des résolutions de l’ONU.

 

 

Donc, ce conflit risque de plus en plus de dépasser les frontières syriennes. D’ailleurs, Bachar al-Assad a affirmé, dans une interview diffusée la semaine dernière sur al-Manar, la chaine libanaise pro-Hezbollah, sa volonté d’ouvrir le front au Golan avec Israël. De même, il a promis de riposter à toute nouvelle attaque de l’Etat hébreux qui a mené depuis janvier dernier trois raids contre des positions militaires syriennes près de Damas. D’autre part, personne ne connait le sort des casques bleus enlevés par les rebelles terroristes depuis plusieurs semaines déjà.


Qussayr, une guerre sans merci où se joue le destin de la région

 

C’est bien un gigantesque fiasco qui s’est accéléré depuis quelques semaines pour le front des faux amis de la Syrie. Et le sens qu’il a pris est très loin d’être favorable à la « révolution » et ses parrains étrangers.

 

La victoire militaire de l’armée syrienne dans la région stratégique de Qussayr est plus que vitale non parce qu’« elle sur le chemin d’une région côtière où vivent les alaouites, la communauté chiite à laquelle appartient Bachar el-Assad et où il pourrait se replier, en cas de défaite » (sic) comme nous écrivait rfi dans son numéro du 20 mai dernier, mais bien parce que dans cette région stratégique endossée à 35 km au sud de Homs (Syrie centre), l’avenir de la soi-disant « révolution » syrienne se joue cruellement et pour plusieurs raisons :

 

  1. Perdre une zone maintenue depuis plus d’un an et demie est non seulement un échec mais une défaite quasi décisive. Les rebelles terroristes, al-Nosra à leur tête, sont prêts à « rayer les villages alaouites et chiites de la carte » comme le menace le colonel Abdul-Hamid Zakaraya depuis Istanbul à travers la chaine saoudienne, Alarabia.
  2. Côté syrien. Pour le régime syrien, cette bataille est un objectif prioritaire. Le mois dernier, le président Bachar al-Assad avait affirmé que les combats dans cette région étaient « la principale bataille » menée par l’armée syrienne. Vu sa position stratégique, l’armée peut sécuriser pour toujours la route reliant la capitale à la côte, une zone épargnée par la violence à part les incidents de Bayada à Banyass il y a quelque temps, privant ainsi les rebelles de toute aide extérieure, sans parler du coup psychologique d’une telle victoire sur leur moral.
  3. Côté Hezbollah. La vraie raison de l’intervention des combattants du Hezbollah dans cette région dépasse de loin la volonté de défendre les chiites ou les chrétiens, en majorité libanais, habitant les vingt trois villages et fermes du Qussayr ayant survécus aux accords de Sykes Picot du 1916.
  4. Le Front al-Nosra, allié d’Al-Qaïda avec la brigade al-Farouq, jadis héros de Bab Amr à Homs, a occupé non seulement la quasi-totalité de la région de Qussayr pendant plus d’un an et demi, mais il a obligé la population « hérétique » – à savoir chiites et chrétiens – à partir et avec eux beaucoup des sunnites non inspirés par leur « révolution » nihiliste au risque d’être qualifiés des chabihas, mot devenu bien utile pour épurer tout ce qui ne marche pas avec la « révolution » démocratique.

 

L’intervention des miliciens du Hezbollah n’est donc pas pour protéger les chiites sinon, pourquoi n’interviennent-ils pas dans d’autres localités chiites comme, par exemple, pour les 60 000 habitants de villages Nubbol et Zahra, situés au Nord d’Alep, assiégés et terrorisés depuis plus de dix mois ? (Voir l’article http://www.michelcollon.info/Solida…, mis en ligne le 1er mai)


Cependant, les vraies raisons de l’intervention des combattants du Hezbollah dans cette région dépassent de loin cette volonté à caractère religieux :

 

  1. Vu sa proximité avec le Liban, cette zone est stratégique car les rebelles peuvent fermer la route reliant Damas à la côte depuis Qussayr et gêner ainsi les mouvements de troupes de l’armée syrienne.
  2. Sa proximité avec le Liban lui facilite aussi le trafic d’hommes et d’armes de tout genre.

 

Mais la raison la plus importante, c’est que cette zone présente un menace direct contre le Hezbollah car elle se trouve à mi-chemin entre Hermel et Bekaa, deux zones libanaises où se trouvent les réserves des armes du Hezbollah, notamment les missiles. Par ailleurs, c’est pour cette même raison que l’aviation israélienne a bombardé en 2006 la localité libanaise de Bekaa al-Qaa, limitrophe de Jussiyeh, village syrien (al-Qaa, c’est aussi cette même localité chiite qui a accueilli les déplacés chrétiens syriens de Rableh dans la région de Qussayr, chassés par les islamistes).

 

  1. Le passage de Jussiyeh, le plus proche de Homs, tombé aux mains de l’armée syrienne, prive non seulement les rebelles de tout secours venant du Liban mais il fait du Qussayr une tenaille.
  2. De même, la chute des villages de Tal Mendou, de Tal al-Hanach et de Jabal al-Charqi affaiblit à jamais la rébellion islamiste qui connait sa plus grande concentration en hommes et en armes dans cette zone.
  3. Le reportage Russia al-Yaoum dans al-Ghassaniyeh et d’autres villages libérés montre une armée nationaliste reçue en libérateur avec le riz, très loin de cliché présenté par les médias occidentaux.

 

Le reportage de la télévision russe montre les dégâts laissés par les terroristes qui ont privé les habitants d’eau et coupé le pont reliant les deux côtés de la ville, voulant empoisonner le maximum des personnes sans aucune distinction entre civiles et militaires. On voit aussi les dégâts du couvent de Rableh, un village chrétien de Qussayr.

 

 

Signalons aussi qu’il existe huit villages chiites dans la province de Qssayr qui ont subi destruction et déplacement de leurs habitants par les fanatiques islamistes les considérant comme hérétiques.

 

 

Destruction du monastère Mar Elias à Qusseir par l’ASL/Al-Nosra.

 

Reportage : al-Manar, al-Mayadeen.

 

Le monastère de Mar Elias, victime du terrorisme et des auteurs de l’idéologie obscurantiste. Occupé, profané, utilisé comme lieu de détention et torture puis détruit par les obscurantistes, il vient d’être libéré par l’armée syrienne.

 

Le monastère de Mar Elias à Jussiyeh dans le Qusseir dans la banlieue de Homs occupe une place très importante chez les Chrétiens et Musulmans, puisque la fête de Mar Elias est célébrée chaque année comme une incarnation de la cohésion entre les différentes confessions et les habitants de la région. Ce monastère est considéré comme l’un des plus importants vestiges antiques et remonte à 2000 ans. Le monastère comprend l’icône de Mar Elias datant de 1000 ans.


  • Côté français

 

Avec l’entrée des miliciens du Hezbollah en scène, la bataille de Qussayr prend encore plus d’importance, non seulement pour les Syriens et le Hezbollah, leur allié, mais aussi pour les Occidentaux, notamment les Français. Pourquoi ?

 

Depuis que Paris a annoncé sa décision d’inscrire la branche armée du Hezbollah sur la liste du terrorisme en Europe, la France est confrontée à des échéances syriennes et libanaises embarrassantes et la bataille de Qoussayr pourrait bien être la dernière chance pour la France qui a parié dès le départ sur le mauvais cheval, espérant aujourd’hui une victoire militaire des rebelles terroristes de Qussayr, une victoire qui pourrait éventuellement lui redorer son image tant ternie sur la scène internationale.

 

De même, l’ancien colonel de l’armée française Alain Corvez indique dans une interview sur le site Manar que Qoussayr présente une grande importance en raison de « sa position stratégique ». En effet, la ville contrôle toutes les routes menant à la côte syrienne et à Damas et constitue, comme il le dit si bien, « le nœud de communication stratégique entre Tripoli, Homs et la Békaa libanaise d’un côté, et Tripoli et la capitale syrienne Damas de l’autre ».

 

Celui qui contrôle cette ville remporte la bataille du centre de la Syrie, et assure la protection de son dos dans la bataille de Damas et toutes les batailles du nord de la Syrie.

 

De plus, confie Corvez, cette bataille permettra une étude approfondie pour mieux comprendre les tactiques du Hezbollah face à la guérilla, surtout concernant les tunnels qu’il a été le premier à inventer dans la guerre moderne. Ce qui constitue tout le contraire de la guerre de juillet 2006, menée par Hezbollah.

 

Rappelons que ce sont les Français qui ont qualifié la stratégie de la Résistance islamique durant la guerre de juillet 2006 de stratégie du « combat inégal », d’après une longue analyse présentée en 2007 par le colonel Michel Goya, écrivain militaire de l’armée française et auteur de La théorie du Hezbollah.

 

Selon ces militaires français, « l’opposition armée engagée dans la bataille a commis d’importantes erreurs stratégiques et meurtrières, tandis que le Hezbollah a réussi à les vaincre psychologiquement parlant, en les forçant à quitter une colline stratégique dans la province de Qousseir, et qu’ils n’auraient pas dû abandonner si facilement », sans parler de beaucoup d’autres erreurs commises dans cette bataille.

 

La volonté farouche de Paris soutenue par Londres de lever l’embargo de l’UE sur les armes à destination des rebelles n’est-elle pas pour changer la donne des combats à Qussayr, surtout avant la conférence de Genève ? La question reste posée.

 

Ici le lien de l’article publié mardi 4 juin.

 

Dans cette guerre de Qussayr, l’armée syrienne, une grande armée classique préparée pour une guerre contre Israël, a du se muer en une force de contre-guérilla, et apprendre sur le tas les exigences de la guerre asymétrique en milieu urbain. La rébellion ne peut que mettre son drapeau en berne vu sa situation d’encerclement et les pertes importantes qu’elle subit. L’armée secondée désormais par les miliciens du Hezbollah, les prenant à la gorge, mène des opérations chirurgicales, une stratégie dictée par la configuration urbaine. Une stratégie certes plus lente que celle du marteau-pilon. Pourtant, les hélicoptères continuent de mitrailler à Qussayr et les secteurs avoisinants les positions et déplacement des rebelles terroristes.

 

Ces fanatiques qui ont mis à dos non seulement la minorité chrétienne de Qussayr en lançant l’année dernière des appels à partir des mosquées demandant ainsi à plus de dix milles chrétiens de quitter la ville mais surtout les chiites avec des appels haineux à les égorger, appuyés par des fatwas des cheikhs salafo-wahhabites dont la dernière venait tout juste lors du prêche de vendredi dernier dans la mosquée de Doha, lancée par le cheikh Qaradawi, mufti du Qatar et de l’OTAN qui a appelé les musulmans dans les quatre coins du monde à venir en Syrie tuer les chiites pour défendre les sunnites massacrés selon lui par ces « hérétiques ».

 

On ne voit vraiment pas, dans ces conditions, ce que peuvent espérer les rebelles fanatiques. Ils sont condamnés à la défaite, et à la fuite en avant dans le terrorisme, malheureusement. La Syrie est capable de gagner la partie militaire surtout que le front international anti-syrien est de plus en plus fissuré. Le rapport de force international a basculé et pour Poutine et son administration, il s’agit non seulement de la crédibilité internationale de la Russie mais aussi de sa sécurité nationale, et ce n’est pas seulement la base navale de Tartous qui est en jeu en Syrie comme certains le pensent naïvement.

 

 

Source : Invetsig’Action

Cinq obstacles à la paix en Syrie

Cinq obstacles à la paix en Syrie

Moscou et Washington travaillent enfin coude à coude pour trouver une sortie de crise, du moins en termes de diplomatie publique, dix mois après que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a reconnu que le conflit syrien était bien une guerre civile.

Leur plan consiste à organiser une conférence – initialement prévue pour juin – pendant laquelle le régime syrien et l’opposition entameraient les négociations. Objectif? Trouver le moyen de créer un gouvernement de transition et parvenir à un règlement politique du conflit.

L’idée n’est pas révolutionnaire: un tel plan a déjà été approuvé de facto par les deux camps et un certain nombre de médiateurs internationaux pendant la conférence de Genève en 2012 – et il a été enterré par le conflit en l’espace de quelques semaines. Personne ne respectait les accords.

Le nouveau plan aura-t-il plus de succès? RIA Novosti a consulté les meilleurs experts russes sur le Proche-Orient, qui ont identifié cinq obstacles à la paix en Syrie.

Le régime craint un « nettoyage »

La paix nécessitera le départ d’une partie de l’élite dirigeante. Non seulement du président Bachar al-Assad (qui refuse catégoriquement de le faire) mais aussi les dirigeants des forces armées et des services de sécurité, estime Vladimir Akhmedov de l’Institut d’études orientales à l’Académie des sciences de Russie. Cela signifie que les hauts fonctionnaires dont il est question devront renoncer au pouvoir – ce qui est très peu probable. De leur côté, les rebelles devront faire des concessions et offrir des garanties de sécurité à des personnes qu’ils ont pourtant menacé d’exécuter à maintes reprises.

Les moujahiddine ne veulent pas de compromis

Hormis les représentants des forces modérées qui soutiennent l’opposition, la Syrie déborde d’islamistes armés, dont beaucoup sont des jihadistes professionnels venus d’autres pays.

Certaines organisations islamistes comme l’influent Front islamique de libération de la Syrie (FILS), sont disposées à dialoguer, tandis que d’autres – le Front al-Nosra lié à Al-Qaïda ou le Front islamique syrien veulent la mort d’Assad et instaurer la loi de la charia: il est donc peu probable qu’ils fassent des concessions. Selon Boris Dolgov, expert à l’Institut d’études orientales, les extrémistes pourraient être privés de soutien et éliminés seulement si les forces modérées de l’opposition et le gouvernement s’unissaient – ce n’est pas une tâche facile étant donné le fossé qui les sépare.

Les forces modérées sont faibles et divisées

Quand le conflit a commencé en mars 2011, il était encore un mouvement pacifique vers des changements démocratiques. Les forces modérées dominaient encore politiquement l’opposition, notamment au sein de la large Coalition nationale syrienne qui a été reconnue comme représentante du peuple syrien par vingt pays occidentaux et arabes, dont les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, le Qatar et l’Arabie saoudite. Mais lorsque les manifestations ont été impitoyablement réprimées par les autorités et ont dégénéré en guerre civile, les libéraux ont perdu une grande partie de leur influence et ont été progressivement mis de côté par les radicaux armés de Kalachnikov. Pour que les négociations soient couronnées de succès les libéraux doivent récupérer leur autorité d’antan et se retrouver à nouveau au centre de l’attention, ce qui sera difficile au vu du désaccord entre les forces et organisations d’opposition, qui se disputent le leadership au sein de la Coalition nationale.

L’Iran et le Hezbollah ont besoin d’Assad

Damas est le principal allié de l’Iran au Proche-Orient. De plus, les livraisons d’armes destinées à un autre allié iranien – le mouvement politique militarisé du Hezbollah au Liban – passent par la Syrie. En clair l’Iran, ses partenaires et ses ennemis géopolitiques ont tous leurs propres intérêts dans ce conflit:

– Les combattants du Hezbollah se battent aux côtés d’Assad et l’Iran a déployé en Syrie des troupes de son Corps des Gardiens de la Révolution islamique, une unité spéciale de l’armée iranienne. Selon certains médias, 120 000 volontaires sont en attente en Iran, prêts à rejoindre le conflit pour empêcher le renversement d’al-Assad.

– La Ligue arabe – dont la majeure partie des 22 pays membres sont sunnites

– (et donc opposants traditionnels de l’Iran chiite) – fournirait des armes à l’opposition syrienne, avant tout aux jihadistes. Ils ne soutiendront pas le plan prévoyant le replacement des extrémistes religieux par les libéraux, principalement laïques, bien qu’il soit possible de convaincre les pays de la Ligue de ne pas s’ingérer trop activement, estime Akhmedov.

– Autre ennemi de l’Iran : les Etats-Unis, qui avec l’UE fournissent aux rebelles syriens tout à l’exception des armes – des médicaments, des moyens de communication, des blindés.

– Un armement ouvert des ennemis d’Assad est le « plan B » de l’Occident au cas où les négociations à venir échouaient, déclare Akhmedov, mais cela ne contribue certainement pas aux négociations de paix.

Comment apaiser les passions?

La tension, la force et la nature de la violence en Syrie sont simplement « moyenâgeuses », pour reprendre les propos d’un analyste. La majorité des crimes ont été certainement commis par des combattants étrangers, les membres d’un noyau réduit composé des forces gouvernementales et de criminels récidivistes invétérés qui ont fui les prisons dans la confusion du temps de guerre. Mais le rebelle qui a été filmé en avril dernier mangeant le cœur et le foie d’un soldat ennemi était un Syrien ordinaire, devenu fou suite aux abus et aux traitements infligés par les soldats d’Assad à sa famille et ses amis. « Le pays est empoisonné par la violence », déclare Irina Zviaguelskaïa de l’Institut des relations internationales de Moscou (MGuIMO). Aucun conflit civil, aussi furieux et féroce qu’il soit, ne dure jamais éternellement – prenons l’exemple du Rwanda, des Balkans ou du Caucase – mais la fin (ou au moins le « gel ») de telles guerres a nécessité une intervention étrangère intensive, parfois des troupes de maintien de la paix. Dans le cas de la Syrie, aucun médiateur hypothétique (y compris Moscou et Washington) n’a encore déclaré être prêt à envoyer son armée. Or si l’on laissait les passions s’apaiser elles-mêmes, ce processus pourrait prendre des décennies.

http://fr.rian.ru/discussion/20130527/198401722.html http://fr.rian.ru/discussion/20130527/198401722.html

Syrie: l’armée pénètre dans une position rebelle clé près de Qousseir

Par AFP

L’armée syrienne a annoncé avoir pénétré samedi dans l’aéroport militaire de Dabaa, une position rebelle clé au nord de Qousseir, une semaine après le début de son offensive conjointe avec le Hezbollah contre cette ville stratégique.

Au Liban, le chef du mouvement chiite libanais Hassan Nasrallah a promis samedi à ses partisans la victoire dans la guerre en Syrie.

Sur le plan diplomatique, l’opposition syrienne, réunie à Istanbul, se montre réticente et surtout divisée au sujet d’une conférence internationale visant à réunir à Genève des représentants des deux parties, pour laquelle les préparatifs s’intensifient.

«L’armée syrienne s’est infiltrée à l’intérieur de l’aéroport de Debaa par le nord-ouest, après s’être emparée de la ligne de défense des rebelles. Les combats se déroulent désormais à l’intérieur», déclaré à l’AFP une source militaire.

Cet ancien aéroport se trouve à 6 km de Qousseir, sur la seule route au nord de la ville. D’après des militants, ce sont les forces spéciales de l’armée et le Hezbollah qui ont mené l’assaut.

Sur sa page Facebook, le militant Hadi al-Abbdallah, qui se trouve dans la ville, a lancé un cri désespéré. «O mon Dieu, Qousseir est détruite et brûle. Des centaines d’obus, de missiles tombent sur la ville».

La Tansikiyat (comité de coordination sur le terrain) de Qousseir a appelé à l’aide, également sur Facebook. «Si Qousseir tombe, nous nous relèverons plus. Aidez-nous, envoyez-nous de l’argent, de la nourriture et des médicaments».

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, qui s’appuie sur un réseau de militants et de sources médicales, les violences ont fait au moins 30 morts, essentiellement des combattants rebelles, samedi dans la zone de Qousseir.

Dans un message, le chef par intérim de l’opposition syrienne, George Sabra, a déclaré à Istanbul: «Des milliers d’Iraniens et leurs collaborateurs terroristes du Hezbollah ont envahi la Syrie».

«Gestes de bonne volonté»

«Je dis aux gens honorables, aux moujahidine, aux héros: comme je vous ai toujours promis la victoire, je vous en promets une nouvelle», a déclaré le chef du Hezbollah lors d’une cérémonie tenue à Machghara, dans le sud-est du Liban, à l’occasion du 13ème anniversaire du retrait israélien du Liban.

«La Syrie, c’est la protection arrière et le support de la résistance. La résistance ne peut rester les bras croisés quand sa protection arrière est exposée et quand son support se brise. Si nous n’agissons pas, nous sommes des idiots», a-t-il souligné.

Pour Ghassan al-Azzi, professeur de sciences politiques à l’Université libanaise, «les Iraniens ont demandé au Hezbollah de s’engager une fois pour toute et de façon publique car cette guerre doit décider de l’avenir de l’alliance entre l’Iran et la Syrie et peut-être de toute la région».

Le mouvement chiite a dépêché 1.700 hommes pour la bataille de Qousseir, selon une source proche de l’organisation.

Pendant les combats, les préparatifs se poursuivent en vue d’une conférence internationale de paix dite «Genève II».

Si le régime a donné, selon la Russie, son «accord de principe» pour participer, l’opposition est très hésitante à s’engager dans des négociations alors qu’elle est en perte de vitesse sur le terrain.

Elle est en outre divisée en raison de la guerre d’influence des puissances régionales, avec d’un côté l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis qui veulent élargir la coalition pour réduire l’influence des Frères musulmans et de l’autre la Turquie et le Qatar qui soutiennent la confrérie islamiste.

Lundi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius reçoit à Paris ses homologues américain John Kerry et russe Serguei Lavrov pour évoquer cette conférence initiée par Washington et Moscou.

Lundi également, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE doit se prononcer sur une levée de l’embargo sur les armes à destination de l’opposition syrienne. Plusieurs pays, comme la Suède et l’Autriche, y sont farouchement opposés.

A New York, Israël a adressé un courrier à l’ONU accusant la Syrie de chercher à provoquer un conflit, quelques jours après un nouvel incident sur le plateau du Golan dont les deux pays se rejettent la responsabilité.

http://www.liberation.fr/monde/2013/05/25/syrie-combats-acharnes-a-qousseir-l-opposition-hesite-a-negocier_905643

Syrie : La bataille de Qousseir, un tournant dans la guerre ?

Dans cette ville stratégique pour les livraisons d’armes aux rebelles en provenance du Liban, l’implication du mouvement chiite libanais Hezbollah pourrait servir à convaincre l’opposition que l’option armée est une impasse.

Les combats qui se déroulent dans la ville de Qousseir et ses alentours pourraient représenter un tournant dans la crise syrienne. Et pas seulement militairement. Certes, il s’agit d’une localité stratégique du centre de la Syrie. Comme le fait remarquer Bassam Abou Abdallah, directeur du Centre de Damas pour les études stratégiques : « Qousseir était la route d’approvisionnement la plus dangereuse pour le régime en raison de sa localisation au centre du pays et sa proximité avec le Liban. Sa prise portera un coup très dur, notamment aux rebelles. » En ce sens, une victoire de l’armée régulière aurait un impact psychologique non négligeable pour la troupe en même temps qu’elle pourrait regagner la confiance d’une partie de la population. Non pas que celle-ci se mette à adouber le régime toujours en place. Mais les signes sont de plus en plus fréquents d’une rupture entre les habitants et les groupes islamiques armés qui veulent imposer leur loi (lire l’encadré).

Ce qui est particulièrement nouveau, et donc politiquement très important, est la reconnaissance par le mouvement chiite libanais Hezbollah de son implication dans les combats sur le sol syrien. Al Manar, la télévision du Hezbollah, a diffusé des images montrant des centaines de personnes participant, lundi, aux funérailles de cinq membres du mouvement chiite « qui accomplissaient le devoir de djihad ». La télévision n’a pas précisé où ils avaient été tués, mais une source proche du mouvement dirigé par Hassan Nasrallah a révélé à l’AFP que la majorité de ses morts (on parle de plus de trente tués) l’avaient été par des engins piégés posés par les insurgés pour freiner l’avance du Hezbollah. Cette même source a précisé que de nouvelles troupes avaient été dépêchées pour combattre à Qousseir.

Un engagement qui pourrait évidemment changer la donne quand on connaît la puissance combattante de ce groupe. Pour Waddah Charara, professeur de sociologie à l’université libanaise, le Hezbollah libanais est impliqué dans « la bataille, car cette ville est la porte par laquelle passent les hommes et l’armement vers le nord du Liban et du nord du Liban vers la Syrie ». Or, explique l’auteur de l’État Hezbollah, « Tripoli est un bastion de l’opposition sunnite au Liban et en fermant cette porte il affaiblit ses principaux adversaires libanais, d’où l’importance de la prise de la ville ».

En vue de la conférence de Genève

Cependant, pour Bassam Abou Abdallah, l’opération militaire s’inscrit en vue de la conférence internationale prévue en juin à Genève. « Elle vise à convaincre les autres parties (l’opposition et les rebelles) que l’option militaire ne pourra pas réussir. » De son côté, le quotidien syrien Al-Watan, considéré comme proche du pouvoir, titrait en une : « Le drapeau syrien hissé sur les bâtiments gouvernementaux à Qousseir, la Turquie enflamme le front nord d’Alep avant la conférence internationale ».

On comprend mieux pourquoi, à la demande du Royaume-Uni, l’Union européenne envisage de mettre la branche armée du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes. Pour sa part, le président américain, Barack Obama, a exprimé auprès du président du Liban, Michel Sleimane, ses inquiétudes sur la présence du Hezbollah en Syrie. Quant au premier ministre turc, Erdogan, 
il a dénoncé, sans rire, 
« l’intervention étrangère » du Hezbollah en Syrie !

Enlèvements et meurtres islamistes  L’avocat Abdoullah Al Khalil, militant des droits de l’homme, qui se trouve à la tête du conseil municipal de Raqa, a été enlevé, dimanche, par un groupe armé, alors qu’il quittait les locaux du conseil municipal. Les troupes du régime ne sont pas entrées depuis mars dans Raqa, première et seule capitale provinciale à être tombée aux mains des rebelles depuis le début de la révolte populaire contre le président Bachar Al Assad, en mars 2011. Un militant à Raqa a accusé des islamistes radicaux, refusant de se retirer de secteurs résidentiels de la ville, d’être derrière le rapt, « quelques jours avant de nouvelles élections du conseil municipal ». Il a précisé que plusieurs autres personnalités locales avaient été enlevées ou tuées récemment dans le secteur. « Auparavant, les gens aimaient (les groupes rebelles islamistes) Ahrar al-Sham et al-Nosra. (Mais) maintenant, ils nous volent notre pays », a-t-il dénoncé, en faisant par ailleurs état de tensions et de rivalités entre ces groupes.

Pierre Barbancey

http://www.humanite.fr/monde/la-bataille-de-qousseir-un-tournant-dans-la-guerre-541990

La Syrie révèle Israël

22 mai 2013 – La politique israélienne vis-à-vis de la Syrie représente un cas remarquable des erreurs des pays du bloc BAO, puisque effectivement nous incluons Israël dans le bloc BAO. On devrait alors même préciser que c’est le cas le plus remarquable, le plus significatif du bloc BAO parce que ce pays est directement au contact de la Syrie et qu’il souffre (le verbe est à prendre dans son sens propre) d’une réputation d’une des meilleures capacités de renseignement au monde. Le problème d’Israël vient d’être illustré par un tournant stratégique qu’il semble avoir effectué la semaine dernière en passant brusquement d’une politique de contribution de plus en plus appuyée à la tentative de faire chuter le régime syrien, à l’affirmation d’une politique de désengagement, avec la précision semi-officielle (dans le Times du 18 mai) que le maintien au pouvoir d’Assad était préférable à la victoire des rebelles.

Tout cela repose sur cette réputation d’excellence proche de la perfection de ses services de renseignement, qui fait plutôt figure, à la lumière de diverses péripéties, de mythe fabriqué selon une tendance irrépressible à l’autosatisfaction. Comme le résumait en d’autres temps l’ancien Premier ministre et ministre de la défense Ehud Barak après la cinglante défaite israélienne de l’été 2006 face au Hezbollah, «[d]espite having the best intelligence and forecasts in the world, we still need a dreidel to know how Hezbollah got us». Il apparaît donc, à côté de leur réputation d’exceptionnalité, que les services de renseignement et de sécurité israéliens montrent une constance remarquable dans l’erreur. Cette caractéristique fut notamment illustrée de façon spectaculaire et très dangereuse, qui amena Israël au bord de la défaite dans les trois premiers jours de la bataille, lors de la guerre du Yom Kippour d’octobre 1973. Le renseignement israélien avait catégoriquement annoncé que cette guerre n’aurait pas lieu, que ni l’Égypte ni la Syrie n’oseraient attaquer, ce qui donna naissance à une plaisanterie courante en Israël : «Every time the intelligence agencies claim there is no war on the horizon, Yom Kippur War veterans run for cover.»

Mohamed Bdeir, dans Al-Akhbar English du 20 mai 2013, fait un historique des erreurs sans nombre du renseignement israélien, essentiellement des erreurs stratégiques que semblent dissimuler des victoires tactiques auxquelles il est fait une grande publicité. Il termine par la description de la situation actuelle en Syrie où, par son intervention armée du début du mois, Israël semble avoir provoqué une riposte inattendue et extrêmement préoccupante, qui est la réouverture du front du Golan après un apaisement de près de quatre décennies. Une telle perspective promet pour Israël une “guerre d’attrition” particulièrement épuisante…

«However, Israel had another appointment with a new mistake in its calculations, when the Syria-Iran-Hezbollah reply came in a different manner than expected. Israel seemed to gain tactically, but lose strategically. This was not only due to the commitment to the Syrian leadership – exceeding all political caveats – to supply the Resistance with weapons, but a strategic decision to open the Golan front, which means nothing less than a war of attrition where Israel does not have the upper hand.

»Faced with this challenge, Israel played its favorite game, fleeing forward, through an official insistence to implement with the “red lines” policy, threatening to overthrow the Syrian regime if it dares to implement its latest decisions to arm the Resistance, open the Golan front, and strike back with military force in the event of a future Israeli attack.

»What does that mean in terms of the fractured regional situation? It means we will be facing a new bout of the Israeli miscalculation syndrome. It does not take a genius to conclude that Syria’s strategic allies (Russia, Iran, and Hezbollah), who prohibited and deterred the UN Security Council, NATO, Turkey, and other countries from direct military intervention, will not stand and watch while Israel intervenes to achieve this goal.»

Un autre article virulent contre les erreurs israéliennes est publié par le journaliste israélien Shlomi Eldar, fameux en Israël où il travaille pour la télévision et qui a été couronné en 2007 par la plus haute distinction journalistique, le Prix Sokolov. Eldar décrit, le 19 mai 2013, pour Al-Monitor Israel Pulse, les errements israéliens vis-à-vis de la Syrie, couronnés par le tournant stratégique radical décrit plus haut, effectué la semaine dernière selon des sources officieuses. Nous donnons ci-dessous des extraits substantiels de cet intéressant article, qui permet d’avoir, d’une plume israélienne expérimentée, une bonne idée de la posture stratégique israélienne actuelle.

«For the past two years, there have been a number of generally accepted assumptions about what will finally happen in Syria. By late last week, these assumptions came crashing down with the raucous force of an earthquake. We are talking about the very opinions that were considered to be conventional wisdom among the Israeli public, and which had considerable impact on political decision-makers and military strategists alike for the past two years. These are the core assumptions:

»1. International intervention in Syria is inevitable. Sooner or later the free world will be forced to take action to save the country’s civilian population from the clutches of Syrian President Bashar al-Assad and his army.

»2. An Israeli attack on Assad will cause him to recoil in terror and force him to avoid transferring arms to Hezbollah or responding with a counter-attack.

»3. The aid that Qatar and Turkey provide to the rebels should ultimately change the balance of power.

»4. The apple (Bashar) has fallen far from the tree (former Syrian President Hafez al-Assad). According to this assumption, Bashar is afraid of his own shadow, and even the faintest breeze can discombobulate him and throw him off balance (this is, by the way, how he is portrayed in the popular Israeli television satire “Eretz Nehederet,” but more on that later).

»5. Israeli intelligence assessments provide an accurate account of the situation and should be the basis of any future decisions about how to respond to the situation in Syria.

»6. “Assad’s regime will be deposed in a matter of weeks” (former Defense Minister Ehud Barak on Dec. 11, 2011).

»Then, within a week, everyone woke up to the fact that the most important parameter of all was overlooked in the most recent analyses of the situation in the Middle East in general and Syria in particular… […]

»By late last week [on May 17], 12 Russian battleships were sent to patrol the waters off the Russian naval base in Syria and to demonstrate a presence in the region. This was hardly some subtle hint. It had the volume of a Russian aircraft carrier. What the Russians were effectively saying was that no one should even consider making any decision whatsoever about the future of Syria, and by extension, of Assad, without first considering Moscow’s strategic interests. Both the United States and Israel got the hint.

»The Soviet Union had strategic interests in Syria ever since the mid-1960s. So does modern Russia. It is the largest advance base that Russia still has in the Middle East, and someone like Russian President Vladimir Putin would never give it up, certainly not for “humanitarian reasons,” and even more certainly when the Russians see a certain symmetry there, and believe that Israel is the most important US advance base in the region.

»Yes, Russia had strategic interests of its own in Syria, which makes Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu’s slog to Moscow last week seem all the more ridiculous. The prime minister tried to dissuade Putin from selling S-300 [anti-craft] missiles to Assad, since that would have far-reaching repercussions on the Israeli air force. Did Netanyahu really believe that sitting Putin down for a heart to heart talk would really convince the Russian leader to forego his support for Assad?

»By the end of last week, reality seemed to prove that Israeli intelligence assessments claiming Assad would soon fall were premature at best. Furthermore, an Israeli source was now quoted by the London Times as saying (May 18, 2013) that in the current circumstances, Assad is actually good for Israel: “Better the devil we know than the demons we can only imagine if Syria falls into chaos and the extremists from across the Arab world gain a foothold there.” The real question is: “Where were they before this?” By “they” I mean those people described as “Israeli decision-makers” and “senior officials,” who are quoted in the press.

»When a political, diplomatic or military correspondent errs in some assessment or other, the greatest damage is to his reputation, or at most to the reputation of the media he represents. Commentators and journalists base what they write on public information, and frequently on intentional leaks from various interested parties.

»The U-turn that Israel has made this past week in its attitude toward Assad raises serious questions about the people behind our defense strategy. Did none of them know before last week what Assad has been saying for a long time now, that his country has become home to a hodgepodge of terrorist organizations?

»Instead of responding to this, analyzing it, and preparing for the worst-case scenario, Israel preferred to mock Assad instead. The parodies of Assad (such as the aforementioned “Eretz Nehederet”) depict him as a reluctant coward, a “wimp” to use a more colloquial term, who will not be able to withstand all the pressure being placed on him. In this, he is juxtaposed with other Arab leaders, who were once perceived as being strong: former Egyptian President Hosni Mubarak and former Libyan leader Moammar Gadhafi both come to mind. But perhaps that is the root of the problem. People are too quick to compare him to the leaders of Egypt and Libya, who were both deposed fairly quickly. I do not want to think that Israel’s leaders are also influenced by TV satire.

»As we already noted, the high point of Israel’s failure to understand what is going on in Syria came in Ehud Barak’s statement of 2011. At the time, he gave Assad just a few weeks before he would be toppled. That was a year and a half ago. Since then, Barak has been “toppled,” while Assad remains in power. The one person to best express this was the former Israeli Military Intelligence head Uri Sagi, who rose up like a thundering prophet, ignored by the people of his city, to ask, “Who are we to decide? What tools do we have to determine who will rule in neighboring Syria and how?”»

Nous proposons d’ajouter à cette bordée de critiques contre le renseignement et la stratégie israéliennes plusieurs faits qui se détachent de ces deux seules questions. Cela permet d’élargir le tableau et d’introduire une appréciation générale de la posture actuelle d’Israël.

• Il y a d’abord le fait symbolique de la concentration en cours d’un flotille russe de Méditerranée, avec 5-6 navires initialement, qui devrait passer à huit unités en déploiement constant. Les USA, eux, ont entamé le mouvement inverse avec le retrait d’un porte-avions de la zone. Ce mouvement de décroissement de la présence militaire US devrait se poursuivre avec le retrait de forces aériennes d’Europe, tout cela étant dû aux contraintes de la séquestration qui coupent les budgets de fonctionnement. Parallèlement, la rumeur de la présence de SS-26 Iskander en Syrie est à nouveau identifiée dans divers textes (par exemple, voir sur PressTV.com, Gordon Duff le 22 mai 2013). L’ensemble fait peser encore plus le poids stratégique de la Russie sur la crise dans ses ramifications géographiques autant que sur la psychologie de sa perception, – et l’on sait que cette présence n’est pas favorable aux écarts et aux foucades israéliennes, et passe par une ferme protection de la légitimité et de la souveraineté en Syrie.

• On peut suivre, sur DEBKAFiles, une chronique féroce des déboires israéliens. Ce site, qui est connu comme une des voix des services de sécurité israéliens, a pris une posture suivie de mise en cause radicale de la politique du gouvernement Netanyahou, – si tant est qu’on puisse parler de “politique”. DEBKAFiles ne cesse de tresser des couronnes aux performances des Syriens avec le Hezbollah, s’ouvrant une voie vers le Golan pour établir leur “front” et, d’une façon générale, sur le comportement de l’armée syrienne. Voyez par exemple ce rapport du 22 mai 2013 :

«The Syrian army in more than two years of fighting a civil war has proved to be highly professional, steadfast under pressure and above all disciplined. Not once in this brutal conflict were there instances of lone initiatives by a local unit or commander. Every move was directed by the presidential palace via the general staff in Damascus. Even when Syrian troops faced setbacks, they retreated in orderly fashion. For some months, nothing more has been heard of mass desertions, whose scale turned out to be highly inflated by the opposition.

»Therefore, the proposition, which unnamed Israeli defense quarters fed military correspondents Wednesday, May 22, that more time was needed to tell whether Monday’s Syrian shooting attack on the Golan was ordered by Assad or a local initiative was not just way off track but harmful: It conveyed the impression of dithering among Israel’s decision-makers in the face of the Syrian ruler’s firm resolve, backed by Iran and Hizballah, to turn the divided Golan into the next “resistance front” against Israel…»

… Le paradoxe de cette situation, avec ces événements qui se précipitent, et avec cette activité intense de la communication, est certainement le rôle qu’y a joué Israël, notamment avec son attaque du début mai qui semble désormais ne devoir plus être perçue que comme une sorte de deus ex machina déclenchant une dégradation inutile de la situation à un des pires moments, opérationnellement et diplomatiquement, pour le bloc BAO, et donc pour Israël. Il y a un mois et demi, le 18 avril 2013, nous pouvions reprendre ce commentaire d’un analyste israélien, qui est sans aucun doute le contraire d’un libéral et d’un peacenik, Guy Bechor, consultant pour l’armée et la police israéliennes, et pour le ministère des affaires étrangères, classé parmi les nationalistes intransigeants… Bechor protestait contre le rapprochement avec la Turquie, elle-même engagée dans le guêpier syrien, et développait une conception naturelle et impérative en faveur du maintien d’Israël dans une position neutre et attentiste : «We have succeeded in steering clear of the turmoil in Syria, which is worsening, for two years. Our renewed close ties with Turkey are liable to suck us into a world war between the Sunnis and the Shiites, and between Russia and the United States. […] Why are we even getting into this mess? The best thing is to sit on the sidelines. We have no reason to join this war, which will never end. For the first time in our history we are not the point, we are the spectators. Why get involved?»

Cette sensation d’incertitude de l’orientation stratégique, voire d’affrontements de tendances qu’on ressent au sein de l’appareil de sécurité nationale israélien, nous rappelle d’une façon assez significative la confusion et les nombreuses querelles qui déchirèrent ce même appareil en Israël durant et après la catastrophique campagne de l’été 2006, après qu’il fût apparu que le Hezbollah se battait bien et que les forces israéliennes se battaient de moins en moins bien face à cet adversaire. (Voir divers échos de querelles, d’incompréhensions, de divergences, etc., au sein de l’appareil israélien le 28 juillet 2006, le 2 août 2006, etc.) Cette confusion et ces querelles impliquent évidemment des accusations implicites croisées sur la responsabilité d’une situation de moins en moins satisfaisante… Disons que, cette fois, on s’y prendrait un peu à l’avance par rapport à 2006, avant même qu’un conflit réel ait commencé, ou bien est-ce que, depuis 2006, le malaise n’a jamais vraiment cessé au sein de l’appareil de sécurité nationale israélien.

L’ombre de l’été 2006

Revenons un peu en arrière… Le mythe de la puissance paradoxale d’Israël illustré par l’image biblique de David contre Goliath a été construit sur de solides réalités initiales, essentiellement sur la période de la guerre d’indépendance à la Guerre des Six Jours, avec les deux foudroyantes victoires de 1956 et 1967, et jusqu’au rétablissement in extremis d’octobre 1973. Comme on le comprend, ce mythe n’en était alors pas un, illustrant une réelle puissance d’Israël malgré un volume de capacités extrêmement réduites. Nous avons déjà décrit, dans plusieurs analyses, le tournant entamé en 1967-1973 et réalisé immédiatement après 1973, lorsqu’Israël fut intégré dans l’ensemble américaniste et mis complètement sous influence des méthodes et de l’esprit américanistes, essentiellement par le biais des liens avec le Pentagone qui furent alors établis. On peut se référer à ce propos à des textes d’analyses de l’époque de la défaite israélienne de 2006 face au Hezbollah, notamment les analyses du 17 juillet 2006 et, surtout, du 7 septembre 2006. Dans cette dernière analyse, nous concluions, faisant allusion aux fameux neocons à Washington non comme à des inspirateurs et à des manipulateurs, mais comme à des outils, éventuellement à des “idiots utiles” de cette puissance anthropotechnologique qu’on pourrait juger comme quasiment autonome et douée d’une stratégie spécifique qu’est le Pentagone… (Et le Pentagone, certes, comme une des représentations les plus puissantes et le “bras armé” par excellence du Système.)

«Dès les années Reagan, ce groupe d’idéologues extrémistes était déjà dans les rouages de l’administration. (On y trouvait notamment Perle et Wolfowitz, tandis que Powell occupait des fonctions politico-militaires. Rumsfeld avait été secrétaire à la défense entre 1975 et 1977.) C’est eux, et avec eux le nouveau courant de pression qu’ils exprimaient, qui instrumentèrent la complète “annexion” d’Israël à ce complexe bureaucratique de puissance qu’est le Pentagone. Ce n’était pas un “complot” dans le sens humain du terme. Ils ne faisaient qu’exprimer la puissance extraordinaire du Pentagone et de sa culture, qui avaient définitivement mis la haute main sur la politique de sécurité nationale des Etats-Unis. En ce sens, c’est bien le Pentagone en tant que tel, en tant que puissance autonome et incontrôlée, qui imposa à Israël, dès les années 1980, une main-mise qui bouleversa complètement les conceptions et les structures de Tsahal, et qui réduisit d’autant, jusqu’à l’inexistence totale, la souveraineté nationale d’Israël.

»Le conflit avec le Hezbollah de juillet-août 2006 a confirmé de façon éclatante un état des choses où les capacités guerrières, les équipements, les tactiques, mais aussi la culture fondamentale des forces armées israéliennes se sont révélés comme complètement transformés, — transmutés, sans aucun doute, — par rapport aux conditions originelles de l’Etat d’Israël…»

Bien entendu, cette “transmutation” culturelle et psychologique, dans le sens de l’américanisation disions-nous à l’époque, dans le sens-Système disons-nous aujourd’hui, s’est réalisée dans le sens du pire. On constate, à la lecture des appréciations recueillies plus haut, que rien n’a changé depuis 2006, et que les choses se sont même aggravées. On retrouve paradoxalement dans les services de renseignement ce même travers que les anciens chef du Shin Bet dénonçait récemment dans le chef des directions politiques israéliennes, que nous mentionnions dans notre texte du 23 mars 2013 : «Alors aux commandes, Yaakov Peri estime n’avoir reçu durant les six ans de son mandat aucune consigne des gouvernements successifs. Ou bien il a cette formule, dont les termes sont partagés par ses collègues : Israël remporte la plupart des batailles, sans gagner la guerre. “Nous ne savions pas dans quelle direction aller, résume Peri. C’était toujours de la tactique, jamais de vision stratégique.”»

Dans ce texte cité du 23 mars 2013 et basé sur le précédent fondamental de la bataille de la Marne avec l’échec allemand du plan Schlieffen représentant l’“idéal de puissance” (retrouvé aujourd’hui dans son stade terminal dans le chef du bloc BAO), nous observions : «Le schéma de la bataille de la Marne est symboliquement intéressant parce qu’il restitue ce moment où la dynamique de surpuissance est à son maximum et passe en dynamique d’autodestruction dès lors que la clef stratégique s’effrite, que la direction des forces centrales disparaît.» La “clef stratégique” était une circonstance somme toute anodine, – l’effondrement psychologique du grand chef de l’armée allemande, von Moltke, – mais cette “circonstance anodine” ne représentait que le moyen effectivement de circonstance d’une destinée écrite dans le concept de l’“idéal de puissance” représentant une théorisation du Système dans sa fureur de surpuissance se transmutant en autodestruction… La destinée, elle, est l’essence même du phénomène, et elle est retrouvée aujourd’hui, intacte dans sa fatalité qui est comme une inversion de la Providence, dans des conditions moins assourdissantes, moins dramatiquement claires que la Grande Guerre, mais beaucoup plus spécifiques à la crise générale que nous connaissons.

«Ce qu’on observe, à partir de notre analogie, c’est que le Système pullule aujourd’hui de Moltke divers et de différentes factures, plus ou moins bien fardés en grands chefs réduits à la volubilité de communication. Obama est un Moltke, comme le sont les différents Premiers ministres israéliens. Comme l’enjeu national et la pression d’une situation de guerre massive n’existent pas en vérité, les exécuteurs des tactiques nécessaires sont beaucoup plus libres et mesurent de plus en plus l’absence (au propre et au figuré) de leurs Moltke, et ils s’interrogent de plus en plus furieusement sur cette situation où des développements tactiques sans fin ne sont nulle part chapeautés, orientés, inspirés par le moindre but stratégique. Ils en viennent donc au soupçon central qui est de se demander : la stratégie existe-t-elle encore ? Puis, rapidement : a-t-elle été complètement détournée par le Système à son profit, ce qui entraîne tout le monde dans une folie autodestructrice ?»

Ces dernières questions nous ramènent à l’Israël d’aujourd’hui, dans le cadre des erreurs décrites à propos de la Syrie. Ce que nous montrent les textes cités comme le cheminement de la “pensée stratégique” de la direction israélienne réduite à des à-coups tactiques peinturlurés du triomphalisme de la communication, c’est une situation pathétique où l’Israël si souvent décrit comme habile, décidé, voire machiavélique par ses partisans comme par ses adversaires, se révèle au même degré zéro d’imagination, de liberté de jugement, et chargé du même épuisement psychologique à force de s’abîmer dans ses narrative que ses compères du bloc BAO. Certes, nous disent les commentateurs cités, les erreurs d’aujourd’hui confirment celles d’hier, mais elles sont bien plus désolantes, bien plus basses encore. Il n’y a même pas eu de conflit, d’affrontement, de cette sorte d’urgence qui peut expliquer les faux-pas, pour Israël dans ce cas ; il y a eu simplement la croyance dans sa propre narrative de suffisance et d’irréalité, sa croyance aux jugements du niveau des satiristes et des people de talk shows (du type “Assad le méchant” ou “Assad la brute”, qu’on retrouve aussi dans les cénacles intellectuels parisiens), avec confirmation des services de renseignement eux-mêmes influencés par les exigences de cette communication complètement grotesque.

Le système de la communication utilisé pour le renforcement de l’inversion des jugements et la dissolution des psychologies, jusqu’à une pensée aussi ferme “qu’un éclair au chocolat” (comme la colonne vertébrale du président McKinley, selon son vice-président Teddy Roosevelt), triomphe en alimentant l’arrogance et la suffisance, en confirmant les aveuglements qui font prendre les victoires tactiques de communication pour une stratégie décisive. Combien de fois l’Israël des Netanyahou, Barak & Cie s’est-il cru triomphant et prêt à frapper décisivement l’Iran, et nous attendons depuis huit ans cette attaque annoncée chaque jour et fleurie d’innombrables descriptions de manigances et manœuvres complotistes diverses. Cette fois, il y a de l’action : le fracas des bombes israéliennes autour de Damas fait croire, communication et narrative à l’œuvre, à une irrésistible puissance stratégique. La visite piteuse de Netanyahou à Poutine, à Sotchi, enchaîne sur la révélation (?) qu’il ne s’agissait que d’une péripétie tactique enluminée par la communication, donnant des effets pervers bien préoccupants, et que la stratégie, elle, se règle face au président russe, et l’on sait bien dans quel sens. Effectivement, il s’agit bien d’une défaite stratégique à partir d’impulsions tactiques magnifiées par leurs effets de communication, et interprétées faussement comme des actes stratégiques.

Comme le bloc BAO dans son ensemble, Israël est complètement prisonnier du système de la communication, de ses narrative et de ses illusions, de ses obsessions et de son étrange affectivité, transformant les erreurs courantes depuis l’américanisation de ses forces armées qui portaient essentiellement sur le contexte et les conditions de l’engagement, en des dérives catastrophiques qui portent désormais, en plus, sur l’exécution et l’opérationnalisation. Cette évolution, qui a été engagée avec la catastrophe de l’été 2006 est désormais la marque de l’activité de cet Israël américanisé, devenu depuis un Israël-Système, qui semble n’avoir même plus besoin de s’engager vraiment dans un conflit pour le perdre, – comme il semble pouvoir envisager de le faire avec la Syrie. Recette aussi parfaite après tout que celle des prévisions erronées des meilleurs services de renseignement du monde : Israël n’a plus besoin de faire une guerre pour la perdre.

La spécificité d’Israël a complètement disparu dans la phase finale de la constitution du bloc BAO depuis l’automne 2008, avec sa psychologie réduite à une opérationnalisation faussaire et trompeuse. Le résultat concret, pour ce pays, est une situation où l’on pourrait dire que la défaite de l’été 2006 contre le Hezbollah suivant l’américanisation de ses capacités et de ses conceptions militaires ressemblerait, pour les structures financières, économiques et bureaucratiques du bloc BAO, à la crise financière d’effondrement de l’automne 2008. L’analogie s’énoncerait alors de cette façon : puisque le Système, – l’américanisation militaire pour Israël, les structures bancaires ultra-libérales pour l’appareil financier du bloc BAO, – ne marche pas, c’est donc qu’il faut plus que jamais poursuivre sur cette voie et l’appliquer plus que jamais. Des deux côtés, la consigne est suivie et appliquée à la lettre.

http://www.dedefensa.org/article-la_syrie_r_v_le_isra_l_22_05_2013.html

Georges Sabra appelle l’ASL à « sauver » Qoussair

Alors que la ville de Qoussair a été libérée par l’Armée arabe syrienne appuyée par des combattants libanais du Hezbollah, le chef de la Coalition nationale (opposition), Georges Sabra, a appelé toutes les unités se réclamant de l’Armée syrienne libre (ASL) à envoyer des hommes pour « sauver » la ville.

L’Armée syrienne se bat actuellement contre des poches de jihadistes dans certains quartiers et la banlieue. L’appel du trotskiste Georges Sabra vise à rétablir la ligne de partage Nord-Sud de la Syrie que l’opposition voulait faire acter lors de la conférence de « Genève-2 ».

Plus de 80 000 chrétiens avaient été obligés de fuir Qoussair pour échapper à la furie des jihadistes, fin 2012.

La libération de Qoussair modifie profondément la donne stratégique syrienne et met fin au projet de partition.

Le président Barack Obama a appelé son homologue libanais, Michel Sleimane, pour protester contre l’intervention du Hezbollah en contradiction avec la politique de neutralité du Liban. Le Premier ministre turc, Reccep Erdogan, a également condamné l’intervention du Hezbollah lors d’une conférence de presse à Istanbul, à l’occasion de son retour des États-Unis.

http://www.voltairenet.org/article178577.html

UE à Israël: « il est temps d’attaquer l’Iran »!!

 

IRIB- Selon la chaine d’information Al Mayadin qui cite le journal Maariv ,  » les pays européens auraient exprimé leur souhait de voir Israël attaquer l’Iran ».
le journal israélien évoque en effet les propos du ministre israélien des Affaires stratégiques et du renseignement, Youval Steinitz,qui s’exprimait au sujet de la Syrie et de la chute de Assad :  » la chute de Assad est une évolution positive pour Israël qui finira par affaiblir l’Iran et le Hezbollah, selon Steinitz avant d’ajouter :  » j’ai reçu de nombreuses lettres (!!!) de la part des pays européens qui affirment toutes et en choeur une seule et unique chose , il est temps de déclencher une action militaire contre l’Iran car les sanctions ne peuvent pas à elles seules empêcher l’enrichissemnt de l’uranium iranien  » !! si le ministre sioniste dit vrai, il faut douter de la volonté de l’Europe de voir la crise syrienne être réglée par voies diplomatiques ; l’accord russo-américain sur le dossier syrien ne plait visiblement pas à certaines parties européenne (Grande Bretagne, France?!!) qui ont tout fait pour armer les terroristes en action en Syrie et faire prolonger l’effusion du sang! déclencher la guerre contre l’iran équivaut à plonger toute la région dans un chaos généralisé qui ne laissera pas intact l’Europe elle même, affirment les analystes.

Guerre d’usure au Golan

En d’autres termes, après plus de deux de bouleversements, de troubles et de conflits affectant la région connue sous l’acronyme US de MENA (Middle-East and North Africa), le plan de remodelage de cette région centrale du monde a débouché sur une véritable guerre d’usure entre la Syrie et Israël autour du plateau stratégique du Golan, occupé et annexé par Israël.

Rupture d’un statu quo vieux de 38 ans. Et retour à une situation similaire à celle qui prévalait au Levant en 1974. Un an à peine après la fin de la quatrième guerre israélo-arabe d’octobre 1973.

L’état-major de l’armée syrienne de l’époque ne voulait pas s’avouer vaincu. Déçus par ce qu’ils considèrent jusqu’à aujourd’hui par le jeu trouble de l’Egypte de Sadate, voir sa trahison (les généraux syriens se battaient avec acharnement pour gagner et non pas pour négocier comme l’ont fait les égyptiens dixit Daoud Rajha, l’ex-ministre syrien de la Défense, assassiné le 18 juillet 2012), les syriens s’engageront alors dans une guerre d’usure contre Israël avec l’appui de l’Union soviétique et de pays alliés comme Cuba. Cette guerre ne dura cependant pas et les deux pays cessèrent les hostilités tout en restant techniquement en guerre jusqu’à aujourd’hui.

La concentration des forces israéliennes près des frontières avec le Liban et la Syrie (ce que Tel-Aviv appelle le front Nord) a précédé de peu le Printemps arabe et a été perçue comme une volonté de revanche sur le Hezbollah libanais avec lequel Israël a eu maille à partir en juillet 2006. En réalité, les stratèges israéliens préparaient depuis longtemps une guerre avec l’Iran et dans cette optique, il fallait isoler Téhéran de ces deux principaux alliés au Levant: la Syrie et le Hezbollah. La Syrie a été considérée comme le maillon faible de cet axe qui ne dit pas son nom.

Pour rappel, la Syrie a évité d’extrême justesse d’être envahie par les forces américaines qui venaient juste de prendre Bagdad d’assaut en 2003. Ce pays a toujours été dans le collimateur des néoconservateurs US et des innombrables lobbies de soutien à Israël aux Etats-Unis d’Amérique et en Europe, notamment en France depuis la présidence de Sarkozy.

En Péninsule arabique, le régime de Damas est honni pour des raisons confessionnelles. Les origines Alouites de la famille du président Al-Assad et son alliance avec l’Iran « chiite » sont perçues comme une menace suprême qu’il faut éradiquer.

Après avoir évité une démocratisation aéroportée à l’irakienne en 2004, La Syrie participe activement à la guerre de juillet 2006 entre le Hezbollah et Israël, au cours de laquelle le Hezbollah parvient à détruire des chars Mirkava de l’arme blindée israélienne et à atteindre des cibles sensibles en profondeur avec ses roquettes et missiles. Auparavant, la Syrie avait fait face à une formidable campagne de dénigrement et des pressions croissantes pour qu’elle retire ses forces du Liban où elles sont intervenues dès 1976. L’assassinat en 2004 de l’ex-premier ministre libanais Rafik Al-Hariri dans un supposé attentat à la bombe, mais plus probablement suite à une frappe de drone (thèse jamais vérifiée) en fut l’élément déclencheur.

Des tractations secrètes entre Damas et Israël ont lieu via plusieurs intermédiaires, notamment le grand ami turc qui allait se révéler un peu plus tard comme le plus acharné des ennemis de la Syrie. On exige de Damas de renoncer à son « partenariat stratégique » avec la république islamique d’Iran et de cesser son soutien au Hezbollah. Le Qatar a également mené trois médiations dans ce sens. Non sans des incitations financières et des opportunités d’ouverture diplomatiques assez importantes. Le Président Bachar Al-Assad est alors invité par Sarkozy à une cérémonie du 14 juillet à Paris.

En vain.

Le discours d’Obama au Caire en 2009 laisse entrevoir un changement radical de la politique étrangère US dans le monde musulman. C’était plutôt le signal de l’adoption d’une nouvelle approche. Les guerre d’Afghanistan et d’Irak ont ruiné les Etats-Unis et profondément nui à l’économie des pays de L’OCDE.
A l’approche du « Nous allons vous ramener à l’âge de pierre (à coups de bombes et de daisy cutters cela s’entend) » s’est substituée une nouvelle approche plus subtile. L’ingénierie du chaos appliqué à l’échelle géopolitique. Une amélioration des techniques des révolutions colorées adaptées à l’humus local et propagées à grands coups de slogans issus du marketing ciblé via les réseaux sociaux.

En parallèle, les forces spéciales jouaient un rôle primordial en arrière-plan. La déliquescence, l’incurie, la mauvaise gestion et l’impopularité de l’ensemble des régimes arabes rendait la manipulation assez aisée. Il fallait s’appuyer sur l’élément le plus persécuté par ces Etats: les forces du radicalisme islamiste. Des années durant, les Etats-Unis pressaient les pays arabes pour qu’ils combattent le terrorisme. L’ironie du sort a voulu que les Etats-Unis utilisent ce dont il ordonnait de combattre à ses fins géopolitiques pour un remodelage en profondeur de la région afin d’instaurer une zone de pseudo-Etats faibles ouverts au libre-échange néolibéral et n’ayant plus de griefs contre Israël ou le sionisme.

Les premiers pays arabes à en faire les frais sont deux solides alliés des Etats-Unis et des pays du Golfe arabo-persique (quoique Ryad ne pardonnera jamais à Obama le lâchage de Moubarak) avant de se tourner contre les pays arabes les plus rétifs ou les plus hostiles à l’égard de Tel-Aviv: la Libye et la Syrie. Si le changement de régime en Libye s’avère un peu facile, avec l’appui de l’Otan et, pour la première fois, la mise en avant de la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne comme principaux sous-traitants des Etats-Unis et d’Israël, le cas de la Syrie s’avère infiniment plus problématique.

Contrairement à la Libye de Mouammar Kadhafi qui n’avait plus d’armée ou d’allié régionaux ou internationaux, la Syrie dispose de solides alliances stratégiques. Plus encore, elle est en première ligne avec le commanditaire secret du plan de remodelage.

Son armée, assez modeste comparativement aux normes occidentales, est cependant bien organisée et dispose de l’expérience de plusieurs conflits. Ses forces ont participé aux guerres israélo-arabes. Elle a été la principale force organisée au Liban durant plus d’une décennie. Elle a défié la Turquie sous dictature militaire tout le long des années 70 et 80. Enfin l’armée syrienne a bien observé ce qui s’est passé en Irak voisin sous occupation US. Non sans en payer le prix à plusieurs reprises. Nous avons tous cru au début de la révolte en Syrie, partie de Deraa, non loin des confins frontaliers avec la Jordanie (Sud de la Syrie), que l’armée syrienne ne pouvait tenir plus de 18 mois en avançant des raisons économiques. Nous avions eu tort. La Syrie n’est pas seule. Dans ce conflit qui dure depuis le 15 mars 2011, l’Iran y a engagé sa survie économique. Pour Téhéran, c’est une guerre par procuration.

La Russie et la chine, échaudés par l’expérience libyenne et ses très graves dérapages incontrôlés, veillent à ce que cette expérience malencontreuse ne s’y répète plus jamais. Plus concrètement, un changement de régime en Syrie produira un chaos favorable pour la destruction du Liban et une attaque contre l’Iran. La chute de l’Iran compléterait la partie de jeu d’échec que poursuivent les grandes puissances tout le long d’un arc de crise s’étendant du Turkestan chinois à l’Atlantique, en épousant les trajets énergétiques les plus importants. La chute de l’Iran mettrait à nu le flanc de la Russie et menacerait la Chine. D’où les positions adoptés par les uns et les autres.

Pour le moment, ce conflit a eu de graves répercussions économiques sur la Jordanie, l’Arabie Saoudite, la Turquie, l’Irak et Israël. On tenta les mêmes méthodes éprouvées ailleurs. Campagnes médiatiques intenses, black-out, manipulations, utilisation des fatwas religieuses, opérations secrètes, infiltrations, sabotages, envoi d’extrémistes religieux se prévalant de l’islamisme militant de plus d’une quarantaine de pays avec un nette prédominance de tchétchènes, de jordaniens, de tunisiens et de libyens. On évoque le chiffre de 50.000 à 80.000 « volontaires » étrangers venus faire la guerre au « régime impie et apostat » de Damas. La Syrie est décrétée par des pseudo-clercs religieux saoudiens et égyptiens comme une terre de « Djihad » à « nettoyer ». La Turquie sert de base de transit. Des forces US stationnent en Jordanie et en Turquie tandis que les forces spéciales de plusieurs pays européens dont un que sa Constitution interdit d’envoyer des troupes en dehors de son territoire s’activent au Liban, en Turquie, à Chypre, en Géorgie, en Bulgarie, en Arabie Saoudite et au Qatar. La machine de propagande tourne en branle.

L’armée syrienne dont la doctrine de base est la lutte asymétrique contre Israël fait face à une violente guérilla armée jusqu’aux dents. Pour Damas, l’ennemi est connu mais se cache. Les erreurs stratégiques de Tel-Aviv ou plutôt son impatience font qu’il se dévoile en plein jour. Changement de cap. La guerre est désormais dirigée sur le plateau du Golan. Pour cela il faut dégager la province centrale de Homs, réinvestir le Sud et créer un chaos défavorable à la Turquie d’Erdoğan sur son flanc méridional en remettant la question kurde.

Fahd Al-Freij, l’actuel ministre syrien de la défense a toujours été favorable à une lutte sans merci contre Israël. En sunnite, il n’a jamais admis que son armée se batte contre ses propres citoyens mais écrasait volontiers les milliers d’étrangers venus répandre la terreur dans son pays. Damas rend un précieux service à des pays comme la Tunisie, la Libye, la Jordanie ou l’Arabie Saoudite (tous des pays très alliés de Washington) en éliminant des centaines de leurs terroristes.

L’entrée en lice du Hezbollah libanais répondait à cet impératif stratégique: dégager les confins syro-libanais pour rouvrir le front du Golan.

C’est bien calculé. L’enjeu du Golan est immense: celui qui le contrôle, a le contrôle de tout le Levant. Israël frappe. Sans modération comme à son habitude. Mais cela nuit à son image et détruit le mythe d’une révolution. Damas menace. Tel-Aviv menace également. On fait appel à de vieilles connaissances. Le Front populaire de libération de Palestine. On met sur place des milices chargées de la guerre asymétrique au Golan.

De l’autre côté, l’armée israélienne met en place des hôpitaux de campagne aux blessés de la rébellion syrienne, leur fournit une aide logistique, des informations, des roquettes. Mieux, des commandos israéliens et des unités de reconnaissance des Golanis appuient les rebelles. Des drones israéliens antiradars détruisent des sites de surveillance de l’armée de l’air syrienne. Plus de 2.000 agents du Mossad opèrent au sein des phalanges de combattants étrangers contre le régime syrien. La plupart sont arabes ou tchétchènes. Certains observateurs assistent, médusés, à une alliance contre-nature entre extrémistes islamistes et sionistes. Cette implication trop visible devient bruyante et gênante. Même pour le bouillant Netanyahou qui ordonne à ses ministres de s’abstenir formellement d’émettre des déclarations sur la Syrie. Mais les jeux sont faits.

Un obus lancé par le FPLP palestinien à partir de Syrie atterrit sur le mont Hermon. Ce n’est pas la première fois mais c’est la première fois qu’un groupe militant palestinien brise le barrage du silence entourant la plupart des frontières israéliennes depuis trente ans. Des échanges de tirs sont signalés de part et d’autres.

C’est la guerre d’usure. Que va faire Tel-Aviv? S’adapter à cette nouvelle donne ou tenter de préserver le statu quo? Déclencher une guerre régionale avec un risque avéré d’embrasement généralisée?
Dans tous les cas, Israël devra payer le prix des erreurs stratégiques d’une équipe dirigeante aveugle qui se dirige tout droit vers un mur. Encore un autre. Invisible celui-ci et nettement plus dur.

 

Wissem Chekkat
Source Alterinfo

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=113179&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

 

ASL: l’Arabie envoie 35 tonnes d’armes à Qousseir

L’équipe du site

Le chef de la soi-disant Armée syrienne Libre (ASL) Salim EdrissLe chef de la soi-disant Armée syrienne Libre (ASL) Salim Edriss a reconnu lors d’un entretien téléphonique avec le quotidien américain Washington Post qu’il a reçu des tonnes d’armes en provenance de certains pays arabes.

« Je viens de recevoir 35 tonnes d’armes de l’Arabie saoudite. Ces armes sont destinées à nous aider dans la bataille de Qousseir, mais ces armes sont toujours insuffisantes pour faire face aux chars et aux avions du régime syrien », a-t-il dit.

« Je ne participerai pas à la conférence de Genève si les Etats-Unis et leurs alliés ne réalisent pas un équilibre militaire entre nos forces et le régime syrien », a ajouté le chef de l’ASL.

« Nous réclamons de nous fournir des antichars et des armes sol-air. Notre présence serait inutile à la conférence si nous sommes faibles sur le terrain », a-t-il indiqué.

Erdogan dénonce l' »intervention » du Hezbollah à Qousseir

ErdoganParadoxalement, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays soutient ouvertement la rébellion armée en Syrie a dénoncé mardi l’ « intervention » du Hezbollah dans la ville syrienne de Qousseir, frontalière avec le Liban.

« Je suis totalement de votre avis », a répondu M. Erdogan à un journaliste qui lui demandait s’il considérait l’implication du Hezbollah dans les combats à Qousseir comme une « intervention étrangère ».

« En Syrie il n’y pas seulement le Hezbollah mais aussi d’autres forces », a-t-il ajouté en faisant implicitement référence à l’Iran.

« Les médias du monde entier doivent expliquer quelles organisations, soutenues par quels pays, sont actuellement actives en Syrie », a poursuivi le chef du gouvernement turc lors d’une conférence de presse organisée à l’aéroport d’Istanbul, alors qu’il rentrait d’une visite de plusieurs jours aux Etats-Unis.

« Ceux qui considèrent le soutien logistique fourni par la Turquie à l’opposition syrienne comme une intervention étrangère ne disent pas la même chose à l’égard de mouvements qui prennent part aux combats », a-t-il prétendu.

Agences + AlAhednews

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=113200&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1