Archives de Tag: Geneva

Obama et Erdogan bien décidés à accroître la pression sur la Syrie

Le président américain Barack Obama et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ont promis jeudi de continuer à faire pression sur le régime syrien et de soutenir toujours la rébellion.

«Nous allons continuer à faire monter la pression sur le régime d’Assad et à coopérer avec l’opposition syrienne», a déclaré Obama lors d’une conférence de presse avec son hôte, à la Maison-Blanche.

Mais le président américain a reconnu qu’il n’existait pas de «formule magique» pour mettre fin au conflit en Syrie.

Saluant la «générosité extraordinaire» des Turcs qui ont accueilli quelque 400 000 réfugiés syriens sur leur sol, Barack Obama a appelé la Turquie à «jouer un rôle important au moment où nous réunirons des représentants du régime et de l’opposition dans les prochaines semaines», faisant allusion à l’organisation de la conférence internationale consacrée à la Syrie.

«Le Premier ministre (Erdogan) a été en pointe dans les efforts de la communauté internationale pour obtenir une transition vers une Syrie démocratique, sans Bachar el-Assad», a-t-il ajouté. Mais ni la Russie ni le régime syrien n’acceptent l’idée que le président Assad soit exclu d’une telle transition.

La Russie pour une présence iranienne à Genève

Dans ce contexte, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé jeudi que l’Iran doit être convié à la conférence internationale proposée par Moscou et Washington sur la Syrie.

«Nous partons du principe que tous les participants à la réunion du 30 juin de l’an dernier, plus deux acteurs-clés, qui n’étaient pas l’an dernier à Genève, l’Iran et l’Arabie saoudite, doivent être invités», a déclaré le chef de la diplomatie russe dans un entretien à la chaîne el-Mayadine.

Moscou et Washington sont de fait tombés d’accord la semaine dernière pour organiser une conférence internationale et relancer le processus de Genève, du nom d’un accord signé le 30 juin 2012 entre les grandes puissances sur une transition politique en Syrie.

Le directeur de la CIA à « Tel-Aviv »

Toujours sur la crise syrienne, le directeur de la CIA John Brennan est arrivé jeudi soir à «Tel-Aviv» pour «une visite surprise consacrée notamment à la Syrie», a indiqué une source officielle israélienne.

Brennan a rencontré le ministre israélien de la Guerre Moshé Yaalon, selon la même source.

La visite de John Brennan intervient deux jours après la rencontre entre le Premier ministre sioniste Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine, qui avait mis en garde Netanyahu contre tout acte qui déstabiliserait davantage la situation en Syrie.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon rencontrera d’ailleurs vendredi le président russe, a indiqué jeudi le Kremlin, ainsi que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, toujours à propos de la Syrie.

Source: Agences, édité par: moqawama.org

http://french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=9452&cid=287

Syrie: une résolution onusienne soutenant la rébellion… Des condamnations

Comme d’habitude, la communauté internationale pratique à son gré la politique de la carotte et du bâton. L’Assemblée générale de l’ONU a condamné mercredi «l’escalade des attaques menées par le régime syrien» et a reconnu l’opposition comme «un interlocuteur représentatif»!

Dans une résolution adoptée par 107 voix pour, 12 contre, dont la Russie, et 59 abstentions, incluant le Liban, sur les 193 membres de l’ONU, l’Assemblée «se félicite de la création de la Coalition nationale de l’opposition» et la qualifie «d’interlocuteur effectif et représentatif nécessaire à une transition politique».

Elle «note» que la Coalition bénéficie d’une «large reconnaissance internationale» mais ne va pas jusqu’à la présenter comme seul représentant légitime, comme l’ont fait les pays de la Ligue arabe.

Cette résolution non contraignante, préparée notamment par le Qatar, principal soutien de la rébellion syrienne, «condamne l’escalade continue des attaques de l’armée syrienne» et ses «violations flagrantes et systématiques» des droits de l’homme, ignorant les actes terroristes des rebelles.

Dimanche dernier, une vidéo violente a été postée sur Internet montrant un rebelle en train de manger le cœur d’un soldat syrien. Une barbarie choquante qui n’était pas même mentionnée dans ce texte!

Cette résolution de sept pages appelle à participer à une «transition politique» basée sur la déclaration de Genève du 30 juin 2012, qui prévoit un gouvernement de transition.

Concernant les voix, la Russie a voté contre, de même que la Chine, l’Iran, Cuba, la Corée du Nord et le Nicaragua. Le Liban, l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay, l’Inde, l’Indonésie et plusieurs pays africains (Afrique du Sud, Togo, Guinée) se sont abstenus.

Selon l’ambassadeur libanais auprès des Nations Unies, Nawaf Salam, l’abstention du Liban vient «conformément à la politique de dissociation», adoptée par le Liban depuis le début du conflit en Syrie il y a deux ans, «pour préserver l’unité et la stabilité de notre pays».

La Russie: une résolution «partiale»

Le représentant russe Alexander Pankin a vivement critiqué une résolution «partiale», affirmant qu’elle allait «encourager l’opposition à continuer de se battre» et compromettre les efforts américano-russes pour organiser une conférence internationale.

«Cette résolution sur la Syrie est irresponsable et non constructive. Elle aggrave la situation en Syrie et entrave les efforts internationaux pour mettre en œuvre la déclaration de Genève», a-t-il martelé, dans une allocution devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Pankin a ajouté que les auteurs de cette résolution n’avaient pas tenté d’examiner les moyens de résoudre politiquement le conflit en Syrie et ont ignoré non seulement la situation intérieure dans ce pays mais celle dans les pays voisins.

«Nous n’acceptons point l’adoption de la Coalition nationale des forces de l’opposition comme seule représentante légitime du peuple syrien», a-t-il souligné.

Il a indiqué que l’acceptation des résolutions adoptées par le sommet arabe à Doha en mai dernier «signifie la légalisation de l’armement des opposants».

Jaafari: une résolution qui aggrave la situation en Syrie

Pour sa part, l’ambassadeur syrien, Bachar Jaafari, a accusé «certains promoteurs du texte de ne pas vouloir un règlement du conflit mais un changement de régime» à Damas.

Il a affirmé que ce texte «vise à attiser la situation en Syrie et se contredit avec l’objectif noble représenté par l’interdiction de la provocation des conflits armés».

Dans une allocution devant l’Assemblée générale des Nations Unies lors d’une séance consacrée au débat sur le projet de résolution relatif à la Syrie, M. Jaafari a estimé que ce projet est un «antécédent très grave dans les relations internationales» et vise à «légaliser l’octroi d’armes aux groupes terroristes» en Syrie et à «reconnaitre une partie donnée de l’opposition extérieure» sous prétexte qu’elle est «la représentante légitime du peuple syrien», soulignant que cette partie «qui est en divergence et n’a aucun président, ne représente même pas les courants de l’opposition ni à l’intérieur ni ailleurs».

Le représentant syrien a évoqué le rôle dévastateur de la Ligue arabe, conduite par le Qatar, l’Arabie Saoudite et le nouveau membre, la Turquie, contre la Syrie, ajoutant que cette Ligue avait «accordé la légalité à la fourniture d’armes aux terroristes».

M. Jaafari a indiqué que ce projet de résolution n’avait pas «mentionné le mot de terrorisme».

«Les crimes barbares et les actes d’enlèvement, d’assassinat et de sabotage des lieux saints par les terroristes sont un exemple de ce qu’affronte la Syrie», a-t-il précisé.

Et de souligner: «Le gouvernement est sérieux et sincère dans la question du dialogue national global sous une direction syrienne avec les différentes composantes de la société syrienne et les forces politiques, y compris toutes les forces de l’opposition nationale intérieure et extérieure et les hommes armés qui reviennent à la raison et déposent l’arme».

«La vraie solution de la crise en Syrie ne sera que syrienne par excellence et sous la direction des Syriens eux-mêmes», a-t-il poursuivi.

M. Jaafari a abordé la profondeur de la corruption dans certains bureaux de cette organisation onusienne, soulignant qu’il y avait un courriel qui a été envoyé par l’ambassadeur de la Coalition au Qatar aux hauts responsables de ce secrétariat général. «Cet ambassadeur a donné les instructions au groupe terroriste surnommé « la Brigade des martyrs d’al-Yarmouk » pour kidnapper les éléments de la brigade philippine opérant dans le cadre de la FNUOD au Golan occupé», a-t-il révélé.

Il a précisé que l’ambassadeur de la Coalition à Doha avait géré le processus de négociation avec les ravisseurs des éléments de la brigade philippine au Golan occupé.

Source: Agences, édité par: moqawama.org

http://french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=9449&cid=287

Pillage de l’Afrique et fuite de capitaux. Kofi Annan s’en prend aux occidentaux

«Les pertes subies par l’Afrique sous la forme de sorties de capitaux illicites représentent deux fois plus que ce qu’elle reçoit en aide internationale» – Kofi Annan

AgefiKofi Annan

 » Le G8 doit renforcer ses règles afin d’empêcher les entreprises des secteurs des mines et de l’énergie d’encourager corruption et évasion fiscale qui empêchent l’Afrique de profiter pleinement de son essor économique « . C’est ce que l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan a déclaré vendredi devant l’édition africaine du Forum économique mondial au Cap.

«Les pertes subies par l’Afrique sous la forme de sorties de capitaux illicites représentent deux fois plus que ce qu’elle reçoit en aide internationale», se désole le prix Nobel de la paix 2001 dans l’introduction d’un rapport soutenu par de nombreuses organisations expertes en la matière, dont la Déclaration de Berne. «Les sociétés enregistrées dans les pays du G8 devraient être obligées de publier la liste complète de leurs filiales et les informations concernant leurs revenus à l’échelle internationale, leurs profits et les impôts payés dans les différentes juridictions», exige le rapport.

Kofi Annan demande explicitement à la Suisse de suivre la tendance politique générale en adoptant des mesures de transparence dans le domaine des matières premières. «Les Etats de l’OCDE, comme par exemple la Suisse, dotés de faibles normes sur la transparence pour le commerce des matières premières, le secteur financier et l’enregistrement d’entreprises doivent adopter des mesures contraignantes pour renforcer la régulation de ces domaines», a ajouté le fondateur de l’«Africa Progress Panel» (APP), basé à Genève – (ats)

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-10833.html

L’attentat en Turquie était commandité par des Turcs

Andreï Fedyachine

турция взрыв РейханлыPhoto : EPA

Les neuf suspects soupçonnés d’être mêlés aux attentats de samedi dans la ville turque de Reyhanli, à la frontière syrienne, sont des citoyens turcs, a déclaré le vice-président du gouvernement turc Besir Atalay à une conférence de presse dans la province de Khatai. Les autorités turques avaient accusé initialement les services spéciaux syriens d’avoir organisé les attentats.

D’après les récentes données, 146 personnes sont mortes et 140 ont été blessées suite à l’explosion de deux véhicules. Plus d’une vingtaine sont dans un état grave. Omran az-Zoubi, ministre syrien de l’information avait fermement démenti les affirmations de Muammar Guler, ministre turc de l’intérieur qui rendait Damas responsable de ces attentats.

La politique turque sur le volet syrien échoue, estime Stanislav Tarassov, directeur du Centre du Proche-Orient et du Caucase de l’Institut international des Etats modernes.

La Turquie doit choisir : soutenir les communiqués de Genève qu’elle a signés et engager l’élaboration d’une nouvelle feuille de route ou bien se distancer. Dans ce cas la Turquie s’avérera en marge du processus de paix. Dans cet ordre d’idée, le récent attentat est inspiré par les forces régionales en vue de saper une nouvelle conférence internationale sur la Syrie.

Il est possible que les attentats en Turquie soient commis par les groupes extrémistes, estime l’expert de l’Institut d’études stratégiques et d’analyse Serguei Demidenko :

Il est possible que se soient les séparatistes kurdes, les fondamentalistes islamiques, les radicaux de gauche. Dans la situation qui s’est créée Damas n’est guère intéressé à commettre les attentats sur le territoire turc.

L’Acte de stabilisation en Syrie 2013 est soumis à l’examen du Congrès des Etats-Unis. Il autorise les livraisons d’armes à « l’opposition armée syrienne ». La Turquie se réserve le droit d’appliquer « toutes les mesures de rétorsion » après une série d’explosions à Reyhanli, a déclaré pendant sa visite à Berlin le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu.

Les Etats-Unis doivent aménager en Syrie une zone d’exclusion et assurer les livraisons d’armements lourds y compris de missiles de croisière et de systèmes « Patriot » aux forces de l’opposition, a dit à l’ABC le sénateur John McCain.

Nous pouvons aménager une zone d’exclusion dans l’espace aérien syrien. Nous pouvons livrer à l’opposition les armes et lui prêter concours pour mettre fin au massacre insensé.

Selon un représentant de l’OTAN, l’alliance ne sait rien pour le moment sur l’initiative turque de convoquer une réunion urgente du Conseil nord-atlantique. La prochaine séance du Conseil regroupant les ambassadeurs des 28 pays de l’alliance est fixée au 15 mai à Bruxelles.

http://french.ruvr.ru/2013_05_13/L-attentat-en-Turquie-est-inspire-par-les-Turcs/

Lavrov: la Russie finalise la livraison de missiles à la Syrie

La Russie finalise les livraisons de ses missiles de défense aérienne à la Syrie, a déclaré vendredi à Varsovie le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.
 

«La Russie vend (des missiles) depuis longtemps, elle a signé des contrats et est en train de finaliser les livraisons en vertu des contrats signés. Ceci n’est interdit par aucun accord international», a-t-il déclaré devant la presse.

Selon le chef de la diplomatie russe, «il s’agit d’une arme défensive pour que la Syrie, qui est le pays importateur, ait la possibilité de se défendre contre des frappes aériennes».

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait estimé jeudi à Rome que la livraison de missiles russes à la Syrie serait «potentiellement déstabilisante» pour la région.

De son côté, le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle a fait état vendredi à Varsovie d’une «controverse» à ce sujet avec son homologue russe et a réclamé l’arrêt des livraisons d’armes à la Syrie.

«Nous sommes convaincus que les livraisons internationales d’armes à la Syrie doivent cesser et que nous devons tout faire pour donner une chance à une solution politique», a-t-il dit à l’issue d’une rencontre tripartite des ministres des Affaires étrangères polonais, russe et allemand.

Ces déclarations sont intervenues au moment où le Premier ministre britannique David Cameron discutait vendredi à Sotchi, en Russie, avec le président russe Vladimir Poutine des «options possibles» pour régler la crise en Syrie.

«Nous avons un intérêt commun, mettre fin rapidement à la violence et lancer un processus de règlement pacifique, conserver l’intégrité territoriale de la Syrie comme Etat souverain», a déclaré à Moscou le président Poutine.

M. Cameron a de son côté indiqué que même si les points de vue de la Russie et la Grande-Bretagne sur le règlement de la crise syrienne différaient, les deux pays cherchaient le même but, mettre fin au conflit et enrayer l’extrémisme dans le pays.

Il a aussi salué la proposition d’organiser une conférence internationale afin de trouver un règlement politique conforme à l’accord conclu à Genève le 30 juin 2012 entre les grandes puissances, proposition sur laquelle se sont entendus Moscou et Washington mardi.

Source: agences

http://french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=9400&cid=287

« La Syrie n’est plus un lieu sûr, pour les terroristes »!

 

IRIB- Le président du comité des libertés civiques, au parlement syrien, en est sûr : « l’Occident a bien compris que la Syrie ne peut être un lieu sûr, pour les terroristes, et cette découverte date, surtout, des révélations, qui viennent d’être faites sur l’usage, par les terroristes armés, de l’arme chimique ».
« Les Américains semblent avoir compris que le terrorisme, tel qu’il avance et évolue, en Syrie, ne leur profiterait pas et que leur tactique de guerre, en Syrie, ne répond plus », a affirmé à Al-Alam le député Badih Saghour. « En effet, ce qui est mis à l’épreuve, à l’issue de la rencontre Kerry/Poutine, c’est le sérieux de l’Occident à mettre en application son entente avec la Russie, et, surtout, à organiser une conférence internationale, sur fond de la déclaration de Genève ». « Les Russes sont sérieux, quand ils affirment vouloir résoudre la crise, en Syrie. Quant aux Américains, leur actes et leur paroles ne convergent jamais. S’ils sont vraiment sincères, les Etats Unis devront arrêter l’envoi d’armements aux rebelles ». « Nous sommes heureux de voir les vrais amis de la Syrie être sincères, dans leur soutien à la Syrie ». « Les portes sont désormais fermées, en Syrie, sur l’Occident, et les Occidentaux ne sont plus à même de s’en tenir à la solution militaire ». Le député a critiqué l’Occident, pour son silence, face à l’usage de la substance chimique, par les terroristes.