Archives de Tag: Geneva

Alep / Syrie : La stratégie de la faim quand toutes les autres ont échoué !

 

Publicités

L’IM-MONDE

Badia Benjelloun

Un correspondant du quotidien vespéral français aurait été témoin de l’emploi d’armes chimiques par l’armée gouvernementale syrienne.

La description des symptômes endurés par les miliciens « rebelles » évoquent ceux produits par des gaz neurotoxiques.

Signes ophtalmologiques avec troubles visuels et une pupille ‘rétractée’, signes digestifs, vomissements et signes respiratoires décrits comme raclements et suffocation.

Le récit, espéré digeste grâce la petite touche littéraire avec le petit bruit de la canette non pas sur le comptoir d’étain mais un certain cliquetis à peine audible, produit des témoignages de ces combattants et d’un médecin.

Le photographe du journal le Monde (en lettres gothiques) aurait souffert de troubles visuels et respiratoires durant plusieurs jours. Première invraisemblance du récit : les gaz neurotoxiques utilisés comme armes de guerre sont certes inodores et incolores, mais les signes digestifs sont sur le même plan que les signes respiratoires. L’antidote doit être immédiatement administré pour lever le blocage des terminaisons nerveuses sans quoi la paralysie est rapidement mortelle.

Deuxième incongruité. L’iconographie censée illustrer le texte montre un homme qui tente avec une seringue de prodiguer des instillations oculaires. Les effets des gaz neurotoxiques à pénétration cutanée et respiratoire n’ont aucune chance d’être levés par des lavages oculaires. Ceux-ci ne peuvent soulager qu’en cas de gaz irritants des muqueuses.

Troisième aberration. Le médecin rebelle rapporte le cas d’un combattant qui lui a été confié avec un rythme cardiaque fou. Le blocage enzymatique qui conduit à l’accumulation du neurotransmetteur l’acétylcholine induit surtout une bradycardie, et l’hypotension majeure par absence du tonus vasculaire est l’urgence absolue. On restitue une tension artérielle inexistante avant de vouloir contrôler un rythme cardiaque, même aberrant, même anarchique. Pour être rigoureux une phase d’hypertension avec tachycardie peut être observée dans les premières minutes de l’intoxication. Le délai nécessaire pour transporter un patient jusqu’à un centre de secours à travers le dédale imposé par une zone de guerre en milieu urbain exclut cette hypothèse. Quatrième anomalie. La consultation de n’importe encyclopédie en ligne indique comme symptôme cardinal des effets neurotoxiques les convulsions. Le sujet mortellement atteint suffoque dans un contexte de crises cloniques spectaculaires. Ce type de manifestations est si impressionnant que leur absence dans le roman permet de qualifier le récit de faux témoignage.

L’auteur à la fin de son article prend une précaution rhétorique. Il émet la possibilité de l’usage de plusieurs variétés de gaz toxiques par l’armée gouvernementale, solution élégante pour brouiller les pistes de l’usage d’un gaz mortel prohibé qu’il suggère fortement tout au long de son histoire très arrangée.

 

Cependant, sensation de brûlure oculaire et toux irritatives se rencontrent lors de l’exposition à des gaz lacrymogènes. À chaque dispersion de foules ou de manifestations par les CRS en France ou aux USA où l’usage des gaz poivrés connaît un regain, il faudra mobiliser la Cour européenne des Droits de l’Homme.

 

La publication de cet épisode survient au moment où les pays incarcérés dans l’Union Européenne ont décidé de suspendre officiellement l’embargo sur la livraison des armes à la rébellion en Syrie.

Elle est contemporaine également de la préparation des pourparlers en faveur d’un Genève II où devraient siéger les « belligérants » et les pays qui les arment et sans lesquels cette confrontation du bloc occidental avec les intérêts de puissances dites émergentes sur les décombres de la souveraineté de la Syrie n’aurait pas lieu.

 

Le régime syrien est explicitement accusé de crimes de guerre ou contre l’humanité au moment où plus de 15 000 soldats des armées impériales occidentales et de leurs vassaux subissent un entraînement intense en Jordanie. Cette préparation anormale sur le plan numérique indiquerait l’imminence d’une attaque type coalition contre l’Irak.

 

Déjà, les effets d’une dissémination du conflit au Liban se font ressentir.

Les escarmouches autour plateau occupé du Golan entre Israël et des combattants du côté syrien signalent la possibilité d’un autre front. Un char d’assaut israélien y a été récemment détruit.

Ce que redoutent le plus les rares stratèges sionistes, c’est l’extension du chaos à la Jordanie. La version officielle de la neutralité israélienne est une légende de façade. Le soutien à la rébellion syrienne a pris de nombreuses formes, y compris sous celle d’une assistance logistique et médicale. Au-delà de leur crainte que des missiles russes S 300 soient opérationnels aux mains de la défense de la souveraineté syrienne, l’embrasement de la région aura un impact civil non négligeable sur une population israélienne prête à émigrer en cas de danger. En cas de conflit militaire généralisé, l’État-major sioniste n’oublie pas que les discours de Sayed Hassan Nasrallah ne sont pas des rodomontades. Le Hezbollah doit disposer d’un arsenal et d’un entraînement convaincants.

http://www.dedefensa.org/article-l_im-monde_30_05_2013.html

Dîner aux chandelles, entre (2 ou 3 ?) amis

C’est effectivement dans un salon particulier d’un restaurant très chic du VIIème arrondissement que le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius a reçu à dîner, hier soir, ses collègues Lavrov et Kerry, respectivement de Russie et des USA. Fabius n’était pas là comme maître d’hôtel mais comme hôte effectif, connaisseur de la bonne chère française, et même comme participant à la conversation qui portait exclusivement sur la crise syrienne vue de la lorgnette à divers réglages du bloc BAO et même de la “communauté internationale“ généreusement étendue à la Russie.

• Nous ricanons et faisons le mauvais esprit, – à peine… Nous pouvons citer au moins deux textes, de bonne tenue et d’excellente référence, qui présentent ou mentionnent cette rencontre de Paris sans dire un seul mot du ministre français. A les lire, on croirait que Lavrov et Kerry ont choisi Paris pour se rencontrer comme ils auraient choisi, – disons Genève (-II) ou Damas, par exemple… C’est le cas de Russia Today, le 27 mai 2013, qui titre (notre souligné en gras) «Take two: Lavrov, Kerry working to broker redo of Syria peace conference», et qui commence son texte de cette façon : «During their meeting in France, US Secretary of State John Kerry and Russian Foreign Minister Sergey Lavrov are expected…» ; bla bla bla pour la suite, avec cette question anecdotique dans notre esprit : Fabius nulle part mentionné, késako? L’autre texte (du 26 mai 2013) est de M K Bhadrakumar, plus général et portant sur les relations Russie-USA, sur un aspect que nous abordons plus loin. Certes, M K Bhadrakumar mentionne d’une façon marginale le dîner dont nous parlons, mais nous voyons bien que, bien qu’à Paris, bien qu’avec notre ministre, nulle mention au moins aimable n’est faite de ce dernier, avec un style et dans un esprit qui font croire à son inexistence et confirment l’impression que, oui, la chose aurait effectivement pu avoir lieu à Genève (-II) ou à Damas :

[Kerry et Lavrov] «… are having a candle light supper in Paris on Monday to figure out the actual modalities of the Geneva peace meet over Syria, now that they managed to shepherd the opposite sides towards the negotiating table. This is their fourth meeting in some twenty days. Amen.»

• Ainsi en est-il de la politique étrangère française, du type “Lost in Translation”, qui semblerait désormais inexistante tant l’échec que lui imposent les circonstances de la situation vraie semble l’avoir pulvérisée. Les habituelles “sources” du Quai d’Orsay, pompeuses et sûres d’elles comme il se doit, arrivent à faire porter le chapeau à la Russie, comme d’habitude objet de toutes les vindictes, mais avec une nuance qui nous rapproche du comique de l’absurde puisque le reproche conduirait à penser que son principal défaut, voire sa principale faiblesse, à la Russie, est d’avoir maîtrisé la complexe situation syrienne et d’avoir réussi à ouvrir la possibilité d’un règlement négocié de la crise : «… la Russie, elle, est obsédée par l’idée de retrouver une place sur scène internationale.» Drôle d’obsession, qui permet à la Russie de tenir ferme, et seule, une position principielle sur l’affaire syrienne, et de s’imposer comme la maîtresse du jeu en défendant des principes qui sont dans la droite ligne de la doctrine gaullienne du respect de la souveraineté, – ce qui, évidemment, ne peut que scandaliser les Français, mais pour un tout autre motif… Tout de même, quelques-uns, à Paris, sont en train de s’apercevoir qu’il se passe quelque chose de très catastrophique pour la France, comme Le Figaro peu après la rencontre Lavrov-Kerry à Moscou. (Voir notamment l’article du Figaro, le 10 mai 2013.) Quelques commentateurs, qu’on n’a pas toujours lus si avisés, se découvrent un bon sens nouveau, comme Georges Malbrunot, sur son blog du Figaro, le même 10 mai 2013, qui exécutait sans appel la politique française. Il en arrivait même à nous rappeler quelques précisions intéressantes, bonne “pour l’histoire”, quand on jugera la période.

«Depuis deux ans, la principale faiblesse de la position française a été au contraire de ne pas choisir clairement entre la diplomatie et les armes en Syrie, convaincue que les “jours du régime étaient comptés”, selon une formule, qui n’est pas l’apanage il faut le reconnaître du Quai d’Orsay. Cette prévision hasardeuse n’était pas celle, non plus, de notre ambassadeur à Damas Eric Chevallier qui écrivait dans des télégrammes datés des premiers mois de la révolte que le régime était encore trop solide pour tomber, alors qu’à Paris son ministre de tutelle, Alain Juppé, allait répétant que les “jours de Bachar el-Assad étaient comptés”. Un dysfonctionnement sur lequel des historiens se pencheront peut-être un jour.

»En condamnant rapidement Assad à comparaître devant un Tribunal international, la France – c’était toujours Alain Juppé en février 2012 – se coupait de toute possibilité de peser – à la mesure de son poids – dans un processus diplomatique à venir. “Nous étions pourtant bien placé”, regrette un ancien diplomate en poste à Damas qui rappelle la lune de miel franco-syrienne entre 2008 et 2010.»

• Le “dysfonctionnement” entre le ministre et son ambassadeur sur place, entre d’une part un Juppé-Fabius vivant dans la narrative-Système qui passionne les salons et d’autre part la vérité de la situation, n’est bien entendu ni une exception ni une circonstance de conjoncture. Si les Français s’alignent sur le tandem Lavrov-Kerry, dans le fracas étouffé d’une des catastrophes les plus achevées qu’ait connue la diplomatie française, le “dysfonctionnement” n’en continue pas moins. Cette fois, il vaut pour l’Europe, et la France y a évidemment sa part, et l’on sait combien, et l’on sait dans quel sens, – à deux, avec le Royaume-Uni en pointe absolument catastrophique, contre le reste. Il en a résulté une espèce de monstre qui est une sorte d’“accord pour qu’il n’y ait pas d’accord”, la fin de l’embargo UE sur les armes pour les rebelles syriens, une vague promesse informelle pour que rien ne soit fait avant le mois d’août, et l’Europe encore plus divisée qu’à l’accoutumé si c’est possible. Disons, puisque c’est de circonstance, que l’Europe est au moins aussi divisée que le sont, par exemple, les rebelles, et que la “décision” européenne, éventuellement appuyée sur la limite du mois d’août, doit donner un argument de plus à ceux des rebelles qui ne veulent pas aller aux négociations de Genève-II, pour décidément n’y pas aller ; le plus drôle, c’est que, dans la bouche du secrétaire au Foreign Office Hague, toute cette affaire de la levée de l’embargo des armes, c’est pour “forcer Assad à négocier”, – Assad qui devait disparaître dans les feux de l’enfer avant qu’on ne songe à ouvrir la bouche pour négocier, Assad qui a fait savoir avant que Hague n’ouvre la bouche dans le sens qu’on entend, qu’il était partant pour négocier à Genève-II… On peut lire le Guardian du 28 mai 2013 :

«Europe’s sanctions regime against Syria was plunged into uncertainty after Britain, backed by France, forced a lifting of the EU arms embargo on what it identifies as the moderate opposition to President Bashar al-Assad… [..] The long day of negotiations between the EU’s 27 foreign ministers saw Britain and France opposing plans to shelve a decision on arming the opposition until August, while Austria and the Czech Republic spearheaded the opposition to the Anglo-French push, with the Czechs supporting the Israeli line against sending arms to Syria and the Austrians alarmed at the impact on their UN peacekeeping mission in the Golan Heights between Syria and Israel. Spindelegger said that Vienna would now have to reconsider its deployment on Golan. A withdrawal could see an Israeli rush to fill the UN vacuum, ratcheting up the tension in the region… […] The dispute over how to respond to the civil war in Syria has exposed deep divisions in Europe. Senior European officials say much of the debate is “hypocritical” because some of the countries calling for a lifting of the embargo do not have the weapons to deliver or have no intention of taking part. They also point out that the White House and the State Department appear to be similarly split between hawks and doves.»

• Le dernier point mentionné immédiatement ci-dessus est indirectement mis en évidence dans le texte de M K Bhadrakumar (du 26 mai 2013) déjà mentionné plus haut ci-dessus. Le sujet du texte est le constat de ce qui semble être une entente entre Lavrov et Kerry, en même temps que le constat contradictoire de certains signes de renforcement de la fraction “dure” au sein de l’administration Obama ; et même, pour le cas cité, non seulement entre le département d’État et la Maison-Blanche, mais à l’intérieur du département d’État avec la nomination inattendue de Victoria Nuland, femme du neocon Robert Kagan et porte-parole à ce même département d’État jusque fin mars.

«But then, just when the Moscow-Washignton tango is getting to be noticed — and there are other signs too such as Obama’s meeting with the visiting Russian secretary of the national security council Nikolai Patrushev — the US administration introduces a discordant note by announcing the nomination of Victoria Nuland, former state department spokesperson under Hillary Clinton’s watch, as the new head of European and Eurasian Affairs at Faggy Bottom… […]

»But what is jarring in her career graph is also that [Nuland] was the hand-picked aide to Strobe Talbott, the then all-important point person for Boris Yeltsin’s Russia in the Bill Clinton administration. To cap it all, Nuland is also a former US ambassador to NATO — and, indeed, NATO’s eastward expansion is the legacy of Talbott to the US’s post-cold war diplomatic history, ignoring the prescient warnings by such iconic figures like George Kennan against such a move that would inflict lasting damage to the ties with Russia.»

Lorsque Kerry est arrivé au département d’État, il était assuré que Victoria Nuland allait perdre sa place de porte-parole (ce qui est fait) et qu’elle quitterait l’administration ; et voilà son retour à un poste plus important que celui de porte-parole, au même département d’État, et même à un poste clef où elle peut interférer sur les relations avec la Russie bien que cette puissance ne dépende pas entièrement de l’administration de ses services dans l’organigramme du département d’État. Cette interférence est d’autant plus probable que Nuland est professionnellement et idéologiquement proche de l’ambassadeur US à Moscou, Michael McFaul, les deux étant à la fois de tendance neocon et ayant été formés par le même Strobe Talbott que mentionne M K Bhadrakumar. (Talbott est un ancien journaliste, et spécialiste du contrôle des armements et de l’URSS à la fin de la guerre froide, passé au département d’État et devenu idéologue de l’expansion à l’Est et de l’“agression douce” contre la Russie du temps de l’administration Clinton. Talbott a notamment favorisé la politique de pillage de la Russie par l’hyper-capitalisme organisé par la finance US et ses commandos universitaires de spécialistes en économie, le tout manipulant l’accommodant Eltsine pour quelques verres de vodka.)

• Ce changement de personnel signifie que John Kerry, si l’on considère qu’il veut mener une politique de rapprochement avec la Russie, dans tous les cas sur l’affaire syrienne, est isolé au département d’État sur les politiques essentielles dont on parle, et principalement dans sa connexion vitale avec Moscou. Cela signifie dans tous les cas, quelle que soit son orientation, qu’il ne contrôle pas les nominations de sa haute administration ; en effet, la nomination de Nuland est due à des pressions des factions extrémistes et neocons relayées par les sénateurs qui vont bien (McCain, Lindsay & Cie), qui ont été déclenchées d’une façon inattendue et ont obtenu gain de cause, dans le chef d’une administration qui se sent toujours vulnérable face aux attaques lancées contre sa politique russe et sa politique syrienne, et qui est d’ailleurs elle-même divisée face à ces pressions puisque certaines fractions internes les relaient. Dans ce cas très kafkaïen, on trouverait alors un Kerry isolé à la tête de son ministère, dans une position qui ne serait pas très éloignée de celle d’Obama, comme on peut spéculer dans certains cas (voir le 24 mai 2013).

• Le résultat (pour le cas USA) n’est pas la promesse d’une politique plus “dure” avec la nouvelle position de Nuland mais l’apparition de nouvelles possibilités de blocage et d’interférences, et peut-être le renforcement de la paralysie dont Washington tente de se sortir depuis quelques semaines, dans tous les cas pour l’affaire syrienne, et éventuellement pour les relations avec la Russie. Le résultat (pour les USA et le reste, pour le bloc BAO à la lumière des divers événements considérés ci-dessus, et aussi pour la Syrie), c’est la probabilité d’un désordre encore plus grand puisque l’effet général des événements des dernières quarante-huit heures est la mise en route de nouveaux mécanismes de blocage ou d’aggravation de la situation, malgré la poursuite de la préparation d’une conférence Genève-II par le tandem Lavrov-Kerry. La réunion Genève-II apparaît de plus en plus comme une sorte de “dernière chance” (certes, il y en a eu d’autres dans la crise syrienne), et de plus en plus difficile à rassembler malgré le ralliement des Français. (Mais, comme l’écrit l’avisé Malbrunot, «comme l’issue à court terme de ladite conférence est pour le moins incertaine, la France aura encore le loisir de changer de cap…» ; c’est assez bien vu, avec une ligne Hollande-Fabius de politique étrangère aussi ferme que notre fameux et succulent éclair au chocolat.)

Ce “tour de table” général a donc permis à peu près dans toutes les directions d’observer que la politique du bloc BAO menée jusqu’ici a été catastrophique, qu’elle donne des résultats catastrophiques, avec même la reconnaissance de certains des acteurs de cette politique de cet aspect catastrophique. Il a permis de constater que la seule solution est une négociation, nécessairement avec Assad, et que Genève-II est la seule issue visible et peut-être la dernière chance. Il permet de conclure que, par conséquent, tout se passe comme s’il y avait de fortes chances pour que l’on continuât de plus en plus dans cette direction de cette politique catastrophique, et d’entrave dans les tentatives de négociation. Il permet de comprendre, en bref, que le processus de cause à effet se fait bien, mais dans sens complet de l’inversion, comme l’affectionne le Système en mode surpuissance-autodestruction : au plus l’on constate la catastrophe, on plus l’on en déduit qu’il faut poursuivre dans le sens de la catastrophe … On peut certes prier pour que survienne le “miracle de Genève-II”, mais on ne peut s’empêcher de constater que l’embourbement crisique est plus que jamais en action, et que l’infraresponsabilité semble bien l’attitude psychologique favorisée par l’essentiel de nos directions politiques. Le désordre règne, et on ne voit aucune raison pour lui dénier son empire. En un sens, il est la légitimité même “de l’Empire” (du Système).

 

Mis en ligne le 28 mai 2013 à 13H22

http://www.dedefensa.org/article-d_ner_aux_chandelles_entre_2_ou_3_amis_28_05_2013.html

Cinq obstacles à la paix en Syrie

Cinq obstacles à la paix en Syrie

Moscou et Washington travaillent enfin coude à coude pour trouver une sortie de crise, du moins en termes de diplomatie publique, dix mois après que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a reconnu que le conflit syrien était bien une guerre civile.

Leur plan consiste à organiser une conférence – initialement prévue pour juin – pendant laquelle le régime syrien et l’opposition entameraient les négociations. Objectif? Trouver le moyen de créer un gouvernement de transition et parvenir à un règlement politique du conflit.

L’idée n’est pas révolutionnaire: un tel plan a déjà été approuvé de facto par les deux camps et un certain nombre de médiateurs internationaux pendant la conférence de Genève en 2012 – et il a été enterré par le conflit en l’espace de quelques semaines. Personne ne respectait les accords.

Le nouveau plan aura-t-il plus de succès? RIA Novosti a consulté les meilleurs experts russes sur le Proche-Orient, qui ont identifié cinq obstacles à la paix en Syrie.

Le régime craint un « nettoyage »

La paix nécessitera le départ d’une partie de l’élite dirigeante. Non seulement du président Bachar al-Assad (qui refuse catégoriquement de le faire) mais aussi les dirigeants des forces armées et des services de sécurité, estime Vladimir Akhmedov de l’Institut d’études orientales à l’Académie des sciences de Russie. Cela signifie que les hauts fonctionnaires dont il est question devront renoncer au pouvoir – ce qui est très peu probable. De leur côté, les rebelles devront faire des concessions et offrir des garanties de sécurité à des personnes qu’ils ont pourtant menacé d’exécuter à maintes reprises.

Les moujahiddine ne veulent pas de compromis

Hormis les représentants des forces modérées qui soutiennent l’opposition, la Syrie déborde d’islamistes armés, dont beaucoup sont des jihadistes professionnels venus d’autres pays.

Certaines organisations islamistes comme l’influent Front islamique de libération de la Syrie (FILS), sont disposées à dialoguer, tandis que d’autres – le Front al-Nosra lié à Al-Qaïda ou le Front islamique syrien veulent la mort d’Assad et instaurer la loi de la charia: il est donc peu probable qu’ils fassent des concessions. Selon Boris Dolgov, expert à l’Institut d’études orientales, les extrémistes pourraient être privés de soutien et éliminés seulement si les forces modérées de l’opposition et le gouvernement s’unissaient – ce n’est pas une tâche facile étant donné le fossé qui les sépare.

Les forces modérées sont faibles et divisées

Quand le conflit a commencé en mars 2011, il était encore un mouvement pacifique vers des changements démocratiques. Les forces modérées dominaient encore politiquement l’opposition, notamment au sein de la large Coalition nationale syrienne qui a été reconnue comme représentante du peuple syrien par vingt pays occidentaux et arabes, dont les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, le Qatar et l’Arabie saoudite. Mais lorsque les manifestations ont été impitoyablement réprimées par les autorités et ont dégénéré en guerre civile, les libéraux ont perdu une grande partie de leur influence et ont été progressivement mis de côté par les radicaux armés de Kalachnikov. Pour que les négociations soient couronnées de succès les libéraux doivent récupérer leur autorité d’antan et se retrouver à nouveau au centre de l’attention, ce qui sera difficile au vu du désaccord entre les forces et organisations d’opposition, qui se disputent le leadership au sein de la Coalition nationale.

L’Iran et le Hezbollah ont besoin d’Assad

Damas est le principal allié de l’Iran au Proche-Orient. De plus, les livraisons d’armes destinées à un autre allié iranien – le mouvement politique militarisé du Hezbollah au Liban – passent par la Syrie. En clair l’Iran, ses partenaires et ses ennemis géopolitiques ont tous leurs propres intérêts dans ce conflit:

– Les combattants du Hezbollah se battent aux côtés d’Assad et l’Iran a déployé en Syrie des troupes de son Corps des Gardiens de la Révolution islamique, une unité spéciale de l’armée iranienne. Selon certains médias, 120 000 volontaires sont en attente en Iran, prêts à rejoindre le conflit pour empêcher le renversement d’al-Assad.

– La Ligue arabe – dont la majeure partie des 22 pays membres sont sunnites

– (et donc opposants traditionnels de l’Iran chiite) – fournirait des armes à l’opposition syrienne, avant tout aux jihadistes. Ils ne soutiendront pas le plan prévoyant le replacement des extrémistes religieux par les libéraux, principalement laïques, bien qu’il soit possible de convaincre les pays de la Ligue de ne pas s’ingérer trop activement, estime Akhmedov.

– Autre ennemi de l’Iran : les Etats-Unis, qui avec l’UE fournissent aux rebelles syriens tout à l’exception des armes – des médicaments, des moyens de communication, des blindés.

– Un armement ouvert des ennemis d’Assad est le « plan B » de l’Occident au cas où les négociations à venir échouaient, déclare Akhmedov, mais cela ne contribue certainement pas aux négociations de paix.

Comment apaiser les passions?

La tension, la force et la nature de la violence en Syrie sont simplement « moyenâgeuses », pour reprendre les propos d’un analyste. La majorité des crimes ont été certainement commis par des combattants étrangers, les membres d’un noyau réduit composé des forces gouvernementales et de criminels récidivistes invétérés qui ont fui les prisons dans la confusion du temps de guerre. Mais le rebelle qui a été filmé en avril dernier mangeant le cœur et le foie d’un soldat ennemi était un Syrien ordinaire, devenu fou suite aux abus et aux traitements infligés par les soldats d’Assad à sa famille et ses amis. « Le pays est empoisonné par la violence », déclare Irina Zviaguelskaïa de l’Institut des relations internationales de Moscou (MGuIMO). Aucun conflit civil, aussi furieux et féroce qu’il soit, ne dure jamais éternellement – prenons l’exemple du Rwanda, des Balkans ou du Caucase – mais la fin (ou au moins le « gel ») de telles guerres a nécessité une intervention étrangère intensive, parfois des troupes de maintien de la paix. Dans le cas de la Syrie, aucun médiateur hypothétique (y compris Moscou et Washington) n’a encore déclaré être prêt à envoyer son armée. Or si l’on laissait les passions s’apaiser elles-mêmes, ce processus pourrait prendre des décennies.

http://fr.rian.ru/discussion/20130527/198401722.html http://fr.rian.ru/discussion/20130527/198401722.html

Syrie: l’opposition, bloquée par ses divisions, ne peut se prononcer sur Genève 2

Bulent Kilic/AFP Des membres de la coalition nationale syrienne, le 23 mai 2013 à Istanbul

Alors que Damas a annoncé son intention de participer à une conférence internationale de paix dite « Genève 2 », l’opposition syrienne réunie depuis jeudi à Istanbul ne parvenait pas dimanche à surmonter ses divisions et à adopter une position claire sur ces négociations avec le régime du président Bachar al-Assad.

La situation est d’autant plus grave que les ministres français, américain et russe des Affaires étrangères doivent se réunir lundi soir à Paris pour discuter de la préparation de la conférence internationale et que les membres de l’Union européenne doivent débattre à Bruxelles d’une éventuelle levée de son embargo sur les armes à destination de l’opposition syrienne.

Dans la métropole turque, la Coalition nationale de l’opposition syrienne avait prévu de venir à bout en trois jours d’un agenda chargé : entrée de nouveaux membres dans l’organisation –qui fédère de nombreux groupes de l’opposition syrienne–, élection d’un nouveau président, approbation d’un gouvernement pour les territoires aux mains des rebelles, et enfin débat sur une participation à « Genève 2 ».

Mais dimanche soir, à l’issue d’une quatrième journée de débats, les opposants n’étaient toujours pas parvenus à se mettre d’accord sur le premier point de leur ordre du jour.

Et les accusations fusaient entre les protagonistes, se reprochant réciproquement de vouloir s’approprier le pouvoir en modifiant les rapports de force dans la Coalition avec l’entrée de nouveaux membres ou au contraire de vouloir le garder en fermant la porte à l’élargissement.

« Vous avez l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis qui s’acharnent à inclure jusqu’à 30 membres dans la Coalition nationale. Leur objectif est de réduire l’influence des Frères musulmans dans cette structure », affirmait ainsi samedi à l’AFP un membre de la Coalition sous couvert d’anonymat.

Bulent Kilic/AFP Des membres de la coalition nationale syrienne, le 23 mai 2013 à Istanbul

« Le problème pour nous (les rebelles), c’est que si l’Arabie saoudite prend le contrôle, ils vont se contenter de soutenir les groupes armés de leur choix. Ils n’ont aucune envie de respecter une quelconque structure créée par les Syriens », a commenté dimanche une source proche de l’Armée syrienne libre (ASL).

Arabie saoudite et Emirats contre Qatar et Turquie, c’est en effet « la toile de fond » de cette bataille de tranchée, les premiers soutenant l’entrée dans la Coalition d’un groupe réuni autour de l’opposant historique Michel Kilo, les autres tentant de préserver leur position de force dans l’organisation à travers leurs alliés les Frères musulmans, a confirmé un diplomate parlant sous le couvert de l’anonymat.

Mais les dissensions ont aussi des motivations plus obscures, souvent liées à des questions de personnes, a souligné cette source.

Parvenir à un élargissement de la Coalition, avec plus de femmes, plus de représentants des minorités, mais aussi pour « ne pas s’aliéner certains pays donateurs » comme l’Arabie saoudite, est pourtant « crucial » avant les sommets de Paris et Bruxelles, « pour qu’on puisse montrer que l’opposition est unie », a ajouté le diplomate.

Les sanctions décidées par l’Union européenne (UE) contre la Syrie doivent être renouvelées fin mai. A cette occasion, la France et surtout la Grande-Bretagne font pression pour une levée de l’embargo sur les livraison d’armes afin de pouvoir équiper les rebelles syriens.

« Nous devons parvenir à un résultat, même s’il faut y passer du temps, il faut que nous puissions constituer une délégation qui soit à la hauteur de sa mission » si des négociations entre l’opposition et le régime ont bien lieu, comme les y encouragent les Etats-Unis et la Russie, à l’origine de l’initiative « Genève 2 », a déclaré une autre source diplomatique.

Et c’est en plein étalage par l’opposition de ses divisions que le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a choisi d’annoncer une « décision de principe de participer à la conférence internationale qui doit avoir lieu à Genève ».

Le temps presse d’autant plus pour l’opposition que, sur le terrain, l’armée syrienne, épaulée par la milice chiite libanaise du Hezbollah, progresse dans son offensive contre la ville stratégique de Qousseir (centre), tenue par les rebelles.

« La situation sur le terrain est tellement mauvaise que je pense que ces membres de la Coalition devraient commencer à transpirer », a déclaré la source proche de l’ASL.

AFP

http://www.lechorepublicain.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2013/05/26/syrie-l-opposition-bloquee-par-ses-divisions-ne-peut-se-prononcer-sur-geneve-2-1563749.html

Comment va s’organiser la conférence sur la Syrie

Par Georges Malbrunot

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, avant de rencontrer Vladimir Poutine, le 17 mai.
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, avant de rencontrer Vladimir Poutine, le 17 mai.

INFO LE FIGARO – Elle devrait se réunir à Genève à partir du 10 juin prochain pour plusieurs jours, sous la présidence du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, et rassembler, pour la première fois depuis le début du conflit, une douzaine d’opposants et autant de membres du régime.

Diplomates américains et russes travaillent d’arrache-pied pour convoquer à partir du 10 juin à Genève et pour plusieurs jours la conférence internationale sur la Syrie qui réunira, pour la première fois en deux ans de conflit, opposants et membres du régime en vue de parvenir à une transition négociée du pouvoir à Damas.

Selon des informations recueillies auprès d’opposants et de diplomates actifs dans la préparation de ce rendez-vous international, cette conférence serait présidée par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon qui lancera les invitations.

Le régime a transmis une liste de participants qui comprendrait les ministres Ali Haydar, en charge de la réconciliation, Qadri Jamil, vice-premier ministre, ainsi que Mohammed al-Zoabi, à l’Information. Walid Mouallem, chef de la diplomatie, et Bouthaina Shaaban, conseillère politique du président Bachar el-Assad feraient également partie de la délégation syrienne. En revanche, la participation du premier ministre Wael al-Halaqi n’est pas acquise. «Le régime a essayé d’envoyer à Genève ses propres opposants, mais ses alliés russes ont refusé», souligne un diplomate européen.

La délégation d’une douzaine de membres de l’opposition est encore à l’étude. Deux schémas sont avancés. Le premier consiste à envoyer à Genève cinq représentants de la Coalition nationale, le principal groupe de l’opposition, adoubé par l’Europe et les États-Unis ; cinq autres de la Coordination nationale, un mouvement d’opposition laïc assez proche de Moscou, et cinq rebelles de l’Armée syrienne libre. «Les Américains souhaitent que de part et d’autre, des militaires soient présents à Genève pour que les discussions sur des cessez-le-feu locaux puissent commencer rapidement», rapporte un opposant, lui aussi actif en coulisses. Mais certains opposants y sont hostiles, estimant que la participation de militaires au processus de Genève est prématurée. Moscou se serait ralliée à cet argument.

Bachar el-Assad pourrait exploiter la désunion des opposants au régime

L’autre option, sans doute plus réaliste, vise à réunir quatre groupes d’opposants. Le premier composé de Moaz al-Khatib, ancien président de la Coalition nationale et un islamiste modéré à ses côtés (Abdelkarim Bakar probablement). Un deuxième autour de quatre dirigeants de la Coalition, avec sans doute à sa tête Riad Seïf et à ses côtés un représentant des Frères musulmans, Farouk Tayfour. «Mais pas plus d’un Frère musulman, ajoute l’opposant. Les Américains et les Russes sont d’accord là-dessus.» Le troisième groupe associerait Michel Kilo et Walid al-Bouni, qui ont gelé leur participation à la Coalition nationale. Enfin, le dernier réunirait quatre dirigeants de la Coordination nationale autour de Haytham Mannar et Nasser Raja auxquel«pourrait se joindre un opposant de l’intérieur Louaï Hussein.

Se pose le problème de la présidence de cette délégation d’opposants, qui ont étalé leurs divisions depuis le début de la révolte contre Bachar el-Assad. Pour éviter que le président syrien exploite cette désunion, les États-Unis cherchent à placer à la tête de la délégation, Riyadh Turk, le doyen de tous les opposants politiques syriens qui a passé plus de vingt ans sous les verrous. Mais certains s’y opposent préférant que Riad Seïf dirige la délégation, seul ou en binôme avec Haytham Manna.

Proposer de nouveaux principes constitutionnels pour la période de transition

Avant Genève, la douzaine d’opposants devrait se réunir à partir du 1er juin à huis clos au Caire pour parvenir à définir «un programme commun minimum». L’agenda de la conférence internationale s’articule autour de deux priorités: l’établissement d’une nouvelle charte intersyrienne et la formation d’un gouvernement de transition. «Dès l’ouverture de Genève, nous devons affirmer que la constitution syrienne de Bachar el-Assad est caduque et proposer de nouveaux principes constitutionnels pour la période de transition», souligne l’opposant.

Dans l’esprit des Américains et des Russes, Genève est «un processus» de négociations qui devra être suivi par de nouvelles réunions des groupes de travail en charge des différents dossiers (sécurité, libération des prisonniers, gouvernement de transition etc.).

http://www.lefigaro.fr/international/2013/05/22/01003-20130522ARTFIG00408-comment-va-s-organiser-la-conference-sur-la-syrie.php

 

Georges Sabra appelle l’ASL à « sauver » Qoussair

Alors que la ville de Qoussair a été libérée par l’Armée arabe syrienne appuyée par des combattants libanais du Hezbollah, le chef de la Coalition nationale (opposition), Georges Sabra, a appelé toutes les unités se réclamant de l’Armée syrienne libre (ASL) à envoyer des hommes pour « sauver » la ville.

L’Armée syrienne se bat actuellement contre des poches de jihadistes dans certains quartiers et la banlieue. L’appel du trotskiste Georges Sabra vise à rétablir la ligne de partage Nord-Sud de la Syrie que l’opposition voulait faire acter lors de la conférence de « Genève-2 ».

Plus de 80 000 chrétiens avaient été obligés de fuir Qoussair pour échapper à la furie des jihadistes, fin 2012.

La libération de Qoussair modifie profondément la donne stratégique syrienne et met fin au projet de partition.

Le président Barack Obama a appelé son homologue libanais, Michel Sleimane, pour protester contre l’intervention du Hezbollah en contradiction avec la politique de neutralité du Liban. Le Premier ministre turc, Reccep Erdogan, a également condamné l’intervention du Hezbollah lors d’une conférence de presse à Istanbul, à l’occasion de son retour des États-Unis.

http://www.voltairenet.org/article178577.html

Y a-t-il encore une diplomatie française ?, par Alain Corvez

 

IRIB-La France ne veut pas que l’Iran participe à la conférence internationale ….
…en projet sur la Syrie, a affirmé vendredi le ministère français des Affaires étrangères, alors que Moscou, allié de Damas, a demandé au contraire la présence de cet autre grand soutien du régime syrien.« En ce qui nous concerne, en tous les cas, (nous ne voulons) pas l’Iran » à la conférence souhaitée par Moscou et Washington et prévue pour le mois de juin à Genève, a souligné le porte-parole du Quai d’Orsay, Philippe Lalliot, lors d’un point-presse.« La crise syrienne, par contagion, touche toute la zone. Il y a un enjeu de stabilité régionale, on voit mal qu’un pays (l’Iran) qui représente une menace pour cette stabilité participe à cette conférence », a-t-il ajouté.La Russie a affirmé jeudi qu’elle voulait que l’Iran et l’Arabie Saoudite soient invités à la conférence, considérant ces pays comme deux acteurs clés pour trouver une solution politique à la crise syrienne.———————————————-

 Après avoir effectué un revirement spectaculaire de sa position, souligné ironiquement par la presse, pour courir après les efforts russo-américains en vue de l’organisation  d’une conférence internationale pour mettre au point une solution négociée du conflit syrien (Il y a seulement quelques jours nos dirigeants ne voulaient pas entendre parler d’un dialogue entre le régime et l’opposition et proposaient d’armer les rebelles, même contre la volonté de l’UE) , La France, par la voix de M. Philippe Lalliot, Porte-parole du Quai d’Orsay déclarait vendredi dernier qu’elle s’opposait à la présence de l’Iran à cette réunion au prétexte que c’était un pays perturbateur de la région qui n’avait pas sa place dans une conférence cherchant à apaiser le Moyen-Orient.

Comment peut-on envisager un seul instant de régler la crise syrienne sans impliquer l’Iran ?

Il n’y a plus de réflexion géopolitique mais des foucades idéologiques au Quai que les diplomates chevronnés sont chargés de mettre en œuvre. Une négociation doit évidemment se dérouler entre les acteurs du conflit, dès lors qu’ils ont accepté de parler après une médiation, en l’occurrence russo-américaine. Dans cet esprit,  la France s’opposerait aussi à la présence de l’opposition réelle, celle de l’intérieur, pour n’accepter que les pantins qui ne représentent qu’eux-mêmes mais qui  ont étés « élus » par elle comme seuls représentants légitimes des Syriens !Allons encore plus loin, elle s’opposerait à tous ceux qui ne partagent pas ses vues, donc non seulement Bachar El Assad mais aussi tout représentant du régime.

Si l’Amérique a finalement accepté de réunir avec la Russie une conférence internationale sur les bases de la déclaration de Genève du 30 juin 2012, c’est parce qu’elle sait que le régime ne tombera pas car il est solide, soutenu de l’intérieur et de l’extérieur, que son Armée est restée soudée et disciplinée aux ordres de ses chefs. Les experts militaires savent qu’une armée qui fait preuve d’une telle cohésion face aux attaques multiples bénéficie du soutien populaire, et que son comportement mesuré et proportionné face aux atrocités prouve qu’elle est  encadrée par des chefs issus de la population qui font corps avec elle.

C’est avec les  ennemis, ou ceux considérés comme tels, qu’on discute pour trouver un arrangement de paix et, dans le cas syrien, on voit mal comment l’Iran ne pourrait pas être appelé à la table des négociations, de même que l’Arabie Séoudite, qui n’était pas partie prenante de Genève, ainsi que la Turquie, base de départ et de repli des rebelles.Il faut revenir aux réalités et cesser de poursuivre la chimère d’imposer à la Syrie une solution concoctée avec des opposants coupés de leur pays depuis des lustres, qui n’ont d’existence politique que celle que la France et certains pays du Golfe veulent leur donner. Le droit international est sans cesse bafoué par ces prétendus Conseil ou Coalition national(e), ou ce pseudo Premier Ministre trouvé au Texas qui voudraient s’arroger les prérogatives du vrai gouvernement de la Syrie.

Les vrais opposants à Bachar El Assad ne sont pas en priorité  les acteurs pour la plupart extrémistes islamisés sur le terrain, qui ne sont que des intermédiaires, mais les nations hostiles à un régime qui n’obéit pas à leurs choix et alliances. L’Amérique en était mais elle a montré sa volonté d’en finir avec ce conflit et l’annonce clairement au monde en s’entendant avec la Russie (et indirectement avec la Chine). Que John Kerry, après avoir fait des déclarations mesurées sur l’avenir du Président syrien se soit trouvé obligé sous les pressions de prôner son départ n’a pas de réelle importance, car il est clair qu’il n’y a pas de solution à la crise sans lui, au moins jusqu’à l’élection de 2014 quand les Syriens choisiront démocratiquement leur président. Pas un négociateur du régime à cette conférence n’accepterait son départ, mais il est certain aussi que les négociateurs de l’opposition qui le souhaiteraient ne seront pas majoritaires du fait de leurs désunions.

Alors notre diplomatie devrait descendre de son nuage idéologique pour comprendre le nouveau monde en train de naître. Avec sans doute encore des péripéties dramatiques, la crise syrienne sera réglée par la négociation parce que les forces principales du nouveau monde en ont besoin. Genève II devra inclure l’Iran sinon elle échouera et Bachar El Assad devra rester jusqu’à l’échéance électorale de 2014.Ensuite, les négociations entre Américains et Iraniens avanceront rapidement vers une solution négociée du contentieux nucléaire et, là encore, notre diplomatie a un effort à faire pour comprendre où sont les intérêts de la France.

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/257976-y-a-t-il-encore-une-diplomatie-fran%C3%A7aise-,-par-alain-corvez

ASL: l’Arabie envoie 35 tonnes d’armes à Qousseir

L’équipe du site

Le chef de la soi-disant Armée syrienne Libre (ASL) Salim EdrissLe chef de la soi-disant Armée syrienne Libre (ASL) Salim Edriss a reconnu lors d’un entretien téléphonique avec le quotidien américain Washington Post qu’il a reçu des tonnes d’armes en provenance de certains pays arabes.

« Je viens de recevoir 35 tonnes d’armes de l’Arabie saoudite. Ces armes sont destinées à nous aider dans la bataille de Qousseir, mais ces armes sont toujours insuffisantes pour faire face aux chars et aux avions du régime syrien », a-t-il dit.

« Je ne participerai pas à la conférence de Genève si les Etats-Unis et leurs alliés ne réalisent pas un équilibre militaire entre nos forces et le régime syrien », a ajouté le chef de l’ASL.

« Nous réclamons de nous fournir des antichars et des armes sol-air. Notre présence serait inutile à la conférence si nous sommes faibles sur le terrain », a-t-il indiqué.

Erdogan dénonce l' »intervention » du Hezbollah à Qousseir

ErdoganParadoxalement, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays soutient ouvertement la rébellion armée en Syrie a dénoncé mardi l’ « intervention » du Hezbollah dans la ville syrienne de Qousseir, frontalière avec le Liban.

« Je suis totalement de votre avis », a répondu M. Erdogan à un journaliste qui lui demandait s’il considérait l’implication du Hezbollah dans les combats à Qousseir comme une « intervention étrangère ».

« En Syrie il n’y pas seulement le Hezbollah mais aussi d’autres forces », a-t-il ajouté en faisant implicitement référence à l’Iran.

« Les médias du monde entier doivent expliquer quelles organisations, soutenues par quels pays, sont actuellement actives en Syrie », a poursuivi le chef du gouvernement turc lors d’une conférence de presse organisée à l’aéroport d’Istanbul, alors qu’il rentrait d’une visite de plusieurs jours aux Etats-Unis.

« Ceux qui considèrent le soutien logistique fourni par la Turquie à l’opposition syrienne comme une intervention étrangère ne disent pas la même chose à l’égard de mouvements qui prennent part aux combats », a-t-il prétendu.

Agences + AlAhednews

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=113200&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Syrie: Quand la Turquie change de cap…

L’équipe du site

Il semble que la Turquie remet en question sa politique envers la Syrie à en juger la presse turque, a rapporté le quotidien libanais asSafir.

Les commentaires turques sur la visite du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan à Washington portent essentiellement sur la période post-visite  et ses impacts sur la situation syrienne en particulier.

La presse  est unanime : la position turque a changé dans le sens de la recherche d’une solution pacifique d’une part, et l’abandon du soutien aux groupes fondamentalistes comme le Front alNosra  qui utilise la Turquie comme passage d’acheminement d’armes vers la Syrie.

Sur le premier point, Erdogan a déclaré à Washington que la position turque a changé voire elle a évolué  par rapport à la question syrienne. Il s’est justifié en invoquant devoir céder aux pressions du président américain Barack Obama qui lui aurait demandé de soutenir  les groupes modérés de l’opposition syrienne.

Selon le quotidien turc Melliat, le journaliste  Kadri Gursel estime que « la  solution à la crise syrienne sera apportée  par la conférence internationale  Genève 2 et les moyens diplomatiques ». Selon Gursel, « la tenue d’une telle  conférence traduit la conviction de toutes les parties qu’il n’y a pas une solution militaire à la crise syrienne, ce qui signifie qu’il y aura ensuite Genève 3 ». Et donc,  la Turquie sera une partie intégrante à Genève 2 après qu’elle s’y était  opposée fermement.

Toujours selon le journaliste, «l’option militaire ne sera jamais posée sur la table compte tenu des efforts continus pour parvenir à un règlement pacifique  mais aussi parce que la communauté internationale ne veut pas que  la Syrie devienne un pays dominé par les jihadistes et Al-Qaïda. Et donc, la Turquie n’a aucune  justification à garder chez elle une base arrière pour les jihadistes. Il lui sera demandé de  contrôler ses frontières et de se comporter en Etat de droit ».

 «Erdogan n’est pas clair en parlant des organisations terroristes. Car si ce n’est pas du  Front alNosra dont il s’agit, mais du PKK et du Parti de l’union démocratique en Syrie, alors on ne peut pas dire qu’il y a un changement dans la politique turque. Par contre, quand il s’agit du rôle du président syrien Bachar al-Assad dans le processus de règlement, là il y a un changement dans la position turque : car désormais on parle d’une participation des  groupes du régime   dans le processus de règlement qui se devrait se terminer par le départ d’Assad », souligne le journaliste.

Et de poursuivre : «  La Turquie a décidé donc d’abandonner son  opposition au profit d’une participation  active à la Conférence de Genève -2. Son rôle sera de convaincre l’opposition sunnite syrienne de participer à la conférence et faire partie de la solution ».

Un autre  journaliste du quotidien Melliat,  Fouad Keyman a estimé que «les efforts actuels se concentreront sur le processus d’une solution pacifique à la crise syrienne où le rôle de la Turquie sera de persuader la Russie, la Chine et l’Iran à une telle solution ».

Il a indiqué que «l’objectif des Etats-Unis est de réussir la phase de transition, ce qui nécessite l’arrêt de la guerre et la participation de tous, y compris des personnalités de l’intérieur du régime pur parvenir  en fin de compte au départ du président Assad. Or,  la Turquie veut un règlement rapide pour  mettre fin au risque d’attentats comme celui de  Rihaniyya et aussi cesser le flux des réfugiés syriens . Pour jouer ce rôle, la Turquie doit se concentrer à régler le  problème kurde, afin d’éviter d’être un pays  au flan blessé et devenir une star de la carte du Moyen-Orient. Ainsi, le processus de résolution du problème kurde offre des possibilités à la Turquie de jouer des rôles plus importants dans la région ».

Pour le journaliste Ozil du quotidien Khabar turk ,  «le réalisme et le pragmatisme ont prévalu lors des réunions d’ Erdogan à Washington : la Turquie sait  maintenant ce que veulent  les États-Unis de la crise syrienne. Il est clair que la Turquie agira  dans la question syrienne en conformité avec les normes établies par l’administration d’ Obama ».

« La  politique étrangère d’Ankara a perdu de sa valeur,  la Turquie a dû affronter les limites de ses moyens. Désormais, l’influence turque dans les développements régionaux est limitée par les approbations de l’administration d’Obama. La Turquie devra faire preuve de plus de sérieux  dans le contrôle des frontières et envers les groupes jihadistes. Les deux parties seront plus rationnelles grâce à l’appui des groupes d’opposition modérés en Syrie. Par conséquent, on peut s’attendre à de résultats sérieux à Genève-2″ souligne Ozil.

Enfin, selon  le quotidien turc Star, il faut garder en mémoire que finalement « ce qui importe dans la question syrienne pour les Etats-Unis, c’est uniquement la sécurité d’Israël. Tout développement en Syrie qui ne menace pas la sécurité d’Israël n’a pas d’importance pour  les États-Unis. Et donc,  si une  guerre civile en Syrie ne constitue pas une menace pour Israël, qu’elle se prolonge. Ils ont bien prolongé  la guerre civile au Liban de 15 années c’est pourquoi la Turquie devrait se préparer à une guerre en Syrie qui ne se terminera pas bientôt ».

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=113009&cid=86&fromval=1&frid=86&seccatid=35&s1=1