La Syrie, ou le temps suspendu de l’effondrement du système

La Syrie, ou le temps suspendu

Ce 18 mai 2013, M K Bhadrakumar décrit, sur son Indian PunchLine, la situation syrienne après la rencontre Obama-Erdogan à Washington. Non que cette rencontre promettait d’être décisive en quelque manière que ce soit mais parce que, c’est vrai, elle présentait un aspect symbolique significatif d’une situation générale.

Il n’est pas déraisonnable d’observer que l’on identifie, pour colorer la perception et le jugement général, des traits tels que l’amertume et le désenchantement, déjà devinés dans ce que nous percevions comme un sentiment dépressif, le 11 mai 2013.

(Nous parlons là d’abord des “amis de la Syrie” du bloc BAO qui demandent la tête d’Assad depuis deux ans, et, par conséquent l’amertume et le désenchantement concernant d’abord leur projet.

Mais nous pensons que ces deux sentiments dépassent largement le cadre de ce projet…) Pour cette fois, – car le plus souvent il commente dans le sens de distinguer un vainqueur dans la partie diplomatique qu’il observe, – l’ex-diplomate M K Bhadrakumar ne s’attache pas, fort justement à notre sens, à détailler une “victoire”, mais plutôt à décrire une débâcle générale qui n’entraînerait pas nécessairement une victoire de l’un ou l’autre, dans le sens constructif, éventuellement re-structurant, qu’affectionne un esprit de diplomate.

«The Turkish prime minister Recep Erdogan’s visit to Washington on Thursday was expected to put pressure on the Obama administration to take a tougher stance against the Syrian regime. Erdogan was quoted as seeking the imposition of a US-led ‘no-fly-zone’ in Syria and increased arms supplies to the rebel fighters. In the event, however, Obama stood his ground and insisted there is no “magic formula” to resolve the crisis… […] Simply put, Obama is unwilling to let the US be drawn into an Iraq-like quagmire. Regime change is the objective alright, but there must be a negotiated transition… […]

»The video clipping showed an uncharacteristically subdued Erdogan standing in the rain the Rose Garden, while Obama dictated the terms. Erdogan politely listened, but then, later on at the Brookings, he took off on a tangent and hit back his own way where it hurts the US interests — by insisting that Hamas is a legitimate participant in the Middle East peace talks. He disclosed that he is heading for Russia and the Gulf countries soon for Syria talks “to assess the situation there.” Erdogan has further reiterated his intention to visit Gaza next month.

»Erdogan isn’t the only one who feels let down. The Saudis are livid. The government-owned Asharq Al-Awsat tore into the US’ policy on Syria in an opinion piece entitled “Obama’s Betrayal” under the byline of the daily’s managing editor Eyad Abu Shakra. It says: “Obama has given in to the Russian interpretation… Washington has accepted the reality of Bashar Al-Assad remaining at the helm in Syria until the end of his presidential term next year, exactly as Russia and Iran wanted.” […]

»Unsurprisingly, Russia is keeping its fingers crossed. As the Moscow-based strategic analyst Fyodor Lukyanov noted in an opinion piece in the official Novosti news agency, it is indeed a situation where things could go either way — “a critical moment, with advocates and opponents of a negotiated settlement in Syria at each other’s throats.” “Indeed, what Russia can do for the present is to make sure that any western adventurist enterprise to ratchet up the current level of military intervention in Syria proves costly and unacceptable.”»

• Dans son commentaire, M K Bhadrakumar cite effectivement le texte du 16 mai 2013 de Eyad Abu Shakra, rédacteur en chef du quotidien arabe édité à Londres, et représentant les intérêts saoudiens, Asharq Al-Awsat.

On y trouve effectivement toute la fureur et la rancœur de ceux qui se sentent trahis, y compris par d’autres que le traître principal («Obama’s Betrayal») ; dans son texte, Eyad Abu Shakra désigne également la Turquie, comme autre “traître”, suivant sa propre voie qui est de ne prendre aucun risque avec la Syrie («[T]he rhetoric of Turkish prime minister Recep Tayyip Erdogan has changed completely, stressing defensively that Turkey “will not be drawn into a deliberate Syrian trap”»).

L’on comprend alors la logique de la recherche de certains nouveaux arrangements, comme le ferait justement l’Arabie avec l’Iran, que M K Bhadrakumar lui-même signale en se référant au même texte de DEBKAFiles que nous signalions le 14 mai 2013.

«However, if we look beyond the naiveté of believing that human rights are the only factor that moves major international politics, we find that the results of this week’s US-British summit are no longer surprising.

»It no longer requires a genius to work out that President Obama has given in to the Russian interpretation of the Geneva Agreement on Syria. It has become clear that Washington has accepted the reality of Bashar Al-Assad remaining at the helm in Syria until the end of his presidential term next year, exactly as Russia and Iran wanted.

No one will believe Obama’s promises—or those of his British ally—whose rhetoric fooled many in the last few months: promises such as “a Syria without Assad” with no deadline, and without stating that Assad’s departure is a necessary prelude for any political resolution.

»This sweet talk is merely a cover for the failures of a foreign policy that either lacks understanding or is comprehensively conspiring against a vital region whose people’s interests Washington sees no wrong in ignoring… […]

In light of the events of the past two years, the US administration’s adoption of Moscow’s interpretation of the Geneva Agreement represents a betrayal of the Syrian people which is, in many ways, parallel to Obama’s betrayal of the Palestinian people after the promises he made on his first presidential visit to the Middle East.»

• Toutes les positions de la plupart des acteurs extérieurs se trouvent paradoxalement définies par les plus extrêmes fluctuations, témoignant de la confusion et du désordre qui sont dans cette période intermédiaire la marque de la situation syrienne et alentour.

Un cas exemplaire se développe avec la position d’Israël, où les signes de division interne se multiplient, confirmés par la visite en Russie de Netanyahou et ses entretiens avec Poutine. Eli Bardenstein écrit, dans Ma’ariv, le 16 mai :

«Prime Minister Binyamin Netanyahu shares Russia’s concern about Assad’s fall from power and the rise of radical Islamic forces in his stead, said a Russian political official who was privy to the conversation that Netanyahu held with Russian President Vladimir Putin on Tuesday in Sochi.

That said, a high-ranking Russian civil servant who was privy to the conversation […] explained the differences between the Russian and Israeli attitudes: “Israel doesn’t want Assad’s continued rule, but is afraid of the alternatives, whereas Russia wants Assad to be part of the political solution in the country, at least in the initial stage.”

»Those assessments conform to the fact that there are differences of opinion within Israel about whether to support actions that would lead to Assad’s downfall. Israeli intelligence officials believe that despite the fact that this [Assad’s fall from power] would strengthen the radical rebel forces in Syria and would raise the threat of terrorism against Israel, stopping the Iranian nuclear program is Israel’s supreme objective, and Assad’s downfall would serve that objective because it would destroy the axis of evil that is comprised of Iran, Syria and Hizbullah. Alternately, other Israeli officials believe that increased terrorism from the direction of Syria in the post-Assad era is the more troubling scenario. Apparently, Netanyahu supports the latter view.»

• D’un autre côté, qui est celui de l’évolution la plus dramatique, il y a certains commentaires autour de la livraison des missiles sol-air russes S-300 à la Syrie, dont nul ne sait précisément le statut (déjà livrés ? En voie de l’être ? Toujours rien de fait ? Etc.). Certains commentateurs israéliens envisagent le pire, soit l’attaque des S-300 par Israël.

Dans Al-Monitor Israel Pulse, le 17 mai 2013, Ben Caspit explore l’hypothèse d’une telle attaque selon diverses options. Dans tous les cas qu’il envisage, le danger est considérable d’une extension de la crise syrienne vers une guerre généralisée dans la région, y compris avec l’implication de puissances extérieures d’un poids énorme, – dans ce cas, il s’agit de la Russie…

(Il est à noter que toutes ces situations s’appuient sur le fait, qui semble avéré pour les commentateurs, que le S-300 est une arme terrifiante, qui paralyserait complètement l’activité aérienne des forces israéliennes. On a vu [le 13 mai 2013] que certains experts ne partagent pas du tout ce point de vue.)

«The situation is more dangerous than ever, mainly because everyone involved — and there are plenty of people involved — is caught up in a kind of “Catch-22” situation. Israel cannot accept the presence of S-300 missiles in Syria, since these missiles can be used to shoot down its air force jets al most as soon as they take off from their bases in Israel.

This would be a harsh blow to Israel’s longstanding dominance of the air in the Middle East. On the other hand, if Israel attacks those missiles, it would find itself entangled with all of its enemies at once, and with Russia too. That may be too much to handle, even for Israel…»

• Les Russes, eux, ont une ligne. Ils sont cohérents avec eux-mêmes et, dans cette confusion générale, apparaissent à tous comme une puissance déterminée et un pôle de stabilité, avec une politique bien déterminée et surtout bien structurée puisqu’appuyés sur des principes.

C’est pourquoi, certes, ils dominent la situation en termes d’autorité et d’influence, ce qui est aujourd’hui l’essentiel dans cette région. Leur plus grand adversaire, c’est donc le désordre, – le désordre que causerait une prise de contrôle totale du mouvement rebelle par les extrémistes islamistes, le désordre que causerait une maladresse de trop des USA quittant leur ligne actuelle (ce qu’on peut en juger) pour un interventionnisme soudain plus affirmé, le désordre que causerait une attaque israélienne de plus et ainsi de suite.

Pour cette raison, les Russes ont déterminé habilement que leur position d’influence parce qu’elle est aussi une position d’autorité peut aussi bien marier une certaine attitude d’arbitrage et une certaine attitude de fermeté qui apparaît subjectivement favorable à Assad, mais essentiellement parce que Assad représente pour l’instant l’ordre et la souveraineté.

Le problème actuel est que la situation est si confuse, que l’“alliance” du bloc BAO & consorts craque si fortement de toutes parts, que la position des rebelles sur le terrain est si incertaine, qu’existent diverses tentations de l’une ou l’autre poussée, de l’une ou l’autre tentative de coup d’éclat, dont le résultat craint par les Russes serait moins une victoire-surprise du camp anti-Assad qu’une brutale accélération et une rapide extension du désordre devenu incontrôlable.

Pour eux, par conséquent, l’incertaine conférence de Genève (Genève-2) est devenue le but essentiel, non par sa vertu intrinsèque mais parce que faute de grives, on mange des merles, – parce que cette conférence est le seul espoir au moins temporaire de stabilisation institutionnalisé de la situation.Russia is keeping its fingers crossed… […] [I]t is indeed a situation where things could go either way — “a critical moment, with advocates and opponents of a negotiated settlement in Syria at each other’s throats.” “Indeed, what Russia can do for the present is to make sure…»)

Le plus remarquable de l’attitude russe, c’est effectivement, comme on en a vu le principe, que ce désir d’ordre presque à tout prix, ne l’est justement que “presque”. Les Russes parviennent, notamment grâce à une convergence de fermeté des deux personnalités de Poutine et de Lavrov, à ne pas se laisser emporter par la fragilité et la vulnérabilité potentielle du seul acteur responsable jusqu’à paraître l’arbitre du drame syrien qu’implique leur position, – ce qui serait le cas si, par exemple, ils abandonnaient le principe de la livraison de S-300, apparaissant brusquement affaiblis par leur rôle, donc ayant ôté toute sa substance d’autorité et d’influence à ce rôle, ayant gagné un peu de répit pour le court terme mais en perdant autorité et influence.

En gardant cet aspect de fermeté à leur politique, ils prennent des risques à court terme mais ménagent une chance pour le terme plus long et renforcent finalement leur position ; d’autre part, ils s’affirment prêts à l’affrontement si des conditions nouvelles et brutales l’imposaient.

Il n’empêche, – à partir d’une entame bien incertaine et faite de seule communication autour de l’emploi possible de l’armement chimique en Syrie, la période est devenue bien significative, sinon cruciale (mais pourtant pas décisive). Elle est effectivement transitoire (“temps suspendu”), mais pour un but (réunion d’une conférence Genève-2) qui, s’il est atteint, établira une situation nouvelle qui, elle aussi à son tour, générera de nouvelles manifestations de désordre.

Il s’agit d’une période de transition dont l’alternative est d’une part un “progrès” qui ne fera que poser les termes de la crise syrienne dans des orientations différentes où le désordre se développera d’une autre façon, ou d’autre part la possibilité de l’accélération brutale du désordre.

Tout le brio des Russes ne peut rien sur l’essentiel, parce que personne ne peut rien sur l’essentiel. La présence de ce que nous nommons l’infrastructure crisique ne permet pas une résolution de la crise syrienne selon une procédure politique classique :

la crise syrienne fait partie du contexte général de la crise d’effondrement du Système et elle dépend complètement de l’évolution générale de cette crise, qui s’exprime comme la “crise haute” par excellence. Cela dépasse les capacités du sapiens courant, format-XXIème siècle.

http://stationzebra.net/?p=18421

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :