Syrie: la solution politique morte et enterrée, par Kharroubi Habib

 

IRIB-L’émissaire de l’ONU pour la Syrie Lakhdar Brahimi serait sur le point d’annoncer
sa démission du poste au constat qu’il aurait fait que sa mission n’avait plus d’objet d’être dès lors que des parties au conflit font obstacle à sa médiation. Dès que le bruit de l’imminence de sa démission s’est répandu, l’on a eu droit dans les médias occidentaux à des interprétations sur les raisons qui la motiveraient toutes à charge contre Bachar El-Assad et le régime syrien.

Il nous a été en effet martelé que le diplomate algérien s’est résolu à mettre fin à ses efforts après que les autorités syriennes eurent annoncé qu’elles allaient mettre fin à leur coopération avec lui en tant qu’émissaire international. Sans nul doute que Brahimi a compris après cela qu’il ne lui restait plus qu’à jeter l’éponge. Ce n’est pas pour autant qu’il faille imputer aux autorités de Damas l’exclusivité de l’échec de sa médiation.

Il faut se rappeler que la décision de Damas est intervenue en réaction à celle de la Ligue arabe totalement inféodée au diktat qatari et saoudien qui a consisté à introniser comme membre en son sein la rébellion syrienne en lieu et place de l’occupant légitime qu’est l’Etat syrien. Damas ne pouvait réagir autrement au coup de force dont elle a été victime au sein de l’organisation panarabe dont Brahimi est l’émissaire pour le conflit syrien en même temps que celui de l’ONU. Continuer à dialoguer avec Brahimi sous ses étiquettes aurait été pour les autorités syriennes l’aveu qu’elles reconnaissent la rébellion qu’elles combattent comme la représentation légitime de l’Etat syrien. En fait, la médiation de Lakhdar Brahimi n’a eu aucune chance d’aboutir à une autre issue que son échec car elle s’est heurtée aux intransigeances indépassables de parties impliquées dans le conflit syrien.

La solution politique que l’émissaire international a essayé de faire accepter comme résolution du conflit est empêchée d’aboutissement par les puissances extérieures sponsors de la rébellion syrienne qui ont programmé la chute du régime de Damas en tant qu’unique issue à la guerre dont la Syrie est le théâtre. Kofi Annan, prédécesseur au poste d’émissaire international de Lakhdar Brahimi, a été confronté de leur part au même blocage de sa médiation. Ces puissances étrangères régionales et occidentales n’ont accepté le principe de la médiation internationale dans le conflit syrien qu’en lui imposant le préalable implicite que ses conclusions légitiment le but qu’elles se sont fixé en Syrie : la victoire totale et brutale de leurs protégés dans le conflit. Brahimi a eu peut-être le tort de présumer que la durée et les horreurs de la guerre qui déchire la Syrie allaient contraindre ces parties extérieures au conflit à lui laisser la chance de convaincre les protagonistes syriens dans cette guerre à s’engager sur la voie de la négociation pour y mettre un terme. Ce qui se passe en Syrie a fini par dépasser la seule volonté de ses acteurs locaux. Brahimi ne peut accepter de jouer le rôle d’alibi auquel les partisans de la solution miliaire ont voulu le confiner. Il doit d’autant jeter le tablier que ceux-ci sont désormais dans la logique de l’escalade de la guerre contre le régime syrien comme le prouvent leurs récentes décisions d’intensifier leurs aides militaires à la rébellion et l’accord qu’elles ont très certainement donné au régime sioniste d’intervenir directement dans le conflit. Ce que l’armée israélienne vient de faire en procédant à des bombardements aériens contre des postions de l’armée régulière syrienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :