Les États arabes prêts à sacrifier la Palestine pour gagner la guerre contre Damas?

 

IRIB- En s’engageant, totalement, dans leur hostilité contre le gouvernement du Président Bachar al-Assad,

en Syrie, les dirigeants des États arabes n’accordent plus la priorité à la lutte contre l’expansionnisme du régime sioniste. Les évolutions, qui interviennent, dans la région du Moyen-Orient, semblent peser de plus en plus sur la question palestinienne. Dans ce sens, le comité de suivi de la Ligue arabe, pour le projet de compromis avec le régime sioniste, a proposé le plan d’échange de territoire basé sur l’échange des territoires occupés palestiniens, en Cisjordanie, avec d’autres terres. C’est le début d’un changement majeur, dans la position des dirigeants des États arabes, qui souhaitent fermer, pour toujours, le dossier de la Palestine. Ils espèrent pouvoir s’engager, ensuite, entièrement, dans le dossier syrien, pour se concentrer, totalement, sur leurs projets visant à renverser le gouvernement du Président Bachar al-Assad.

Par conséquent, nous pouvons dire que les dirigeants des pays arabes se retirent, totalement, du Front de la Résistance à l’expansionnisme israélien, et donnent la priorité à leur combat contre le gouvernement de Damas. Les dirigeants arabes se disent prêts à faire un compromis avec la République islamique d’Iran, à condition que Téhéran mette fin à son soutien politique au gouvernement du Président Assad. Ils semblent être, également; prêts à faire des concessions à la Russie, à condition que Moscou ne soutienne plus le gouvernement syrien.

Dans ce contexte, le régime israélien saute sur l’occasion, afin d’abuser des préoccupations politiques des dirigeants arabes, au sujet des événements, qui se produisent, en Syrie. Les Israéliens souhaitent pouvoir convaincre les dirigeants des États arabes à abandonner, pour toujours, le dossier palestinien. Dans ce sens, le Premier ministre du régime sioniste, Benyamin Netanyahu, a réagi au plan de l’échange de territoires, en disant que le problème, pour Tel-Aviv, n’est pas le projet de l’échange des territoires, mais de convaincre les Palestiniens à reconnaître Israël en tant qu’État juif. En réalité, ces propos du Premier ministre israélien montrent que Tel-Aviv espère arracher des concessions plus importantes à la partie arabe, notamment, en ce qui concerne le droit des réfugiés palestiniens à retourner, dans les territoires occupés, en 1948.

Les dirigeants du régime sioniste savent que si les dirigeants arabes s’obstinent à poursuivre leurs efforts contre le gouvernement du Président syrien, Bachar al-Assad, la guerre civile, en Syrie, assurera leurs objectifs. En réalité, les dirigeants arabes sont prêts à faire toutes les concessions possibles au régime israélien, afin que les États-Unis soient convaincus d’entrer en guerre contre la Syrie de Bachar al-Assad.

Deux ans après le début du Printemps arabe, Israël juge que le moment est opportun, pour insister sur la nécessité de sa reconnaissance officielle, par les dirigeants des États arabes. Plus les États arabes s’engagent dans la guerre civile syrienne, plus les Israéliens sont persuadés que ces derniers sont prêts à faire des concessions importantes à Tel-Aviv, au sujet de la question palestinienne. En effet, les Israéliens ont compris que pour gagner la guerre civile, en Syrie, les dirigeants des États arabes sont prêts à en payer l’addition sur le compte du peuple palestinien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :