La Syrie et l’épuisement de la psychologie washingtonienne

La Syrie et l’épuisement de la psychologie washingtonienne

L’article de Ben Hubbard, dans le New York Times du 28 avril 2013, fait grand bruit. Chacun retient son souffle et ne cesse de rouler dans sa tête la phrase centrale et symbolique du texte : «Nowhere in rebel-controlled Syria is there a secular fighting force to speak of» (“Nulle part dans les zones contrôlées par les rebelles on ne trouve une unité combattante digne de ce nom qui appartienne à la faction séculaire”.) Cela signifie que les rebelles combattant Assad en Syries, aujourd’hui, ne sont plus, en gros, que des islamistes des groupes extrémistes, ceux dont les planificateurs washingtoniens reconnaissent qu’ils sont bien plus dangereux que Assad lui-même. Le spectacle décrit par Hubbard fait froid dans le dos des éditorialistes-Système, et l’on croirait qu’il a bien été écrit dans cette intention…

«In Syria’s largest city, Aleppo, rebels aligned with Al Qaeda control the power plant, run the bakeries and head a court that applies Islamic law. Elsewhere, they have seized government oil fields, put employees back to work and now profit from the crude they produce.

»Across Syria, rebel-held areas are dotted with Islamic courts staffed by lawyers and clerics, and by fighting brigades led by extremists. Even the Supreme Military Council, the umbrella rebel organization whose formation the West had hoped would sideline radical groups, is stocked with commanders who want to infuse Islamic law into a future Syrian government.

»Nowhere in rebel-controlled Syria is there a secular fighting force to speak of.

»This is the landscape President Obama confronts as he considers how to respond to growing evidence that Syrian officials have used chemical weapons, crossing a “red line” he had set. More than two years of violence have radicalized the armed opposition fighting the government of President Bashar al-Assad, leaving few groups that both share the political vision of the United States and have the military might to push it forward.»

Deux jours plus tard, ce 30 avril 2013, le pompeux et majestueux journal de référence en rajoute une couche avec un éditorial, texte affirmant symboliquement la position du journal, qui détaille sans nécessairement le vouloir de cette façon voyante, mais expressément, toutes les contradictions de la position US (et du bloc BAO) en Syrie, et donc l’état de paralysie qui en résulte. Estimant pour le moins contradictoire et irresponsable la position des faucons du Congrès, notamment les deux inévitables amigos Graham-McCain, l’édito observe que BHO a agi jusqu’ici prudemment, mais qu’il s’est lui-même piégé en affichant une “ligne rouge” pour une intervention plus affirmée des USA en cas d’utilisation des armes chimiques ; que s’il s’avérait qu’il y a eu utilisation de ces armes, il faudrait bien qu’il agisse, BHO ; que s’il agissait, nécessairement en faveur des rebelles, ce pourrait être catastrophique parce qu’il se trouve désormais clairement, comme on l’a vu, que les “rebelles qui se battent” sont des islamistes encore plus dangereux qu’Assad…

«Unlike Mr. McCain and Mr. Graham, who have also faulted President Obama for withdrawing troops from Iraq and tried to goad him into a more militaristic position on Iran, the president has been trying to disentangle the United States from overseas conflicts and, as a result, has been very cautious about military involvement in Syria.

»That may have to change now that Mr. Assad’s forces are accused of using chemical weapons. Mr. Obama backed himself into a corner when he warned the Syrian leader that using chemical weapons would constitute a “red line” and be a “game changer,” suggesting strongly and perhaps unwisely that crossing that line would trigger some kind of American action.

»The failure to act now could be misread by Mr. Assad as well as leaders in Iran and North Korea, whose nuclear programs are on America’s radar. But Mr. Obama should only act if he has compelling documentation that the sarin gas was used in an attack by Syrian forces and was not the result of an accident or fertilizer. The Financial Times reported the evidence is based on two separate samples taken from victims of the attacks.

»With the civil war in Syria now in its third year and the death toll at more than 70,000, the situation has deteriorated. Mr. Assad remains in power, sectarian divisions have intensified and fleeing refugees are destabilizing neighboring countries. Most worrisome, jihadis linked to Al Qaeda have become the dominant fighting force and, as Ben Hubbard reported in The Times, there are few rebel groups that both share the political vision of the United States and have the military might to push it forward.

»There have never been easy options for the United States in Syria; they have not improved with time. And Russia and Iran, both enablers of Mr. Assad, deserve particular condemnation. Without their support, Mr. Assad would not have lasted this long. Still, the country is important to regional stability. Mr. Obama must soon provide a clearer picture of how he plans to use American influence in dealing with the jihadi threat and the endgame in Syria.»

Auparavant, un autre article du même journal, le 28 avril 2013, s’attachait aux positions des “conseilleurs [qui] ne sont pas les payeurs”, les différents parlementaires et autres qui recommandent “une action plus forte” en Syrie, sur la foi des informations sur l’emploi d’armes chimiques dont on connaît la poétique véracité mais auxquelles tout le monde se croit obligé d’accorder quelque crédit. Il s’agit, dans ce cas, principalement des faucons du Congrès, Graham-McCain en tête, mais de quelques autres, et le résultat est un désordre considérable.

«…On Sunday, several leading Republicans — including Senators Lindsey Graham of South Carolina and John McCain of Arizona, both of whom are members of the Armed Services Committee — used appearances on television talk shows to warn that failure to intervene in Syria would embolden nations like Iran and North Korea.

»“If we keep this hands-off approach to Syria, this indecisive action toward Syria, kind of not knowing what we’re going to do next, we’re going to start a war with Iran because Iran’s going to take our inaction in Syria as meaning we’re not serious about their nuclear weapons program,” Mr. Graham said on the CBS News program “Face the Nation.” Mr. Graham added, “There’s nothing you can do in Syria without risk, but the greatest risk is a failed state with chemical weapons falling in the hands of radical Islamists, and they’re pouring into Syria.” […]

»Senator Saxby Chambliss, Republican of Georgia, who also serves on the Armed Services Committee, said on “Face the Nation” that he had spoken last week with King Abdullah II of Jordan about a no-fly zone, while Representative Mike Rogers, the Michigan Republican who is the chairman of the House Intelligence Committee, said lawmakers had received classified information that suggests the Assad government has been using chemical weapons for the past two years. “The problem is, you know, the president has laid down the line,” Mr. Rogers said on the ABC News program “This Week. “And it can’t be a dotted line. It can’t be anything other than a red line. And more than just Syria, Iran is paying attention to this. North Korea is paying attention to this.”

»The Republicans agreed that the United States should not send in ground troops. “The worst thing the United States could do right now is put boots on the ground in Syria,” Mr. McCain said on the NBC program “Meet the Press.” “That would turn the people against us.” Democrats, including Senator Claire McCaskill of Missouri and Representative Keith Ellison of Minnesota, seemed less inclined to support stepping up military aid and focused more on providing humanitarian assistance to Syrians who have fled the fighting.»

On ne prétend surtout pas apporter, avec ces diverses citations et les observations qui les accompagnent, quoi que ce soit de nouveau dans les faits et les événements, dont on a vu d’ailleurs qu’ils ne sont que du matériel improbable et insaisissable pour une guerre de la communication dont plus personne ne maîtrise le sens et ne comprend vraiment les objectifs. Il s’agit plutôt de mesurer l’évolution du climat washingtonien, qui étale sa schizophrénie sans la moindre retenue, sans doute parce qu’il n’est plus possible de la dissimuler, non plus qu’il soit désormais possible de dissimuler l’impuissance où conduit cet état. Le New York Times n’hésite plus désormais à décrire la vérité catastrophique de la situation sur le terrain et à publier des éditoriaux où ce qui est écrit revient à dire, successivement, qu’il faut faire quelque chose en Syrie et qu’il est impossible de faire quelque chose en Syrie.

Même un exalté allumé comme Lindsay Graham ne prend même plus la peine d’écarter ni même d’amoindrir les arguments qui contredisent immédiatement sa thèse belliciste, puisqu’il les énonce aussitôt après. Ainsi affirme-t-il qu’il faut intervenir plus nettement en Syrie (“emploi” du chimique oblige) sinon Assad, puis le Nord-Coréen Kim et les mollahs iraniens vont en prendre à leur aise et narguer la puissance américaniste ; pour ajouter aussitôt que la pire des catastrophes (“le pire des risques”) serait que les rebelles islamistes se saisissent de l’armement chimique (et non pas qu’Assad restât en place ?), ce qui se produira sans guère de doute si les USA interviennent “plus nettement” en Syrie, c’est-à-dire aident les rebelles contre Assad, puisque les seuls rebelles à se battre, nous dit le New York Times, sont les islamistes.

Ce qui est remarquable n’est pas tant que règne le sophisme qu’on a déjà détaillé : on le savait, certes, on le connaissait. (On pourrait le nommer le “sophisme syrien”, n’ayant pas eu l’esprit de proclamer le “sophisme libyen“ lorsque les mêmes circonstances se manifestèrent avec la Libye.) Ce qui est remarquable c’est qu’à Washington, on n’essaie même plus d’en écarter l’un ou l’autre de ses termes pour mieux plaider sa cause, mais qu’on semble abandonner tout espoir de contenir cette marée d’évènements contradictoires qui alimentent justement cette impossible situation sophistique où se trouvent plongés les USA (le bloc BAO), après deux ans d’activités totalement irresponsables, ou plutôt infraresponsables, autour de la Syrie. Ce climat si particulier, fait ainsi d’un mélange de bellicisme éructant mais en cours d’usure et de frayeur quelque peu épuisée face aux conséquences de ce bellicisme, se marque notamment dans la vigueur de l’affirmation d’un McCain qu’il ne saurait être question pour les USA d’engager des soldats sur le terrain en Syrie («The worst thing the United States could do right now is put boots on the ground in Syria»). Il s’agit là, pourtant, d’une option déjà largement évoquée par les extrémistes du War Party dont il est, McCain, l’un des plus ardents inspirateurs. (Pour ajouter l’habituelle cerise sur le gâteau, indispensable et inévitable lorsqu’il est question de la Syrie, on signalera le jugement de Shamus Cooke sur Antiwar.com, le 30 avril 2013, selon lequel Obama, pourtant très mesuré dans ses options d’intervention, est largement doublé “sur sa gauche” par les militaires qui sont plus que jamais opposés à toute intervention.)

Cette espèce de décomposition des positions dialectiques tranchées et affirmées qu’on avait jusqu’ici à Washington, semble témoigner d’un avancement intéressant du processus de dissolution, sinon d’entropisation des jugements sur la situation syrienne et sur les options de la politique US. La psychologie des dirigeants américaniste paraît commencer à être sérieusement infectée par les facteurs dissolvants de la “guerre syrienne”. Il s’agit, à la lumière de la “fausse-vraie” alerte à l’utilisation manipulée ou pas de l’armement chimique, d’un moment où l’on peut mesurer l’intense fatigue des psychologies de ces divers figurants-Système, ce qui permet à l’infection de la pénétrer aisément ; cette intense fatigue, ce quasi-épuisement de la psychologie devant une crise que nul n’arrive à conduire à un paroxysme intéressant pour le Système, mais qui s’embourbe et qui les embourbe (“embourbement crisique”) dans une sorte d’amorphisme incompréhensible pour eux.

 

Mis en ligne le 30 avril 2013 à 16H25

http://www.dedefensa.org/article-la_syrie_et_l_puisement_de_la_psychologie_washingtonienne_30_04_2013.html?fb_action_ids=10200303396281762&fb_action_types=og.recommends&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :